5 maladies bactériennes des éléphants

05 juillet, 2020
Il existe plusieurs maladies bactériennes qui touchent les éléphants sauvages ou en captivité.
 

Vous êtes-vous déjà demandé quelles étaient les maladies bactériennes des éléphants ? Pensez-vous qu’elles ressemblent à celles qui se présentent chez d’autres espèces ou en doutez-vous ? Ne vous en faites pas car nous allons dès maintenant approfondir ce sujet si intéressant.

Même si, en général, les éléphants vivent longtemps et ont l’air forts, ce sont des animaux qui peuvent aussi tomber malades. 

La tuberculose, l’une des maladies bactériennes des éléphants

La tuberculose est une infection bactérienne assez commune qui affecte presque toutes les espèces animales. On a pu la retrouver chez les primates, les ruminants, les oiseaux, les rhinocéros et les éléphants. Le premier cas de tuberculose décrit chez des éléphants africains date de 1962.

Un éléphant touché par la tuberculose, une des maladies bactériennes les plus fréquentes chez les éléphants

 

Étiologie

L’agent causal est une mycobactérie du complexe Mycobacterium tuberculosis. Les êtres humains et les bovidés sont le réservoir naturel de la majorité des espèces de cette mycobactérie.

Transmission et symptômes

La voie habituelle de transmission est l’ingestion ou l’inhalation de bioaérosols (acariens de poussière, squames de peau ou de poil, pollen, spores de champignons, etc.). Dans le cas des éléphants, la transmission se produit, par exemple, par le contact de la trompe avec la bouche d’un autre éléphant.

 

 

Il faut ici souligner que, normalement, les éléphants n’affichent pas de symptomatologie claire. On peut cependant noter une perte de poids, une anorexie et un affaiblissement chroniques, ainsi qu’une intolérance totale à la réalisation d’efforts. On peut également remarquer une décharge nasale anormale dans la trompe.

Biosécurité du personnel

Étant donné qu’il s’agit d’une maladie grave et très infectieuse, la prévention de la part du personnel qui s’occupe des éléphants est essentielle. L’utilisation de masques, de gants et de combinaisons spécialisées pour s’occuper des animaux malades, ainsi que l’hygiène postérieure – surtout des mains – sont indispensables.

L’anthrax

L’anthrax est une maladie fébrile aiguë qui touche la majorité des mammifères domestiques et sauvages, oiseaux inclus. Chez les éléphants, elle apparaît surtout du côté des espèces en liberté, même si on l’a déjà décrite dans des zoos.

Étiologie

L’agent causal est la bactérie Bacillus anthracis, qui produit des spores très résistantes dans le milieu. L’infection se produit à travers l’ingestion de ces spores sous leur forme végétative. Elles se déplacent ensuite dans l’appareil respiratoire, l’intestin, etc., et se disséminent dans tout l’organisme.

La gravité de cette maladie se note quand les spores agissent en tant qu’exotoxines, en altérant le flux de coagulation et en provoquant des hémorragies.

Transmission et symptômes

Les éléphants peuvent être infectés de différentes façons. Des vecteurs comme les mouches et les moustiques peuvent contaminer les blessures sur la peau ou directement inoculer la bactérie. Les bactéries peuvent aussi être excrétées dans les selles des animaux infectés et contaminer l’herbe ou l’eau.

 

L’infection par voie respiratoire provoque une pneumonie et des difficultés respiratoires. L’ingestion de la bactérie cause des coliques et une diarrhée hémorragique. Et l’infection systémique peut provoquer des dommages neuronaux avec une paralysie et des convulsions.

Maladies bactériennes chez les éléphants : la salmonellose

En général, la salmonellose est une toxi-infection alimentaire mais elle peut parfois provoquer une maladie systémique débouchant sur une septicémie. La bactérie qui la cause est Salmonella spp.

Transmission et symptômes

La salmonelle se loge dans le tractus gastro-intestinal des animaux qui servent de réservoir. Elle est éliminée par les selles, contaminant ainsi l’environnement. La transmission est donc généralement fécale-orale.

Les éléphants infectés souffrent d’anorexie, de diarrhée et de coliques intestinales. Dans les cas les plus graves, comme nous l’avons vu un peu plus tôt, la septicémie apparaît.

Certaines maladies bactériennes chez les éléphants sont dues à l'alimentation

 

La colibacillose

Dans ce cas, nous sommes face à un groupe de maladies causées par Escherichia coli. Certaines provoquent des infections invasives des tissus et d’autres, une entérotoxémie. Cependant, il faut savoir que, normalement, E. Coli fait déjà partie de la flore intestinale des animaux.

 

Transmission et symptômes

La colibacillose se transmet par voie fécale-orale. Les formes cliniques sont néanmoins variées :

  • Certaines souches produisent de la diarrhée, entérotoxique ou non.
  • D’autres débouchent sur une maladie qui envahit les tissus et mène à une septicémie.

La mycoplasmose, une des maladies bactériennes touchant les éléphants

La mycoplasmose est une infection des muqueuses et des membranes séreuses qui peut déboucher sur une maladie auto-immune.

L’agent causal est Mycoplasma spp., qui provoque généralement des infections urinaires chez les éléphants. La transmission se fait par ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par l’urine d’animaux malades.

Le diagnostic précoce est essentiel

Comme nous avons pu le voir, il existe différentes maladies bactériennes des éléphants qui mettent leur santé en jeu. Dès que les premiers symptômes sont détectés, on doit immédiatement les traiter de façon adéquate.

De bons soins vétérinaires dès le début de la maladie peuvent, dans une grande mesure, aider l’animal dans son processus de récupération.

 

 

 

  • Fowler M, Mikota S. Biology, Medicine, and Surgery of Elephants. Hoboken: John Wiley & Sons; 2008