Comment l'hyperparathyroïdie affecte les chiens ?

06 juillet, 2020
L'hyperparathyroïdie est un trouble caractérisé par une sécrétion anormale de l'hormone parathyroïde. Cette hormone intervient dans divers processus de l'organisme.
 

La thyroïde est une petite glande, caractérisée par sa forme de papillon et qui se trouve dans la région du cou. Elle peut ne pas fonctionner correctement et développer des maladies comme l’hyperparathyroïdie. Ce trouble touche différents animaux, parmi lesquels le chien et le chat.

Qu’est-ce que l’hyperparathyroïdie ?

Dans le dictionnaire de l’Institut National du Cancer, l’hyperparathyroïdie est définie comme “une affection dans les glandes parathyroïdes -quatre organes de la taille d’un petit pois qui se trouvent dans la thyroïde- qui produisent trop d’hormone parathyroïdienne. Cela entraîne alors une perte de calcium dans les os ainsi qu’une concentration plus élevée de calcium dans le sang. Les symptômes comprennent des douleurs osseuses et des problèmes rénaux”.

Par ailleurs, les glandes parathyroïdes sont de petite taille et jouent un rôle essentiel dans le maintien des niveaux de calcium. Elles sécrètent l’hormone parathyroïdienne (PTH), dont la fonction est d’augmenter la quantité de calcium dans la circulation sanguine. En outre, cette hormone agit sur les intestins, les os et les reins.

Cependant, l’une des principales missions de l’hormone parathyroïdienne est l’induction de l’hydroxylation de la vitamine D au niveau des reins. En activant la vitamine D, cela déclenche une cascade de réactions. Les protéines qui régulent l’absorption du calcium intestinal sont ainsi activées.

Les différents types

Cette pathologie se divise en deux groupes. Il s’agit de l’hyperparathyroïdie primaire et de l’hyperparathyroïdie secondaire.

 

Hyperparathyroïdie primaire

La maladie est classée comme primaire lorsqu’il s’agit d’un trouble fonctionnel de la glande parathyroïde. La principale conséquence est une sécrétion anormale de grandes quantités d’hormone parathyroïdienne.

Il semble que la principale cause du développement de l’hyperparathyroïdie primaire soit due à la présence d’adénomes solitaires. On mentionne également la présence de carcinomes et d’hyperplasie.

Lorsque la PTH est hypersécrétée, le calcium est réabsorbé dans différentes régions de l’organisme. Il en résulte une hypercalcémie.

L’hypercalcémie, à son tour, entraîne des altérations dans diverses zones du corps. Par exemple, dans les reins, les voies urinaires inférieures, au niveau cardiaque, etc.

Un chien âgé allongé touché par l'hyperparathyroïdie

Hyperparathyroïdie secondaire

D’autre part, on trouve l’hyperparathyroïdie secondaire, sous-divisée en deux classes. Elle se développe comme une réaction homéostatique générée par de faibles valeurs de calcium ionisé dans le sang.

L’hyperparathyroïdie rénale secondaire est causée par une diminution de la concentration plasmatique du calciumPar ailleurs, elle implique une augmentation de la sécrétion de PTH ainsi que la diminution de la filtration glomérulaire.

 

L’hyperparathyroïdie nutritionnelle secondaire correspond à un trouble métabolique. Il s’agit du résultat d’une libération excessive et prolongée de l’hormone parathyroïdienne.

Dans les deux types d’hyperparathyroïdie, le calcium joue un rôle essentiel. Le calcium est un minéral qui remplit une fonction fondamentale dans l’organisme car il s’agit d’un composant structurel des os et des dents.

D’autre part, il remplit également d’autres fonctions. Il s’agit notamment d’un messager intracellulaire qui participe aux processus de coagulation sanguine et de contraction musculaire.

Comment cette maladie affecte les chiens ?

En général, il est rare que les chiens souffrent de cette maladie. Et, plus difficile encore, qu’elle apparaisse chez les chats. La plupart du temps, ce sont les animaux d’un certain âge qui sont les plus touchés.

Un chien chez le vétérinaire pour cause d'hyperparathyroïdie

En fonction des symptômes présents chez l’animal, le pronostic pourra être plus ou moins défavorable. Les symptômes les plus courants sont : polyurie (besoin accru d’uriner), incontinence, faiblesse musculaire, vomissements ou tremblements. Dès qu’une infection est détectée au niveau des reins, le pronostic s’aggrave.

 

Lors du diagnostic de la maladie, l’analyse de sang est l’un des examens effectués. Elle permettra de confirmer si l’animal souffre de cette maladie et dans quel état il se trouve.

Selon les résultats obtenus, le vétérinaire pourra décider du traitement à appliquer. Si une hypercalcémie a été détectée, le traitement doit être immédiat même si la cause est inconnue.

Dans le cas d’une tumeur parathyroïdienne, il est possible que le vétérinaire suggère deux options. Soit une ablation chirurgicale, soit une option moins agressive comme l’ablation avec de l’éthanol. Le professionnel choisira en fonction de la taille de la tumeur.

Suite à l’opération, le vétérinaire surveillera le taux de calcium dans le sang. Parfois, après l’opération, l’animal peut développer une hypocalcémie. Un moyen de le restituer est d’administrer de la vitamine D et du calcium.

Enfin, il faut tenir compte du fait que, selon le temps nécessaire pour réaliser le diagnostic, le traitement variera. Avant tout, le vétérinaire contrôlera les éventuelles séquelles au niveau des reins.