Les chiens peuvent-ils souffrir d'un trouble obsessionnel compulsif ?

08 mai, 2020
Tout comme les humains, les chiens peuvent également souffrir d'un trouble obsessionnel compulsif. Les identifier est la première étape pour les surmonter.
 

Il n’existe pas qu’un trouble obsessionnel compulsif. Les animaux peuvent être atteints de plusieurs types de TOC, en particulier les mammifères. De fait, les humains sont également touchés par ce problème débilitant.

Chez les animaux de compagnie, le problème trouve souvent son origine dans une période de stress. Par inadvertance, de nombreux propriétaires encouragent le chien à effectuer certaines actions en le félicitant ou en prêtant attention à un comportement répétitif.

Il est reconnu qu’il peut également avoir hérité d’une certaine prédisposition aux troubles obsessionnels compulsifs. Les cockers, par exemple, ont une prédisposition à garder des objets et parfois leur propre espace corporel.

Le trouble obsessionnel compulsif est-il reconnu comme une affection canine ?

Oui, les chiens peuvent souffrir de nombreux comportements obsessionnels et profonds. Les plus courantes sont le filage, la chasse à la queue, la chasse aux ombres et aux lumières, le léchage des murs, la protection d’objets, la succion de jouets ou de couvertures.

Les autres comportements obsessionnels compulsifs observés sont les hallucinations (chasser des mouches imaginaires), l’appétit pour les substances non alimentaires telles que la terre, les pierres ou les fèces, le fait de se balancer en rythme, de fixer et de vocaliser. Certains chiens présentent également un potentiel d’agressivité.

Les chiens peuvent atteindre un stade où ils s’automutilent ou détruisent des choses, ce qui est souvent lié à l’anxiété de séparation. Voici quelques-uns de ces comportements :

 

1. Tourner ou poursuivre sa queue

La race des Bull Terriers, et en particulier les Bull Terriers anglais, ont une propension pour cette condition. Même si, bien sûr, ce ne sont pas les seules races qui souffrent de ce trouble.

Un chien ayant un trouble obsessionnel

Des recherches récentes ont suggéré que la chasse à la queue, en particulier chez les bull terriers, pourrait être une forme d’autisme. Une étude réalisée en 2011 par Moon-Fanelli et al. a révélé que la compulsion de chasser la queue est plus fréquente chez les mâles. Ils ont également conclu qu’elle semble être associée à des comportements de transe et à une agression épisodique.

Ces résultats, ainsi que le comportement répété de chasse à la queue et la tendance aux phobies, ont conduit les experts à conclure que la chasse à la queue pourrait représenter une forme canine d’autisme.

Il convient toutefois de noter que ces conclusions ne sont pas définitives. La même étude a également indiqué que ce syndrome chez les chiens pourrait être lié à une condition génétique appelée syndrome de l’X fragile.

Appel à la prudence concernant le diagnostic de l’autisme canin

 

Il est important de noter qu’il existe un certain nombre d’autres affections canines difficiles à diagnostiquer, telles que les troubles de l’anxiété et de la douleur. Ces conditions peuvent provoquer des signes cliniques similaires à ceux associés à l’autisme.

Par conséquent, dans tous les cas exceptionnels, tels que les bull terriers mentionnés ci-dessus, le mieux que les vétérinaires et les propriétaires puissent faire pour l’instant est de dire qu’un chien “pourrait être autiste”.

Pour qu’un chien soit provisoirement diagnostiqué autiste, il doit présenter des comportements répétitifs atypiques et un certain degré d’altération de l’interaction sociale avec les chiens ou les personnes. En outre, un vétérinaire doit d’abord écarter d’autres conditions qui pourraient être responsables des signes cliniques observés.

2. Protéger les ressources, un trouble obsessionnel-compulsif manifeste

La protection des ressources est un comportement que les chiens adoptent pour protéger une “ressource”. La ressource peut être un jouet, de la nourriture, n’importe quel objet et même vous.

Un chien possessif ayant un trouble obessionnel

Ce comportement vise à garantir qu’ils ne perdront pas cette ressource. Il se manifeste de différentes manières et souvent les propriétaires ne sont pas conscients que leur chien les observe jusqu’à ce que le comportement devienne plus évident.

 

La défense consiste à aller jusqu’à l’agression. Les deux peuvent sembler assez similaires, mais si un chien a peur, il peut essayer de battre en retraite. Le chien peut utiliser une agression active si la retraite n’a pas réussi.

La génétique peut être un déclencheur de comportements tels que la protection des ressources. Ce comportement est le plus souvent observé chez les cockers.

3. Se lécher les pattes

Ce comportement peut commencer par un problème organique initial, comme une blessure ou une allergie. Mais il peut éventuellement évoluer à partir de problèmes psychologiques tels que l’anxiété.

 

Le léchage constant provoque des endorphines dans le cerveau qui créent un facteur de bien-être. Par conséquent, le chien répète le comportement pour obtenir son endorphine.

L’ennui, le stress, l’inactivité et les allergies peuvent déclencher un épisode de léchage obsessionnel. L’important est d’essayer de trouver quel est le déclencheur et ensuite d’essayer d’éliminer la causalité afin de pouvoir la traiter.

4. Avoir une obsession de l’ombre et de la lumière

Il s’agit d’un trouble obsessionnel-compulsif classique, généralement causé par un ou plusieurs stimuli. Les plus courants sont créées par le propriétaire. Souvent, il peut commencer accidentellement lorsqu’une personne allume une lumière et provoque un mouvement de lumière ou d’ombre.

Le chien réagit et poursuit le mouvement de la lumière. Le propriétaire trouve cela drôle et le répète plusieurs fois et bingo ! Le chien a entamé le chemin de la lumière et des ombres, qui mène au TOC. D’autres situations peuvent inciter le chien à cette action.

 

Ce comportement est souvent observé chez les chiens qui sont laissés seuls pendant de longues périodes. Les rideaux ou les stores flottent, provoquant le mouvement de la lumière qui les traverse ; le chien trouve intéressant de suivre la lumière.

Une fois de plus, des endorphines sont produites et des TOC se produisent. La race la plus courante qui en souffre est le border collie. D’autres chiens de troupeau peuvent également succomber à cette stimulation de la lumière ou de l’ombre.

Bien que le trouble obsessionnel ne soit pas toujours causé par l’anxiété de séparation classique, il peut être stimulé par de longues absences. Les experts pensent qu’il pourrait également être lié à l’apparition de la démence ou de la maladie d’Alzheimer.

Il existe des traitements pour ce comportement, mais une cure ou une solution complète n’est pas toujours possible. Le traitement à la sérotonine est utilisé avec une certaine fréquence. La “thérapie d’aversion au bruit” a également été utilisée pour rompre le cycle des troubles obsessionnels compulsifs.

 

 
  • Moon-Fanelli, A. A., Dodman, N. H., Famula, T. R., & Cottam, N. (2011). Characteristics of compulsive tail chasing and associated risk factors in Bull Terriers. Journal of the American Veterinary Medical Association, 238(7), 883-889.
  • Tiira K, Hakosalo O, Kareinen L, Thomas A, Hielm-Björkman A, Escriou C, et al. (2012) Environmental Effects on Compulsive Tail Chasing in Dogs. PLoS ONE 7(7): e41684. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0041684
  • Jacobs, J. (2016). Understanding Canine Resource Guarding Behaviour: An Epidemiological Approach (Doctoral dissertation).
  • Pérez-Guisado, J., Lopez-Rodríguez, R., & Muñoz-Serrano, A. (2006). Heritability of dominant–aggressive behaviour in English Cocker Spaniels. Applied Animal Behaviour Science, 100(3-4), 219-227. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0168159105003667