Antilope d'Amérique : caractéristiques et habitat

18 avril, 2021
L'antilope d'Amérique n'est pas une antilope, mais elle ressemble beaucoup à ses parents africains et eurasiens. Malheureusement, sa sous-espèce est en grave danger de disparition.

L’antilope d’Amérique (Antilocapra americana) est une espèce de mammifère artiodactyle endémique d’Amérique du Nord. Ces animaux habitent les plaines sans arbres, les prairies sèches et le chaparral du Canada, Mexique, de Basse Californie et d’Arizona. Ce mammifère possède également une sous-espèce endémique du désert de Sonora.

L’antilope d’Amérique vit environ 16 ans et effectue des déplacements régionaux très marqués en fonction des conditions climatiques environnementales. Si vous voulez en savoir plus sur cet animal magnifique et énigmatique, poursuivez donc votre lecture.

Taxonomie et phylogénie de l’antilope d’Amérique

L’antilope d’Amérique (Antilocapra americana) est un mammifère qui se trouve dans l’ordre des artiodactyles, c’est-à-dire les animaux qui ont une paire d’orteils sur chaque patte. En général, les artiodactyles appuient leur troisième et quatrième doigt, tandis que les autres sont atrophiés.

Au sein de cet ordre, nous trouvons comme espèces les porcs, les vaches, les chèvres et les moutons. On trouve également la sous-famille des Antilopinae, qui fait référence aux antilopes typiques, telles que les gazelles et les saïgas. Curieusement, ce groupe comprend également tous les cétacés.

Malgré son nom scientifique, l’antilope d’Amérique n’est pas une antilope. Elle appartient à la sous-famille des Antilocaprinae, tandis que ses compagnons rapides à 4 pattes sont les Antilopinae. C’est le seul représentant vivant de son groupe, bien qu’à l’époque du Pléistocène, il y avait beaucoup plus d’espèces.

La sous-espèce

À l’heure de parler de taxonomie, nous ne pouvons pas ne pas mentionner la seule sous-espèce connue, Antilocapra americana sonoriensis. Bien que l’espèce générale ne soit pas menacée, elle est clairement en danger d’extinction. On estime qu’il y a moins de 200 spécimens reproducteurs dans l’aire de répartition.

Cette espèce est endémique du désert de Sonora au Mexique. Malheureusement, une grande partie de son habitat est occupée par le BMRG, une entité gouvernementale active qui utilise ses techniques de bombardement dans la région. Pour cette raison et d’autres, la conservation de cette sous-espèce est une question très sensible.

L'antilope est l'un des mammifères les plus rapides du monde.

Description physique et coutumes

L’antilope d’Amérique est un petit ongulé avec un corps en forme de tonneau. La mesure du sol aux épaules des femelles est de 86 cm. Les mâles sont légèrement plus grands, la mesure étant de 87,5 cm. Cette antilope mesure environ 1,50 m de long. Les dix derniers centimètres correspondent à sa petite queue.

Sa fourrure est dense et très épaisse, brune sur le dos et blanchâtre sur le ventre et le cou. La teinte blanche est également présente autour du museau et des oreilles, créant ainsi une sorte de « masque ». Les populations du sud sont de couleur plus claire que celles du nord, ce qui permet de les différencier facilement.

Cet animal est strictement herbivore et préfère se nourrir dans des zones ouvertes entre 900 et 1800 mètres d’altitude. De plus, l’antilope d’Amérique se nourrit de légumes potentiellement toxiques pour les animaux d’élevage, elle ne leur fait donc pas concurrence en matière d’alimentation.

D’autres curiosités sur l’antilope d’Amérique

L’antilope d’Amérique est le mammifère le plus rapide de tout l’hémisphère occidental de la Terre. Une vitesse de 88,5 km/h a été mesurée pendant un sprint de 800 mètres de distance. Cette donnée en fait l’un des animaux les plus rapides du monde.

Quant à son système reproducteur, l’antilope d’Amérique est polygame, c’est-à-dire que les mâles se reproduisent avec plus d’une femelle. Ceux-ci défendent leur territoire dans lequel les femelles pénètrent ou, à défaut, ils dominent un harem.

Dans son aire de répartition sud-est, l’espèce commence la phase de reproduction en juillet et s’arrête à la mi-septembre. La période de gestation des femelles fécondées est de 252 jours. Il s’agit d’un phénomène synchrone, car toutes donnent naissance à quelques jours d’intervalle.

Les naissances ont lieu au printemps. Curieusement, les femelles qui tombent enceinte pour la première fois n’ont qu’un seul veau, tandis que celles qui sont déjà tombées enceintes avant de donner naissance à des jumeaux.

L’antilope d’Amérique mâle est très territorial pendant la saison des amours. Les dominants contrôlent des harems entiers de femelles.

Une antilope d'Amérique.

Un animal aussi beau que mystérieux

L’antilope d’Amérique est un exemple clair d’évolution parallèle, puisqu’elle occupe la même niche écologique des antilopes, typique des régions africaines et eurasiennes. Bien qu’elle ait divergé de ces mammifères il y a des milliers d’années, l’antilope et l’antilope d’Amérique ont de nombreuses caractéristiques communes.

De plus, il convient de noter que cette espèce est le symbole de l’American Society of Mammalogists (ASM), en raison de son importance écologique et de sa renommée aux États-Unis. Bien que les populations normales soient en bonne santé, il ne faut pas oublier que sa sous-espèce est aujourd’hui en grave danger.

  • Gavin, S. D., & Komers, P. E. (2006). Do pronghorn (Antilocapra americana) perceive roads as a predation risk?. Canadian journal of Zoology, 84(12), 1775-1780.
  • O’gara, B. W. (1969). Unique aspects of reproduction in the female pronghorn (Antilocapra americana Ord). American Journal of Anatomy, 125(2), 217-231.
  • O’Gara, B. W. (1990). The pronghorn (Antilocapra americana). In Horns, pronghorns, and antlers (pp. 231-264). Springer, New York, NY.