Empoisonnement d'un chat : que faire ?

19 novembre, 2020
L'empoisonnement d'un chat peut avoir des sources diverses et se manifester avec des symptômes variés. Découvrons cela ensemble.

Les animaux sont très rusés et ont des sens plus développés que les nôtres (surtout l’odorat). Toutefois, il se peut qu’ils mangent ou boivent quelque chose qui n’est pas bon pour eux.

Les félins sont très prudents et en même temps curieux. Nous devons donc veiller à éviter l’empoisonnement d’un chat. Nous vous expliquons ici comment agir dans ce cas.

Empoisonnement d’un chat : insouciance et curiosité

La curiosité peut être à l'origine de l'empoisonnement d'un chat.

Comme tout être vivant, le chat peut faire une erreur et être empoisonné. S’ils sont les animaux prudents par excellence (plus que les chiens), ils sont aussi très curieux et adorent explorer de nouvelles choses. Malheureusement, ce comportement ne fonctionne pas toujours bien pour eux.

Ils peuvent se retrouver intoxiqués, blessés ou empoisonnés en raison de leur désir d’en savoir plus. La bonne nouvelle est qu’en tant que maîtres, vous pouvez soit empêcher que cela se produise, soit agir rapidement pour éviter que cela ne devienne fatal en les emmenant chez le vétérinaire.

Il existe des techniques que vous pouvez essayer à la maison ou dans la voiture tout en emmenant l’animal chez le médecin. Il est avant tout essentiel de savoir quelles toxines et quels poisons peuvent affecter les chats : acide acétylsalicylique, paracétamol, chocolat, arsenic, eau de Javel, chlore, insecticides, plantes et insectes toxiques.

Tous ces produits contiennent des enzymes et des produits chimiques qui sont toxiques pour les chats, car leur organisme ne peut pas les métaboliser. Pour savoir si l’animal a été empoisonné ou intoxiqué, vous devez prêter attention aux signaux d’alerte. Les symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Vomissements
  • Diarrhée (parfois sanglante)
  • Toux et éternuements
  • Irritation de la peau
  • Difficulté à respirer
  • Irritation gastrique
  • Spasmes musculaires, tremblements ou crises d’épilepsie
  • Faiblesse
  • Pupilles dilatées
  • Difficulté de coordination aux extrémités
  • Miction fréquente
  • Perte de conscience

Empoisonnement d’un chat : les premiers secours

Si vous détectez un ou plusieurs des symptômes énumérés ci-dessus, vous devez agir en fonction de la gravité du cas. Il est très important de consulter un vétérinaire, de stabiliser l’animal et de recueillir toutes les informations nécessaires à fournir au professionnel. Par exemple, si vous trouvez notre chat en train de boire de l’eau de Javel, nous devrons lui en informer.

Il est toujours bon de s’occuper de l’animal à deux, car pendant que l’une appelle le vétérinaire, l’autre peut le stabiliser. Il faut savoir qu’en matière d’empoisonnement, le temps est précieux.

Si le chat est très faible, inconscient ou presque évanoui, il est essentiel de l’emmener dans un endroit éclairé et aéré (par exemple le jardin). L’air frais peut lui remonter le moral.

De plus, cette clarté vous permettra de voir s’il présente d’autres symptômes. Soulevez-le avec précaution mais fermement. Si vous n’avez pas d’environnement extérieur, vous pouvez opter pour la salle de bain ou la cuisine, soit un endroit où il y a de l’eau propre.

Si la source de l’empoisonnement est détectée, il est essentiel de l’éliminer le plus rapidement possible pour éviter que d’autres animaux ou personnes ne soient empoisonnés. Avant cela, vous pouvez prélever un échantillon de la substance pour le donner au vétérinaire afin qu’il connaisse les concentrations de toxines.

Faire appel à un professionnel vous aidera à vous calmer. Dans de nombreux cas, il vous indiquera comment agir et ce qu’il ne faut pas faire avec le chat. Plus vite vous communiquez avec lui, plus grandes seront les chances de sauver votre animal.

La consultation vétérinaire

Empoisonnement d'un chat : les premiers secours.

L’une des premières questions que le vétérinaire posera est de savoir quelle substance a causé l’empoisonnement. Connaître la substance à l’origine de l’empoisonnement permet de prescrire le traitement le plus approprié. Il peut être très utile de donner le nom du produit, le principe actif, la puissance et même la quantité ingérée par l’animal.

En attendant la consultation, vous ne devez pas donner d’eau, de lait, de nourriture ou d’huile au chat (sauf si le médecin l’indique). Comme vous ne savez pas à quoi vous avez affaire, un remède maison peut avoir l’effet inverse de celui souhaité et aggraver la situation.

Une fois que notre animal a été traité et médicamenté, il est très important d’analyser son évolution. Il faut aussi éliminer au sein du foyer toutes les sources d’empoisonnement pour lui.