5 cancers courants chez le chat

Les cancers sont courants dans le règne animal, y compris chez les chiens, les chats et autres animaux de compagnie. Malheureusement, leur taux de survie une fois la malignité détectée est assez court.
5 cancers courants chez le chat

Dernière mise à jour : 30 août, 2021

Selon des sources que nous citerons plus loin, 1 chat sur 5 souffre d’un processus cancérigène tout au long de sa vie. Cela est particulièrement courant chez les félins qui arrivent à la fin de leur existence, car au stade sénior, la probabilité que surgisse un dysfonctionnement dans le corps est plus élevée. Nous vous invitons ici à découvrir quels sont les cancers courants chez le chat.

Il est à noter que tous les cancers ne répondent pas de la même manière au traitement, et que chez les animaux de compagnie, le pronostic n’est généralement pas très positif. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

Les cancers courants chez le chat

Le terme « cancer » englobe plusieurs maladies ayant une étiologie similaire. Dans ces tableaux cliniques, une lignée de cellules mute au niveau de son ADN et commence à croître plus vite que la normale. En ne suivant pas les schémas de division et de sénescence attendus, les corps cellulaires se rassemblent et une masse appelée tumeur se forme. Si elle est maligne, elle peut se propager à d’autres parties du corps.

Comme indiqué par Flint Animal Cancer Center, 1 chat sur 5 développera un cancer au cours de sa vie. Cela va même plus loin, puisque 32 % des chats meurent d’un cancer, et chaque année, rien qu’aux États-Unis, jusqu’à 6 millions de de tumeurs malignes sont détectées chez les chats.

La plupart des cancers présentent des tumeurs, mais d’autres (comme les leucémies) peuvent se développer avec des symptômes plus généraux.

1. Le lymphome, l’un des cancers courants chez le chat

Le lymphome est un cancer du sang caractérisé par une prolifération de lymphocytes (globules blancs B ou T). Selon l’endroit où se situe le foyer cancéreux, cette maladie peut être gastro-intestinale ou multicentrique. Les intestins, la mâchoire, le nez, le centre de la poitrine sont les zones les plus touchées selon la variante.

Les symptômes généraux sont les suivants : perte d’appétit, faiblesse, vomissements, saignements, essoufflement, boiterie, dépression et mauvaise odeur. Comme il s’agit d’un cancer disséminé, il est toujours traité par chimiothérapie. Le pronostic n’est pas très positif, car la plupart meurent 6 mois après le traitement.

On estime que 48 chats sur 100 000 développeront un lymphome au cours de leur vie.

Un exemple de lymphome dans le sang.

2. Le cancer du sein

Comme les études l’indiquent, jusqu’à il n’y a pas si longtemps, on croyait que la prévalence du cancer du sein chez les chats était faible, 25 cas pour 100 000 chats. Cependant, il a été découvert que 90 % des tumeurs mammaires de cette espèce sont malignes, de sorte que le nombre a considérablement augmenté, atteignant 230 cas pour 100 000.

Le symptôme le plus clair de cette affection est la présence de masses nodulaires sous la peau, en particulier dans un ou plusieurs seins. L’ablation chirurgicale de la tumeur est toujours la première, mais lorsque la tumeur a déjà provoqué une métastase, l’approche devient très compliquée.

La survie médiane 2 ans après le diagnostic est de 17,7 %. Si la tumeur est très volumineuse et s’est étendue à d’autres parties du corps, les choses deviennent encore plus compliquées.

3. Le carcinome épidermoïde (CSC)

C’est l’un des cancers les plus fréquents chez le chat, avec une incidence qui oscille entre 15 et 48 % chez les chats qui présentent des néoplasmes de l’épiderme. Comme son nom l’indique, la tumeur est dérivée des cellules squameuses, les principaux composants de la surface de la peau.

En général, la masse tumorale apparaît dans les parties du corps mal pigmentées, telles que les paupières, le bord du nez, les lèvres et les oreilles. La croissance ressemble à un “chou-fleur” et s’ulcère avec le temps.

Le cancer peut réapparaître dans d’autres parties du corps au fil du temps. Le pronostic général est mauvais : de 1 à 3 mois.

4. Le fibrosarcome

Le fibrosarcome est un cancer qui se forme dans le tissu fibreux, affectant les cellules responsables de son apparition (fibroblastes). Il n’est pas du tout courante chez l’homme, mais une augmentation de sa prévalence chez les chats a été observée avec de nouvelles méthodes de diagnostic. Fait intéressant, il survient en réaction à certains vaccins chez 1 chat sur 10 000.

Le symptôme le plus clair est l’apparition d’une masse tumorale à l’endroit où le vaccin a été administré. Encore une fois, le traitement principal est la résection chirurgicale de la tumeur, bien que la chimiothérapie puisse également être utilisée dans les cas où le cancer s’est propagé à d’autres endroits.

Ce cancer ne provoque généralement pas de métastases. Pendant les premières phases, seulement 3 à 5 % des tumeurs se propagent à d’autres parties du corps.

5. Les cancers causés par le virus de la leucémie féline

Ce n’est pas un cas de figure courant, mais l’infection par le virus de la leucémie féline (FeLV) est la cause de nombreuses tumeurs malignes. Dans les derniers stades de la maladie, cet agent pathogène envahit la moelle osseuse et perturbe la production de globules blancs et rouges, entraînant des affections telles que le lymphome déjà décrit.

On estime que 15 % des chats infectés par ce pathogène développeront un cancer au cours de leur maladie. Malheureusement, c’est une maladie chronique qui n’a pas de remède évident et la seule approche dans de nombreux cas est palliative.

Ce virus infecte 1 à 2 % des chats domestiques.

Chat roux.

Un taux de survie faible

L’âge moyen de l’apparition du cancer chez le chat est de 12 ans, c’est-à-dire au stade adulte-senior. Pour cette raison, dans de nombreux cas, les vétérinaires décident d’adopter une approche palliative et de ne pas traiter directement la tumeur, surtout s’il y a des métastases et que la santé du félin est déjà très affaiblie. C’est compréhensible, car l’approche clinique elle-même pourrait mettre fin à la vie de l’animal.

Dans certains cas, il vaut la peine d’essayer de contrer la malignité, mais en gardant toujours à l’esprit que le taux de survie global est assez faible. Il ne faut pas jeter l’éponge facilement, mais il faut aussi être réaliste et se préparer à ce qui peut arriver.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment nourrir correctement un chat malade ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Comment nourrir correctement un chat malade ?

L'alimentation d'un chat malade joue un rôle crucial pour le maintien d'un état de santé stable et d'une éventuelle guérison... Voici quelques cons...



  • Common cancer in cats, Flint Animal Cancer Center. Recogido a 26 de agosto en https://www.csuanimalcancercenter.org/2019/11/20/common-cancers-in-cats/
  • Chocteau, F., Boulay, M. M., Besnard, F., Valeau, G., Loussouarn, D., & Nguyen, F. (2019). Proposal for a histological staging system of mammary carcinomas in dogs and cats. Part 2: feline mammary carcinomas. Frontiers in veterinary science, 6, 387.