Poux rouges chez les poules : tout ce que vous devez savoir

Les parasites sont courants dans l'industrie avicole, car les animaux sont souvent élevés dans des environnements peu salubres. Découvrez avec nous ce que sont les poux rouges chez les poules et comment les éliminer.
Poux rouges chez les poules : tout ce que vous devez savoir

Dernière mise à jour : 06 juillet, 2021

Comme tous les vertébrés, les volailles peuvent également être infectées par des parasites à court et à long terme. Les poux rouges chez les poules est un exemple clair de parasitose, puisqu’on estime que jusqu’à 83 % des élevages européens en sont plus ou moins infectés.

Le pou rouge (Dermanyssus gallinae) affecte tous les sites de production avicole de la même manière, quels que soient la concentration d’animaux et le rôle de l’installation. Si vous voulez en savoir plus sur les poux rouges chez les poules, poursuivez donc votre lecture.

Que sont les poux rouges ?

Le pou rouge (Dermanyssus gallinae) est un ectoparasite hématophage des volailles. C’est un arthropode arachnide de la sous-classe Acari et, en tant que tel, il partage certaines caractéristiques avec les poux typiques.

En premier lieu, il convient de noter que le corps des arachnides est divisé en 2 sections ou tagmes : le céphalothorax (prosoma) et l’abdomen (opistosoma), mais les acariens ont connu une fusion des deux tout au long de l’évolution. Cette espèce spécifique a 4 paires de pattes, un abdomen qui gonfle lorsque le spécimen se nourrit et des chélicères céphaliques marquées.

En revanche, il faut noter que les spécimens adultes ne dépassent pas un millimètre de longueur. Leur couleur naturelle est semi-transparente, noirâtre ou blanchâtre lorsqu’ils ne se nourrissent pas, mais ils acquièrent une teinte rougeâtre après s’être nourris du sang de leur hôte.

Pou rouge.

Le cycle de vie des poux rouges chez les poules

Comme l’indique l’Université de Floride, cette espèce ne reste pas attachée à son hôte tout au long de son cycle de vie. Nous présentons brièvement son cycle de vie :

  1. Les spécimens adultes pondent des œufs dans les endroits où ils se cachent. Cela comprend les zones de déchets, les trous dans les murs des enclos et les espaces entre les rochers. Les femelles libèrent les œufs par lots de 4 à 8 unités, ce qui donne un total de 30 œufs tout au long de leur vie.
  2. Après l’éclosion, apparaissent des larves à 6 pattes qui sont très maladroites et ne se nourrissent pas. Après leur première mue, elles acquièrent les 8 pattes typiques de l’espèce sous leur forme protonymphe en 1-2 jours et commencent à se nourrir de sang.
  3. Les protonymphes deviennent ensuite des deutéronymphes, et ces derniers deviennent des spécimens adultes. Et pendant tout ce temps ils se nourissent du sang de la poule. L’ensemble du processus se déroule en un maximum de 10 jours.
  4. Les adultes continuent de sucer du sang et commencent à produire des œufs.

Le plus grand défi auxquelles les éleveurs doivent faire face lors du traitement est la résistance. Les deutéronymphes et les adultes sont capables de résister à la dessiccation et de vivre hors de leur hôte pendant 8 mois. Par conséquent, éliminer la charge parasitaire d’une poule isolée est totalement inutile.

Pendant la journée, les spécimens adultes se réfugient dans les zones sombres du poulailler. Ils sortent la nuit pour se nourrir.

Les symptômes

La présence de poux rouges chez les poules cause à la fois des dommages directs et indirects. En plus de provoquer une perte de sang quantifiable en cas d’une charge parasitaire élevée, ces poux sont des vecteurs de maladies, parmi lesquelles figurent, par exemple, la maladie de Newcastle.

Les symptômes peuvent varier d’un animal à un autre selon la quantité de poux l’âge de l’animal et son état de santé antérieur, entre autres. Les symptômes les plus pertinents sont les suivants :

  • Anémie : Comme l’indique la revue scientifique Parasites and Vectors, le signe clinique le plus courant est l’anémie subaiguë. Les poules pondeuses peuvent perdre jusqu’à 3% de leur volume sanguin chaque nuit à cause de ce parasite. Le manque de globules rouges chez l’animal se traduit par une apathie, un manque d’activité et un malaise général.
  • Blessures physiques visibles et irritation de la poitrine et des jambes.
  • Augmentation du stress dans le poulailler et cycles de sommeil perturbés.
  • Chute de plumes.
  • Pâleur de la crête due à l’anémie déjà évoquée.
  • Dans les cas les plus extrêmes, la mort en raison d’une anémie sévère.

Comment détecter la présence de poux rouges ?

Les symptômes chez les poules infectées sont très évidents si la charge parasitaire est élevée, mais avant cela, l’invasion peut être un peu difficile à détecter. Si vous soupçonnez la présence de poux rouges dans votre poulailler, nous vous recommandons de suivre les étapes suivantes :

  1. Essayez de rechercher des signes de colonies de poux rouges près de l’aire de repos de la poule. Si le poulailler comprend des perchoirs et d’autres accessoires, sortez-les et examinez-les. Parfois, les œufs eux-mêmes ont de petits points rougeâtres mobiles à la surface de leur coquille. Ce sont des poux adultes.
  2. Analysez le poulailler la nuit. Comme nous l’avons dit, les poux rouges deviennent actifs la nuit. À l’aide d’une lampe de poche, recherchez des traces de poux rouges sur les poules.
  3. Comptez le nombre d’œufs pondus quotidiennement. Les poules anémiques pondent moins d’œufs.
  4. Passez un chiffon blanc sur les surfaces les plus utilisées par les animaux. S’il y a des poux sur ces surfaces, vous verrez du sang sur le tissu.

En résumé, la meilleure façon de détecter les poux rouges est d’analyser périodiquement les poules et l’ensemble du poulailler. Il est aussi important de faire des rondes nocturnes, car c’est à ce moment-là que les poux rouges sont actifs.

Les traitements contre les poux rouges

Vous savez maintenant comment détecter une infestation de poux rouges chez les poules et les principaux dommages que ces parasites peuvent générer. Mettre fin à cette invasion est une tâche complexe, mais il est possible de s’en débarrasser avec les traitements multidisciplinaires suivants.

Spinosad (Elector PSP®)

Le Spinosad est un insecticide naturel de la fermentation de la bactérie Saccharopolyspora spinosa. Sa toxicité est très faible pour les grands vertébrés et il est très utile pour tuer les arthropodes nuisibles. Dans ce cas, il est nécessaire de l‘appliquer sous forme de spray sur toutes les surfaces du poulailler.

Fluralaner (Exzolt®)

Ce médicament est couramment utilisé pour éliminer les poux chez les chiens et les chats. Il doit être ajouté à l’eau des poules en 2 fois, la deuxième 7 jours après la première dose. Il est considéré comme un composé efficace à 99 %.

Ivermectine

Ce médicament doit être administré par voie topique aux poules présentant des charges parasitaires évidentes. Il faut renouveler la dose au bout de 10-14 jours, afin de lutter contre les éventuelles générations survivantes.

Soufre 80 %

Les poudres et solutions de soufre sont couramment utilisées contre les plaies agricoles. Dans ce cas précis, il faut appliquer la poudre de soufre directement sur les poules, sur toutes les surfaces du poulailler et dans les zones où les oiseaux prennent des “bains de boue”.

Augmentation de la température

Dans les grandes surfaces, on augmente parfois la température du poulailler à environ 45 ºC de manière soutenue, en plus des autres solutions déjà évoquées. Ces conditions climatiques tuent tous les poux et les larves survivants.

Il existe plus de 30 acaricides différents pour traiter cette maladie. Évaluez la meilleure option avec votre vétérinaire de confiance avant de vous mettre au travail.

Des poules.

En somme, les poux rouges chez les poules sons insaisissables, nocifs et difficiles à éradiquer. Si vous détectez ces arthropodes gênants dans votre poulailler, nous vous recommandons de vous mettre entre les mains d’un professionnel du parasitisme en filière avicole. Avant de commencer un traitement à long terme, assurez-vous qu’il est sans danger pour vos animaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Poule polonaise : soins et élevage
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Poule polonaise : soins et élevage

Les soins et l'élevage de la poule polonaise ne sont pas des tâches faciles. De plus, un incubateur est nécessaire pour la couvaison.



  • UF/IFAS, Featured creatures. Recogido a 1 de julio en https://entnemdept.ufl.edu/creatures/livestock/poultry/chicken_mite.htm
  • Flochlay, A. S., Thomas, E., & Sparagano, O. (2017). Poultry red mite (Dermanyssus gallinae) infestation: a broad impact parasitological disease that still remains a significant challenge for the egg-laying industry in Europe. Parasites & Vectors, 10(1), 1-6.
  • Nordenfors, H. (2000). Epidemiology and control of the poultry red mite, Dermanyssus gallinae (No. THESIS SUAC 93).
  • Sparagano, O. A. E., George, D. R., Harrington, D. W. J., & Giangaspero, A. (2014). Significance and control of the poultry red mite, Dermanyssus gallinae. Annual review of entomology, 59, 447-466.
  • Chauve, C. (1998). The poultry red mite Dermanyssus gallinae (De Geer, 1778): current situation and future prospects for control. Veterinary parasitology, 79(3), 239-245.
  • Bellanger, A. P., Bories, C., Foulet, F., Bretagne, S., & Botterel, F. (2008). Nosocomial dermatitis caused by Dermanyssus gallinae. Infection Control & Hospital Epidemiology, 29(3), 282-283.