Sambar : le plus grand des cerfs de l'Est

Le sambar est un excellent nageur, ce qui lui permet d'échapper à des situations dangereuses. Malheureusement, cela l'expose à d'autres prédateurs.
Sambar : le plus grand des cerfs de l'Est

Dernière mise à jour : 05 mai, 2021

Non, aussi étrange que cela puisse paraître, le terme « sambar » ne désigne pas un type de danse, mais un type de cerf. Le sambar (Rusa unicolor) fait partie du groupe des plus grands cerfs orientaux qui existent.

Bien qu’originaire d’Asie, ce cerf s’est également établi en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis et en Australie. En raison de sa taille, il est recherché pour ses bois et sa viande et est considéré comme un magnifique trophée pour les chasseurs. Si vous voulez en savoir plus sur ce mammifère, poursuivez donc votre lecture.

Un gros cerf

De couleur marron, ce mammifère a une fourrure épaisse et dense. Son ventre est généralement plus foncé, et il y a certaines zones blanches à différents endroits de son corps. Leurs bois peuvent mesurer jusqu’à 110 centimètres.

Sa taille peut beaucoup varier, car il existe 7 sous-espèces sont connues. Généralement, ces cerfs mesurent entre 1,62 et 2,7 mètres de long, du nez à la queue. Quant à leur hauteur, ils peuvent facilement atteindre 1,6 mètre.

En ce qui concerne leur poids, ils pèsent en moyenne 250 kg. À noter toutefois que le sambar le plus lourd qui ait été chassé pesait 546 kilos.

Cette espèce vit assez longtemps. Elle peut vivre pendant 20 ans naturellement, et 25 en captivité.

Un sambar qui prend un bain.

Le sambar est un animal voyageur

Sa distribution naturelle comprend des forêts et des montagnes autour de l’Asie. Ces mammifères habitent principalement les montagnes himalayennes.

Toutefois, cet animal n’est pas très sélectif avec son habitat ; la présence d’une source d’eau à proximité est la seule condition minimale pour sa survie. C’est pourquoi il préfère les forêts humides, où il partage également l’espace avec d’autres types de cerfs.

Étant flexible en matière d’habitat, il peut s’adapter aux terres agricoles et aux plantations. Grâce à sa flexibilité, il a pu atteindre d’autres régions du monde et établir des populations dans des zones complètement nouvelles.

Le parfait exemple en est l’Australie, où de petites populations de sambar ont été établies par introduction accidentelle. En raison de son adaptabilité, il est considéré comme une espèce potentiellement envahissante dans certaines régions.

Un cerf végétarien et nocturne

Les cerfs sont principalement herbivores, ils mangent donc des variétés de plantes, de pousses, de fruits et d’écorce. Parmi les aliments les plus rares qu’ils peuvent manger, figurent les pierres de sel qu’ils lèchent souvent. Cependant, il faut pour cela que la ressource en eau soit suffisamment abondante dans leur environnement.

Le sambar peut être considéré comme une espèce avec des habitudes crépusculaires, ce qui signifie qu’il est plus actif la nuit. Les mâles sont principalement solitaires, bien qu’ils forment parfois de petits groupes. La saison de reproduction est généralement la principale raison pour laquelle un mâle forme un groupe avec plusieurs femelles.

En revanche, les femelles sont plus sociables, puisqu’elles voyagent généralement avec leurs petits et d’autres femelles. Leurs moyens de communication sont les postures corporelles, les odeurs et les bruits. Cette espèce parvient ainsi à détecter un prédateur et à avertir du danger.

Le sambar se bat par amour

Pour trouver une partenaire, les mâles dégagent un parfum spécial qui permet d’attirer les femelles. Cependant, cela amène également les mâles à se battre pour les conquérir. Parce qu’il s’agit d’une espèce polygame, le mâle peut s’accoupler avec plus d’une femelle.

Bien que leur saison de reproduction dure généralement environ 4 mois (septembre-janvier), ce mammifère est capable de se reproduire à n’importe quel mois de l’année. La grossesse féminine dure, elle, entre 8 et 9 mois et peut aboutir à un seul faon.

Pendant cette période, les cerfs sont extrêmement territoriaux, c’est pourquoi ils délimitent souvent leur zone par l’odeur. Ces animaux utilisent un mélange d’urine et de boue pour frotter les arbres afin de marquer leur terrain.

Une fois que les petits sont nés, si ce sont des mâles, ils développeront les bois entre leur première et leur deuxième année de vie. Dès la deuxième année, ils seront complètement indépendants de leurs parents et atteindront même la maturité sexuelle. Ainsi, la nouvelle progéniture est prête à répéter le cycle de vie à nouveau.

Les dangers de l’espèce

Étant donné que le sambar est un très gros animal, il est très recherché pour sa viande, ses bois et son utilisation en médecine traditionnelle. Cette espèce est donc actuellement assez exploitée, raison pour laquelle elle est classée vulnérable selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

De plus, les prédateurs naturels détruisent également les populations de ce cerf. Des animaux tels que le tigre du Bengale, les chiens sauvages, les crocodiles et les léopards ont le sambar comme plat dans leur menu. Rien que dans l’alimentation du tigre du Bengale, ce cerf représente environ 60 %.

Un sambar qui regarde la caméra.

Pour ces raisons, des programmes d’élevage en captivité ont été mis en place afin d’éviter leur extinction. Cependant, si leur vente, leur consommation et leur chasse ne diminuent pas, ces programmes ne suffiront probablement pas à sauver cette merveilleuse espèce. Nous devons unir nos forces pour que le sambar ne disparaisse pas.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le cerf à canines (Elaphodus cephalophus)
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Le cerf à canines (Elaphodus cephalophus)

Le cerf à canines ou cerf huppé est un animal qui semble tout droit sorti d'un bestiaire médiéval ou d'une saga de fantasy. Or, il existe bel et bi...



  • Leslie Jr, D. M. (2011). Rusa unicolor (Artiodactyla: Cervidae). Mammalian Species43(871), 1-30.
  • Ramesh, T., Sankar, K., Qureshi, Q., & Kalle, R. (2012). Group size, sex and age composition of chital (Axis axis) and sambar (Rusa unicolor) in a deciduous habitat of Western Ghats. Mammalian Biology77(1), 53-59.
  • Simcharoen, A., Savini, T., Gale, G. A., Roche, E., Chimchome, V., & Smith, J. L. (2014). Ecological factors that influence sambar (Rusa unicolor) distribution and abundance in western Thailand: implications for tiger conservation. Raffles bulletin of Zoology62.
  • Martins, R. F., Schmidt, A., Lenz, D., Wilting, A., & Fickel, J. (2018). Human‐mediated introduction of introgressed deer across Wallace’s line: Historical biogeography of Rusa unicolor and R. timorensis. Ecology and evolution8(3), 1465-1479.
  • Watter, K., Thomas, E., White, N., Finch, N., & Murray, P. J. (2020). Reproductive seasonality and rate of increase of wild sambar deer (Rusa unicolor) in a new environment, Victoria, Australia. Animal Reproduction Science223, 106630.