Pet sitting : 6 règles pour prendre soin du chien d'une autre personne

01 juillet, 2020
Il est possible que vous ayez des connaissances dans le domaine vétérinaire ou même que vous soyez formé dans le secteur. Avez-vous déjà songé à travailler en tant que pet sitter ?
 

Comme le terme baby sitting qui fait référence à la garde de bébés et de petits enfants en échange d’une rémunération économique pendant que leurs parents ou tuteurs sont absents, il existe le terme de pet sitting pour faire référence à une activité similaire.

Au lieu de bébés ou d’enfants, il s’agit ici d’animaux de compagnie. Surtout de chiens et de chats car ce sont les plus communs, même si certains engagent des pet sitters pour leurs lapins, rongeurs, oiseaux, tortues ou poissons.

En général, le pet sitter se déplace là où vit l’animal, même si le tuteur peut aussi choisir d’emmener son animal chez le pet sitter, que ce soit dans sa résidence personnelle ou dans un local (au cas où il s’agisse d’un centre de soins, comme une pension ou un hôtel pour animaux).

Pour prendre soin de l’animal d’une autre personne, il ne suffit pas d’avoir de bonnes aptitudes et du temps. Il faut aussi avoir des connaissances de base dans le domaine vétérinaire, en éthologie et en éducation canine.

 

Il faut bien se rappeler que chaque animal a un caractère, des problèmes émotionnels et un environnement différents. Par ailleurs, il est important que le pet sitter soit légalement protégé car certains problèmes peuvent se produire au cours du pet sitting.

Pour faire du pet sitting, les connaissances en éthologie sont extrêmement appréciées

Un chien en pet sitting

Même s’il semblerait que n’importe qui peut s’occuper d’un chien car la garde semble ne consister qu’à lui tenir compagnie et lui donner à manger/boire, les choses ne sont pas si simples.

Le pet sitter doit savoir que contrairement au tuteur, il ne connaît pas aussi bien l’animal et, par conséquent, doit chercher des méthodes pour se lier efficacement à lui. Il doit, en d’autres termes, tout faire pour que la cohabitation soit positive.

 

Prenons l’exemple d’un chien. Ses maîtres le connaissent bien et savent, à chaque instant, comment communiquer avec lui. Ils connaissent ses réactions et savent comment les gérer. Par ailleurs, ils savent quelles situations sont susceptibles de déboucher sur un problème. Par exemple, si, au cours des promenades, le chien ne renifle pas le sol, il tirera beaucoup sur la laisse ou pourra avoir une attitude réactive vis-à-vis d’autres chiens ou personnes.

Les maîtres peuvent transmettre cette information au pet sitter pour qu’il sache comment agir avec le chien mais il est malgré tout nécessaire qu’il ait certaines connaissances sur l’éthologie de l’animal qu’il garde pour éviter des problèmes. En outre, il devrait suivre des cours élémentaires sur l’éducation canine, basée sur le renforcement positif et le dressage canin cognitif et émotionnel.

Dans des pays comme la Suisse, il existe des plateformes en ligne où les tuteurs postent des annonces pour les pet sitters. Les personnes intéressées par la garde d’animaux se créent un profil pour chercher des offres d’emploi. Lorsqu’elles créent leur profil, leurs connaissances en éthologie et autres domaines semblables sont extrêmement appréciées.

 

Les tâches du pet sitter

Il est possible qu’un tuteur engage un pet sitter pour emmener son animal chez le vétérinaire. Dans ce cas, la personne doit savoir comment aider l’animal à rester calme et à bien se porter lors du trajet et de la consultation.

En plus de garder l’animal dans sa maison (c’est-à-dire lui donner à manger, à boire, jouer, le brosser et le sortir pour faire ses besoins), il est possible que le tuteur sollicite d’autres services, comme :

  • Emmener l’animal chez le vétérinaire (les deux personnes se mettent d’accord à l’avance car le tuteur doit s’assurer que le pet sitter ait un véhicule et soit disponible pour réaliser la tâche)
  • Donner ses médicaments à l’animal

Donner un comprimé à l’animal peut ne pas sembler difficile, même si tout dépendra de la façon dont il a été éduqué. Mais ce sont néanmoins des points comme ce dernier qui expliquent pourquoi il est important que le pet sitter ait une certaine formation.

Les animaux diabétiques doivent recevoir leur dose d’insuline à travers une petite injection, comme les patients humains. Le pet sitter doit savoir comment la faire. Et si l’animal souffre d’épilepsie, il doit savoir comment agir correctement en cas de crise.

 

C’est pour toutes ces raisons que tout le monde ne peut être pet sitter. Même avec beaucoup de bonne volonté et une passion pour les animaux.

Un chat qui joue

Jouer avec l’animal, une tâche essentielle

Le pet sitting n’implique pas seulement de se rendre dans la maison du chien, de le nourrir et de le sortir. Les chiens sont des animaux incroyablement complexes, qui ont beaucoup de besoins. Il est très important que le pet sitter joue avec le chien. Bien évidemment, tout dépendra de l’âge de l’animal et de ses habitudes.

L’un des jeux les plus importants à réaliser avec le chien est le travail de l’odoratCréer des labyrinthes d’odeurs avec de la nourriture appétissante qui attire son attention, se servir de jouets interactifs qui activent son odorat, etc. Tout cela détendra le chien et le tranquillisera quand le pet sitter s’en ira.

 

La protection légale est importante dans le pet sitting

Un pet sitter doit se protéger légalement, pour des raisons très simples : il ne s’occupe pas de son propre animal et, bien souvent, devra se déplacer dans d’autres maisons pour garder les animaux.

Il est important que le tuteur du chien et le pet sitter établissent un contrat. Une assurance responsabilité civile et professionnelle est également recommandée. Surtout si l’on souhaite réaliser cette tâche régulièrement, en guise d’emploi.

Un grand nombre d’inconvénients et d’accidents peuvent surgir au cours du pet sitting: il faut donc bien se protéger.

Quelques considérations

Lorsque l’on travaille avec des animaux, il faut être conscient que, pour eux, le dimanche n’existe pas. Ils peuvent tomber malades à tout moment. Par ailleurs, les tuteurs peuvent avoir des imprévus et avoir besoin d’un pet sitter n’importe quand.

Si vous vous inscrivez en tant que pet sitter sur un portail, il est probable que vous finissiez par avoir plusieurs clients qui auront besoin de vos services le même jour. Assurez-vous de bien vous organiser à l’avance pour éviter les malentendus. Vous pourrez ainsi aller d’une maison à une autre en toute tranquillité pour satisfaire votre clientèle.

 

 

  • Edwards, R. (2006). Pet Sitting: Is It For Me?.
  • Marçal, A. F. B. A. (2013). Business plan for a pet sitting and dog walking company (Doctoral dissertation).
  • Missoni, J., Cvitković, D., Pavlak, M., Konjević, D., & Marošinac, V. (2015). Pet sitting: keeping and caring for pets as a means of employment. Veterinarska Stanica, 46(1), 19-26.