Les urgences habituelles lors de la gestation des chiennes

20 octobre, 2020
Prêter attention à la santé des animaux de compagnie est toujours important mais, au cours de la gestation, cette attention doit être encore plus particulière afin d'éviter les risques associés à cette période si délicate.

La gestation des chiennes est une période des plus critiques : prêter attention à leur état de santé de façon constante est donc indispensable.

Au cours de ces deux mois, de nombreuses situations pouvant mettre en péril l’intégrité de l’appareil reproducteur de la chienne peuvent se produire, ainsi que des cas d’urgence menaçant sa vie et celle de ses chiots.

Nous tenions donc, pour toutes ces raisons, informer nos lecteurs de ces urgences habituelles lors de la gestation des chiennes. Comme on le dit souvent, il vaut mieux prévenir que guérir !

Les hypocalcémies pendant la gestation des chiennes

Cette baisse de calcium dans le sang est probablement due à l’accumulation de ce nutriment dans le lait pour l’allaitement.

Cependant, elle doit être combinée à une faible disponibilité de calcium dans l’alimentation pour représenter un réel danger.

Symptomatologie

Le déficit de calcium dans le sang se traduit par une diminution de calcium dans les membranes cellulaires, altérant ainsi le potentiel de membrane.

Les premiers symptômes générés sont de l’inquiétude, une respiration difficile, des spasmes musculaires et de l’hyperthermie. S’ils ne sont pas traités à temps, une tétanie d’urgence se déclenche (contraction rigide et continue des muscles), suivie de la mort de l’animal.

Traitement

L’objectif à court terme est de rétablir le taux de calcium dans le sang, par exemple à travers l’administration intraveineuse de solutions spécifiques au sein de la clinique vétérinaire.

L’effet de cette administration intraveineuse ne dure que quelques heures. Cela signifie qu’une thérapie de maintien à court terme est requise. On recommande donc une supplémentation en calcium à la fin de la gestation et au cours de l’allaitement pour prévenir et empêcher les rechutes.

Nombreuses sont les urgences pouvant survenir lors de la gestation des chiennes.

Les hyperglycémies pendant la gestation des chiennes

L’augmentation de progestérone dans le sang a un effet antagonique sur l’insuline, favorisant ainsi l’apparition d’hyperglycémies. Le transport du glucose à l’intérieur des cellules est donc réduit. C’est pour cela que l’on parle de diabète gestationnel chez les chiennes.

Les gestations prolongées

Une gestation plus longue que d’habitude est une préoccupation commune chez de nombreux maîtres lorsque la mise bas est retardée. Dans certains cas, cette peur est infondée, car cela est tout simplement dû à un décalage de comptage entre le jour d’accouplement et le jour de mise bas.

Il peut quand même y avoir un fond pathologique dans certains cas. C’est le cas, par exemple, d’une chienne dont la mise bas précédente a été dystocique ou d’une chienne considérée comme étant en période de gestation alors qu’elle ne l’est pas.

Symptômes et traitement

En cas de fausse alerte, l’absence de symptômes doit nous amener à penser qu’en réalité tout va bien. Pour le reste, on remarquera les conséquences d’une inertie utérine (incapacité de l’utérus à commencer les contractions).

Si les fœtus ne sont pas expulsés de façon adéquate, ils mourront dans l’utérus et commenceront à se décomposer. Cela déclenchera une infection grave chez la mère qui présentera un écoulement vulvaire anormal et malodorant.

Le meilleur traitement consistera à réaliser une césarienne pour extraire les fœtus bloqués et éviter des complications chez la mère.

La pire urgence lors de la gestation des chiennes : la dystocie

Une mise bas dystocique est une mise bas lente, laborieuse et plus difficile. Dans de nombreux cas, il est difficile d’assurer la survie de la femelle et des chiots.

Grosso modo, les dystocies sont classées comme suit :

  • Non obstructives, c’est-à-dire dues à une inertie utérine primaire. Elles sont habituelles chez des chiennes avec une très petite portée (ou très grande) mais aussi chez les chiennes obèses ou en gestation pour la première fois.
  • Obstructives. L’inertie utérine se produit de façon secondaire, avec une cause extra-utérine. Elle peut être liée à la race, aux lésions précédentes chez la mère ou même aux fœtus.

Symptomatologie

En cas de dystocie non obstructive, les symptômes sont ceux d’une gestation prolongée avec une particularité : le travail de mise bas a généralement bien commencé. Le problème est qu’il ne progresse pas et que la chienne reste bloquée à la phase de dilatation.

Dans les cas de dystocie obstructive, la chienne rentre dans la seconde étape de la mise bas (l’expulsion) et continue à pousser, mais sans résultat. Si les efforts de l’animal sont improductifs pendant plus de 45 minutes, on doit considérer que quelque chose ne va pas et aller chez le vétérinaire.

Traitement

Les chiennes avec une inertie utérine primaire peuvent répondre de façon positive à l’administration d’ocytocine exogène. Cette hormone se charge, dans une mise bas normale, de provoquer des contractions utérines.

Néanmoins, si la cause n’est pas du tout claire, on doit évaluer de manière exhaustive l’état de l’animal et celui des fœtus avant de lui administrer cette substance.

Il peut être préférable de réaliser une césarienne chez une chienne qui attend beaucoup de chiots et est affaiblie, car elle ne résistera pas au travail de mise bas.

Chez les chiennes avec une dystocie obstructive, le principal objectif du traitement sera d’éliminer l’obstruction.

  • Si l’obstruction est due à une posture fœtale anormale, il est possible de corriger cette posture à travers une manipulation du fœtus.
  • Si la dystocie est due à une anomalie fœtale ou maternelle, il n’est pas toujours possible de la corriger pour permettre une mise bas normale. Dans ce cas, la césarienne sera nécessaire.
La gestation chez les chiennes est une période critique.

Comme nous avons pu le voir au fil de cet article, les complications dans la mise bas des chiennes peuvent être diverses et avoir de multiples causes.

Face à la moindre situation atypique au cours de ce processus délicat, il est essentiel de faire appel à un vétérinaire.

  • Martí Angulo S. La distocia en la perra | PortalVeterinaria [Internet]. Portalveterinaria.com. [cited 5 June 2020]. Available from: https://www.portalveterinaria.com/articoli/articulos/28006/la-distocia-en-la-perra.html#:~:text=La%20inercia%20uterina%20primaria%20se,2%2C%20o%20fase%20de%20expulsi%C3%B3n.
  • King L, Boag A. BSAVA manual of canine and feline emergency and critical care. 2nd ed.