Pyrophorus, des scarabées bioluminescents

08 avril, 2021
Le système de communication des Pyrophorus implique une lumière bioluminescente. Leur similitude avec les lucioles fait qu'ils ont peu été étudiés.

Les Pyrophorus sont un genre de scarabées bioluminescents qui se caractérisent par un éclat dans l’obscurité sans émettre plus de chaleur que nécessaire. Physiquement, ces coléoptères présentent des similitudes avec les cafard et les lucioles, mais ce sont des animaux complètement différents.

Plus de 37 espèces sont connues au sein du genre. Toutes préfèrent les environnements tropicaux du continent américain. L’espèce la plus populaire est Pyrophorus noctilucus. Ces insectes mesurent généralement entre 4 et 6 centimètres à l’âge adulte.

Caractéristiques physiques et comportement

Les Pyrophorus sont des animaux nocturnes qui attendent que la nuit tombe pour commencer à briller. Ce sont des insectes physiquement allongés, presque toujours noirs, qui ont 3 glandes à partir desquelles ils émettent de la lumière. Leur poitrine est plate et leur thorax articulé leur permet de se relever facilement s’ils tombent sur le dos.

Leur corps est accompagné de 2 grandes antennes, parfois plus grandes que leurs pattes. Ils ont également une paire d’ailes qui leur permettent de se déplacer d’une branche à l’autre, les arbres des forêts et des jungles tropicales étant leur habitat idéal.

Un scarabée bioluminescent.

Ces espèces ne présentent pas de dimorphisme sexuel notable entre mâles ou femelles. Les larves de ce genre durent entre 18 et 20 mois à ce stade. Pendant ce temps, elles se réfugient dans les bûches de bois en décomposition ou sous le sol.

Concernant leur alimentation, les Pyrophorus contribuent à la pollinisation et consomment également des fruits fermentés. Dans certains cas, leur alimentation comprend également d’autres insectes.

Par ailleurs, ce sont des insectes au style de vie routinier caractérisé par la recherche de nourriture et d’un compagnon. Lorsqu’ils trouvent leur partenaire, l’accouplement a lieu et la femelle pond ses œufs dans le sol humide.

Comment les Pyrophorus émettent-ils de la lumière ?

Les Pyrophorus ont 3 organes qui leur permettent d’émettre leur lumière particulière. Le premier est connu sous le nom de Luciférine et est situé à l’arrière de leur corps. Le second est un proton et se trouve sur leur dos. Les deux sont des organes photogéniques, c’est-à-dire qu’ils génèrent de la lumière par oxydation.

Le troisième organe est situé dans la partie dorsale de l’abdomen. Sa lumière est beaucoup plus fluorescente et ne peut être vue que lorsque la luciole est en vol.

En général, la lumière émise par ces coléoptères est de couleur verte et est générée avec peu de chaleur, une situation très curieuse et intéressante pour les scientifiques. De plus, les œufs de cet animal sont également bioluminescents.

Bien que cette particularité n’ait pas bien été étudiée, on pense qu’il s’agit d’un mécanisme de défense de l’espèce contre ses prédateurs, à savoir les oiseaux, les lézards ou les amphibiens. À l’âge adulte, la bioluminescence est également utilisée pour la défense, la communication et la reproduction.

La lumière verte est le résultat d’une réaction chimique entre les glandes. La libération d’organes photogéniques par la respiration cellulaire provoque le mélange d’adénosine triphosphate (ATP) et d’oxygène et conduit à la production de bioluminescence.

Quelques curiosités

  • À l’époque précolombienne, les peuples autochtones utilisaient des Pyrophorus pour éclairer leurs villages. Ils étaient enfermés dans de petites cages pour que la nuit ils émettent leur lumière verte caractéristique. Par ailleurs, certaines femmes ornaient leurs cheveux ou leurs robes avec ces coléoptères.
  • Les Pyrophorus résistent à la glace. On a observé que, lorsqu’ils sont introduits dans un fruit congelé, ils peuvent y survivre longtemps, jusqu’à ce que le fruit retrouve sa température normale.
  • L’espèce Pyrearinus termitilluminans, originaire du Brésil, peut coexister dans des colonies de termites. La nuit les termitières rayonnent de leur vert fluorescent particulier.
  • Dans certains pays d’Amérique centrale, ces insectes sont considérés comme des animaux liés à l’au-delà. Cela a permis à l’espèce de ne pas être affectée par l’homme, car de nombreux personnes préfèrent ne pas jouer avec la vie de cet insecte pour éviter de mauvais présages.
Un scarabée bioluminescent sur une feuille.

En somme, les Pyrophorus sont des coléoptères bioluminescents qui, malgré leur courte espérance de vie, remplissent les forêts tropicales d’une belle lumière verte la nuit. Jusqu’à présent, de nombreuses espèces ne sont pas en danger d’extinction et constituent un soutien important pour les abeilles dans le processus de pollinisation.

  • Virkki, N., Flores, M., & Escudero, J. (1984). Structure, orientation, and segregation of the sex trivalent in Pyrophorus luminosus III.(Coleoptera, Elateridae). Canadian journal of genetics and cytology, 26(3), 326-330.
  • Bartlett, K. A. (1939). The results of shipments of the predatory elaterid beetle Pyrophorus luminosus from Puerto Rico to England. Bulletin of Entomological Research, 30(2), 209-210.
  • McCapra, F., & Razavi, Z. (1976). Biosynthesis of luciferin in Pyrophorus pellucens. Journal of the Chemical Society, Chemical Communications, (5), 153-154.