La démence sénile chez les chiens : que dit la science ?

La science a découvert les similitudes entre la maladie d'Alzheimer et la démence chez les chiens. C'est un grand pas vers la compréhension de l'évolution de la maladie et même vers la recherche d'un traitement.
La démence sénile chez les chiens : que dit la science ?

Dernière mise à jour : 18 décembre, 2020

La médecine vétérinaire pour les animaux de compagnie gériatriques progresse rapidement. En effet, de plus en plus d’animaux de compagnie atteignent ce stade, grâce aux soins de leurs gardiens et à l’évolution de la médecine vétérinaire des petits animaux. Par exemple, nous en savons aujourd’hui plus sur la démence sénile.

Malheureusement, si les animaux de compagnie vivent plus longtemps, de plus en plus de pathologies liées à la vieillesse apparaissent aussi, comme la démence sénile. Cette maladie canine est comparable à la démence chez l’homme – un bon exemple est la maladie d’Alzheimer.

Le scientifique W. W. Ruehl, avec ses collaborateurs, a inventé le terme “syndrome de dysfonctionnement cognitif” pour expliquer la dégénérescence dont souffre le cerveau de certains chiens âgés. Cette dégénérescence entraîne certains changements dans le comportement de l’animal.

Démence sénile : quels changements se produisent dans le cerveau du chien ?

Le syndrome de dysfonctionnement cognitif ou démence sénile chez les chiens est une maladie neurodégénérative typique des chiens âgés. Cela ne signifie pas que tous les animaux de compagnie âgés souffrent de démence, mais c’est à cet âge qu’elle apparaît.

Comme les humains, le cerveau des chiens change lorsqu’ils atteignent un âge avancé. Il s’agit de modifications normales qui, bien qu’elles puissent entraîner certains changements de comportement ou de caractère, ne sont pas pathologiques. Ces changements sont les suivants :

  • Atrophie corticale, qui entraîne généralement une diminution progressive de la vision.
  • Épaississement et calcification des méninges. Le calcium est déposé dans les méninges plutôt que dans les os ou les dents et peut interférer avec les fonctions cérébrales.
  • Dilatation des ventricules, qui font partie du système dans lequel circule le liquide céphalorachidien.
  • Élargissement des rainures et rétraction des circonvolutions. En d’autres termes, le cerveau semble se rétrécir.
  • Réactivité des cellules gliales, qui sont des cellules nerveuses impliquées dans la maintenance des neurones et dans le traitement des informations qui circulent entre elles.

Beaucoup de ces changements peuvent également apparaître dans les processus de démence sénile chez les chiens. Cependant, l’un des facteurs les plus importants découverts à ce jour et qui apparaît également dans la maladie d’Alzheimer chez l’homme est la présence de dépôts d’une protéine appelée β-amyloïde.

Un labrador âgé noir sur fond blanc.

L’accumulation de bêta-amyloïde

La protéine β-amyloïde s’accumule dans les espaces entre les neurones dans différentes parties du cerveau, comme le cerveau parenchymateux ou ses vaisseaux vasculaires. Cette accumulation est appelée plaque névritique, sénile ou amyloïde.

Bien que l’on ne sache pas encore exactement comment ces dépôts de protéines agissent, les propriétés neurotoxiques de β-amyloïde sont connues. Ce composé compromet la fonction neuronale, endommage la synapse, tue les neurones et provoque un appauvrissement des neurotransmetteurs de ces cellules mortes.

En fonction de la taille des plaques névritiques, le degré de gravité de la démence sénile sera plus ou moins important, selon les études. Ce fait est très similaire à ce qui se passe dans le cerveau humain lorsqu’il souffre de la maladie d’Alzheimer.

Héritage génétique et démence sénile chez les chiens

Certaines races de chiens semblent être plus disposées que d’autres à souffrir d’un syndrome de dysfonctionnement cognitif. Ce fait est lié à la mutation de plusieurs chromosomes, qui provoque la surproduction de la protéine β-amyloïde.

Les recherches suggèrent que bien que les chiens de petite race aient une durée de vie plus longue, ils ne sont pas aussi prédisposés à la démence que les chiens de moyenne et grande race. Encore d’autres observations ont été faites.

Par exemple, certains scientifiques ont observé que les femelles sont plus susceptibles de développer ce dysfonctionnement que les mâles. De même, les chiens stérilisés sont plus susceptibles de souffrir de ces conditions que les chiens non stérilisés.

Le traitement des dysfonctionnements cognitifs chez les chiens

De nombreux symptômes de la démence sénile signifient que la relation entre le gardien et le chien peut devenir très tendue… Au point que le maître décide d’euthanasier ou d’abandonner son chien.

Le problème se pose lorsque le chien est diagnostiqué comme étant atteint de démence sénile, puisque la pathologie n’a pas de remède ni de traitement optimal. Souvent, le traitement vise à traiter et à réduire l’état d’anxiété dont souffrent habituellement les chiens atteints de la maladie.

En bref, en très peu de temps, le chien ne comprend plus le monde qui l’entoure. Il subit un tel stress qu’il affiche des comportements indésirables pour les gardiens, comme l’agressivité ou une vocalisation excessive.

Un chien âgé allongé sur le sol.

Actuellement, le traitement utilisé pour les chiens atteints de démence est généralement une combinaison de thérapies qui comprennent des directives comportementales spécifiques pour traiter l’animal, divers médicaments, des nutraceutiques et des régimes alimentaires spécifiques.

Malheureusement, tout comme la maladie d’Alzheimer, la démence sénile chez les chiens ne peut être guérie : le processus doit simplement être traité de la manière la plus douce et la plus empathique possible. Le chien n’est pas conscient de ce qui lui arrive : il réagit simplement comme sa nature le lui dicte.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’incontinence urinaire chez les chiens
My AnimalsLisez-le dans My Animals
L’incontinence urinaire chez les chiens

Aujourd'hui nous vous parlons des causes les plus probables de l'incontinence urinaire chez nos animaux de compagnie mais aussi des soins et traite...



  • Cummings, B. J., Su, J. H., Cotman, C. W., White, R., & Russell, M. J. (1993). β-Amyloid accumulation in aged canine brain: a model of early plaque formation in Alzheimer’s disease. Neurobiology of aging, 14(6), 547-560.
  • Mentzel, E. Demencia senil canina. Etología Clínica Veterinaria. Disponible en: https://www.agilityeuskadi.com/documentos/Demencia%20Senil%20Canina.pdf
  • Mentzel, R. (2014). Psiquitria y psicopatología veterinaria.
  • Neilson, J. C., Hart, B. L., Cliff, K. D., & Ruehl, W. W. (2001). Prevalence of behavioral changes associated with age-related cognitive impairment in dogs. Journal of the American Veterinary Medical Association, 218(11), 1787-1791.
  • Skoumalova, A., Rofina, J., Schwippelova, Z., Gruys, E., & Wilhelm, J. (2003). The role of free radicals in canine counterpart of senile dementia of the Alzheimer type. Experimental gerontology, 38(6), 711-719.
  • Troncoso, F. A., Gómez, M. A., & Campillo, C. (2011). Relación entre síndrome de disfunción cognitiva, tamaño ventricular y densidad cerebral en caninos seniles. Nota del editor, 2(1), 110.