Éternuement inversé chez le chat : symptômes et traitement

L'éternuement inversé chez le chat fait peur, car on a l'impression que l'animal ne parvient pas à respirer.
Éternuement inversé chez le chat : symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 02 décembre, 2021

L’éternuement est un réflexe qui n’est étrange à personne, puisque la plupart des animaux ont ce réflexe. Mais saviez-vous qu’il existe un éternuement inversé ? Ce processus a une incidence beaucoup plus faible que d’autres actes naturels et est souvent confondu avec une crise d’asthme, de la toux ou même des haut-le-cœur.

Nous vous invitons ici à découvrir ce qu’est l’éternuement inversé chez le chat, quelle fonction il remplit dans le corps de cette espèce et comment agir lorsqu’il se produit. Poursuivez donc votre lecture !

L’éternuement inversé chez le chat

Un éternuement normal est un réflexe de la cavité nasale pour expulser les agents pathogènes et les corps étrangers qui pourraient autrement pénétrer dans le système respiratoire. En prenant cela comme référence, un éternuement inversé est un réflexe dont le but est d’envoyer de l’air dans l’autre sens, c’est-à-dire dans le corps.

L’éternuement inversé chez le chat est provoqué par un spasme des muscles chargés de faire entrer l’air dans le corps : le diaphragme, les intercostaux et les abdominaux. Le bruit caractéristique que cet acte produit, semblable à un ronflement rapide, est dû à la vibration du voile du palais et au passage de l’air à travers la trachée.

La fonction de ce réflexe est de faire circuler le mucus et les particules irritantes vers l’oropharynx, afin qu’ils puissent être éliminés en toussant par la suite (ou par le tube digestif). Pour vous donner une idée, ce processus est similaire à la succion de morve, mais en plus brusque.

Un chat sur le point d'éternuer.

Les causes

Ce réflexe est activé lorsqu’une matière étrangère ou irritante menace d’obstruer les voies nasopharyngées et se trouve trop profondément dans les narines. Les déclencheurs les plus courants sont les suivants :

  • Allergènes tels que la poussière, le pollen et les acariens
  • Produits chimiques ménagers, tels que les produits de nettoyage, les désodorisants et les parfums
  • Stress
  • Cou trop serré
  • Asthme
  • Excitation
  • Intolérance à l’exercice
  • Changements soudains de température
  • Pathologies respiratoires et nasales
  • Tumeurs nasales ou polypes nasopharyngés
  • Maladie dentaire
  • Augmentation de l’écoulement nasal
  • Pneumonie
  • Fente palatine

Les symptômes

Les épisodes d’éternuement inversé durent généralement quelques secondes, puis s’arrêtent d’eux-mêmes. Au cours de ces épisodes, vous observerez les symptômes suivants :

  • Posture orthopnéique
    • C’est le nom donné à la position qu’un animal adopte pour faciliter le passage de l’air. Dans ce cas, le chat étendra le cou et alignera le corps avec la tête, en se collant au sol.
  • Haut-le-cœur occasionnels
  • Toux
  • Bruits respiratoires
    • Ils sont le produit d’un écoulement nasal vers l’intérieur.
  • Carie

Lors d’un éternuement inversé, ni la conscience ni le tonus musculaire ne sont perdus. Si vous constatez que ces symptômes se maintiennent dans le temps, rendez-vous d’urgence chez le vétérinaire, car il s’agit alors d’une affection grave qui nécessite une attention immédiate.

Cette situation est-elle inquiétante ?

Il est vrai que le caractère spectaculaire de ce phénomène peut être inquiétant. Cependant, c’est un réflexe tout à fait normal qui disparaît tout seul (dans presque tous les cas) et qui n’apparaît que très occasionnellement.

Cependant, et comme tout dans la vie, si ce réflexe se répète trop souvent ou s’accompagne d’autres symptômes, il est possible qu’il s’agisse d’un signe pathologique. Dans ce cas, il est préférable d’aller chez le vétérinaire, car les affections respiratoires deviennent graves, voire fatales, si elles ne sont pas traitées à temps.

Que faire quand un chat a un épisode d’éternuement inversé ?

N’oubliez pas qu’en soi, l’éternuement inversé chez le chat n’est pas dangereux pour la vie de l’animal, alors restez calme. Si le chat porte un collier, desserrez-le pour que cela ne le dérange pas. Si l’épisode dure trop longtemps, une bonne option consiste à provoquer le réflexe de déglutition, incompatible avec le réflexe d’éternuement inversé.

Pour stopper l’éternuement inversé et provoquer le réflexe de déglutition, essayez de boucher le nez de votre chat ou de masser doucement sa gorge.

Certains chats ne sont pas faciles à manipuler, vous n’aurez donc pas d’autre choix que d’attendre que les éternuements s’arrêtent. Bien sûr, il va sans dire que si les épisodes se répètent ou apparaissent toujours dans les mêmes circonstances, il peut y avoir un problème sous-jacent qui nécessite une attention vétérinaire.

Le traitement

Le traitement a appliquer dans ces cas n’a pas pour but de stopper l’éternuement lui-même, mais de mettre une solution à la pathologie qui en est à l’origine, si elle existe. Cela nécessitera un diagnostic vétérinaire qui ne peut être posé qu’en clinique.

Dans tous les cas, les éternuements inversés chez les chats ne peuvent jamais être complètement évités, car ils constituent un mécanisme de défense naturel du corps. Tous les animaux éternuent et toussent de temps en temps même s’ils ne sont pas malades.

La grippe féline nécessite divers traitements.

Quoi qu’il en soit, la prévention ne fait jamais de mal. Assurez-vous que votre maison est exempte de poussière et de saleté. Aussi, rangez les produits chimiques dans des endroits hors de portée du chat. Et bien entendu, ne sautez jamais les bilans de santé réguliers de votre félin : c’est à ce moment-là que vous saurez avec certitude si votre animal est en bonne santé ou non.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’alimentation des chats atteints d’hépatite
My Animals
Lisez-le dans My Animals
L’alimentation des chats atteints d’hépatite

L'hépatite affecte la santé et le métabolisme des chats, il est donc nécessaire de modifier leur alimentation pour les protéger.



  • Aprea, A. N., Giordano, A., & Bonzo, E. B. (2010). Enfermedad rinofaríngea en el gato: hallazgos endoscópicos. Veterinaria Cuyana5.
  • Bruzzone, E. R. (2006). Síndrome obstructivo en vías respiratorias superiores. REDVET. Revista Electrónica de Veterinaria7(2), 1-7.
  • Wallois, F., Macron, J. M., & Duron, B. (1995). Activities of vagal receptors in the different phases of sneeze in cats. Respiration physiology101(3), 239-255.