L'intégration d'un chien dans une famille

03 juillet, 2018
Afin d'adopter un nouveau membre canin dans la famille, une directive très spécifique doit être suivie pour éviter les problèmes, surtout s'il y a déjà un chien dans le foyer familial.

S’il s’agit d’un chiot, on ne doit pas le séparer de sa mère et de ses frères et sœurs avant sa sixième semaine, grand minimum. C’est à ce moment-là que leur équilibre émotionnel commence à se définir et que leur sensibilité aux stimuli est plus grande. Il est recommandé d’avoir des contacts sporadiques avec les humains pour se familiariser avec eux.

Vient ensuite la socialisation avec d’autres chiens, animaux et humains. De cette façon, le chiot comprend sa nouvelle réalité, loin de sa mère et de ses frères et sœurs.

 

un groupe de chiots en train de téter

L’intégration de ce petit chien dans la famille sera plus efficace tant que vous avez des règles claires. On doit leur apprendre où dormir et faire leurs besoins. Mais aussi à quelle heure ils doivent manger, où ils peuvent jouer et quelles sont les limites de ces jeux…

Interaction supervisée, une nécessité

S’il y a de plus gros chiens ou animaux dans la maison, nous devrons superviser cette interaction avec persévérance. L’intention est d’éviter les traumatismes et de favoriser des relations harmonieuses ; s’ils sont tous des chiots, les réunir les aidera à interagir et à jouer sans violence.

La relation future peut dépendre de la première rencontre du chien hôte avec le nouveau membre de la famille. Nous ne devons pas perdre de vue le fait que, jusque-là, il a été au centre de l’attention.

Le socialiser depuis le début

Idéalement, cette première vision entre les deux devrait avoir lieu à l’extérieur de la maison, lors d’une promenade. Nous recommandons qu’il y ait une autre personne, et que chaque personne prenne soin d’un chien pendant qu’ils se sentent et font connaissance.

Deux choses différentes peuvent se produire : qu’ils ne se prêtent pas attention jusqu’à ce qu’ils soient finalement apparentés ou qu’ils génèrent des tentatives de combat qu’il faut éviter. Dans ce cas, l’idéal est de les séparer doucement pour diminuer les tensions.

S’ils s’entendent bien, on peut les laisser seuls dans un endroit sûr. Lorsqu’ils sont prêts à entrer dans la maison, le chien hôte doit le faire en premier et on autorisera ensuite le nouveau membre à explorer chaque recoin de la maison. Si les deux sont à l’aise, on peut les laisser libres.

Les premiers jours, il faut les surveiller, surtout au moment des repas ou pendant les jeux, afin d’éviter les conflits. Si l’animal hôte aime se battre avec d’autres chiens, l’attention doit être encore plus grande. Il est important de respecter les habitudes du premier animal de compagnie, afin que le nouvel arrivant ne soit pas un problème dans sa vie.

Petit à petit, en contrôlant les impulsions

Si l’animal n’est pas un chien, il a besoin d’une approche progressive et d’un contrôle de ses impulsions. Il faut réaliser cet exercice quotidiennement tout en gardant votre distance, jusqu’à ce qu’ils s’y habituent. Pendant ce temps, nous devons séparer les animaux.

Quand il s’agit de chats, il est préférable d’y aller doucement, parce qu’on ne peut pas les forcer. Il est important de connaître l’instinct du chien, par race, pour déterminer son niveau de prédateur.

un cocker et un chat se reniflent

S’il s’agit d‘un chiot ou d’un animal adulte, il faut prendre en compte le temps dont le propriétaire dispose pour cette période d’adaptation. Les premiers prennent plus de temps, mais les seconds ne peuvent pas être seuls dès le jour d’après. Cela permet d’éviter l’anxiété, l’ennui ou le stress.

Beauté ou race, l’important?

Nous choisissons souvent un chien en fonction de sa beauté ou de sa race. Cela finit souvent par être une erreur, qui nuit à l’animal lui-même, et c’est qu’un mauvais choix peut se terminer par l’abandon du chien pour des problèmes d’adaptation. Pour éviter cela, il est prioritaire d’avoir une idée claire du temps disponible pour s’en occuper, s’il y a des enfants ou plus d’animaux, etc.

Ce qu’il faut prendre en compte pour l’intégration du chien dans la famille

Lorsque le nouveau membre de la famille est un chiot, il est important de le laisser accueillir le chien adulte de sa propre initiative. Il convient de noter que l’hôte ne devrait pas être autorisé à intimider le nouveau venu.

De plus, une zone ne devrait pas être établie pour les deux chiens, tant qu’ils n’ont pas une relation cordiale et de confiance, donc jusque-là, il est plus que recommandé qu’ils soient séparés.

Il est également important de séparer les effets personnels et de délimiter les espaces de chaque animal pour éviter les réactions agressives. Il faut toujours interrompre les combats entre les deux.

Dès le début, on doit éduquer le nouveau chien à manger dans son assiette. S’il termine le premier, il ne doit pas aller dans la gamelle de l’autre animal.

La prise en compte de ces recommandations favorisera une intégration rapide et agréable du chien dans la famille.