Fente palatine chez le chien : causes et traitement

Chez le chien, le moment le plus risqué pour la formation du palais se situe au cours du développement embryonnaire, entre le 25ème et le 28ème jour de grossesse.
Fente palatine chez le chien : causes et traitement

Dernière mise à jour : 04 juillet, 2021

Comme tout être vivant, les chiens peuvent souffrir de maladies congénitales ou héréditaires. Cela signifie qu’il existe des maladies qui se transmettent des parents aux enfants, provoquant des symptômes qui affectent gravement la qualité de vie de l’animal. Parmi toutes ces pathologies, figure la fente palatine, une malformation physique qui, chez le chiot, peut être mortelle.

En principe, cette erreur dans la formation de la cavité bucco-nasale ne représente pas un danger en soi. Le problème réside dans la difficulté à se nourrir. Découvrez avec nous quelles sont les caractéristiques de la maladie, ses symptômes et les traitements disponibles.

Les problèmes dans la région bouche-nez des chiens

Les pathologies héréditaires les plus courantes chez le chien sont celles qui affectent la cavité buccale et ses attaches. Parmi toutes, la fente labiale et la fente palatine sont les plus courantes, en plus d’être liées l’une à l’autre – ayant la même origine pendant la grossesse. En général, le problème se manifeste entre la quatrième et la douzième semaine de grossesse.

Ces anomalies sont présentes chez toutes les races de chiens et de chats. Cependant, elles concernent davantage les races qui ont un crâne différent des autres, les races brachycéphales. En effet, la modification de leur visage, bouche, nez et des conduits favorise une plus grande sensibilité à ce type de maladies congénitales.

On pense que, outre sa composante génétique, ces types de maladies sont également causés par des facteurs environnementaux et nutritionnels. Par exemple, les carences en minéraux et en vitamine A dans l’alimentation maternelle peuvent avoir un impact sur le développement et la conformation des structures palatines chez les chiots.

Le degré de ces pathologies varie beaucoup d’un animal à un autre. Selon sa gravité, les effets peuvent être aussi bien minimes que graves. Malheureusement, la plupart des animaux touchés meurent ou sont abattues par les éleveurs.

La fente palatine et d’autres conditions provoquent une difficulté au niveau de la succion de la nourriture chez les chiots. Par conséquent, le taux de survie est très faible.

Les carlins sont un exemple de consanguinité chez les animaux de compagnie.

Qu’est-ce qu’une fente palatine ?

Le palais est la structure qui divise la cavité nasale et buccale. Comme il couvre une grande partie de la bouche, on distingue au moins 2 sections :

  • Palais primaire : structure composée de la lèvre et du prémaxillaire (la pointe de la mâchoire).
  • Palais secondaire : structure qui englobe le palais dur et le palais mou.

Vu d’une autre manière, le palais primaire est limité à l’entrée de la bouche, tandis que le palais secondaire constitue la partie interne supérieure de la cavité buccale. L’ordre des structures de l’extérieur vers l’intérieur est le suivant : lèvre, prémaxillaire, palais dur et palais mou.

Concernant les dernières sections, il est à noter que le palais dur est constitué d’os et de tissus muqueux, tandis que le palais mou n’est que le prolongement de la structure, mais sans  l’os. C’est pourquoi on distingue le palais dur (avec os) et le palais mou (sans os).

Par ailleurs, à l’heure de parler des affectations qui touchent la cavité buccale, il faut faire la distinction entre les différentes régions. C’est pourquoi les malformations congénitales du palais sont classées en deux groupes : fente palatine primaire ou secondaire. Voyons quelles sont les particularités de chaque tableau.

Fente palatine primaire ou fente labio-palatine

La fente labio-palatine est due à une défaillance de l’union des membranes faciales, entraînant une fusion incomplète de la lèvre supérieure. Cela provoque une fente au niveau de la lèvre – unilatérale ou bilatérale – qui laisse une ouverture et expose une partie du prémaxillaire. De plus, selon les cas, la malformation peut affecter le nez.

Les conséquences de cette pathologie sont bénignes dans la plupart des cas. Elle provoque quelques infections buccales ou altérations dentaires, mais pas chez tous les animaux touchés. Les cas les plus graves sont ceux qui présentent aussi une fissure.

Fente palatine secondaire ou palais fendu

La fente palatine secondaire renvoie à une ouverture au milieu du palais. Elle est due à une anomalie au cours du développement embryonnaire, qui empêche l’union des plaques palatines. En d’autres termes, il s’agit d’un “trou” le long de la partie supérieure de la bouche, qui peut affecter le palais dur, le palais mou ou les deux.

Les symptômes

Les difficultés respiratoires et la difficulté à s’alimenter sont les principaux symptômes. Des conséquences directes de la communication supplémentaire qui existe entre la bouche et le nez, en raison de l’indentation.

La malformation rend impossible l’aspiration et provoque une fuite de liquide dans la cavité nasale. Il est recommandé de consulter un vétérinaire lors de la détection de l’un des signes cliniques suivants :

  • Écoulement nasal : écoulement nasal dû à un excès de liquide dans le nez.
  • Difficulté à téter : l’animal ne parvient pas à téter.
  • Régurgitation nasale de liquides ou de nourriture : fuite de nourriture ou de liquide avalé dans la cavité nasale.
  • Retard de croissance : dû à une difficulté à s’alimenter.
  • Pneumonie par aspiration : Ce type de pneumonie est causé par une fuite de liquide ou de nourriture dans les voies respiratoires. La présence de corps étrangers dans les voies respiratoires favorise une infection des poumons.

La présence de ces symptômes n’indique pas nécessairement une fente palatine. Cependant, ils doivent vous encourager à consulter un vétérinaire. Seul ce dernier est qualifié pour établir un diagnostic précis.

Les conséquences de la fente palatine chez le chien

Les conséquences de cette pathologie peuvent sérieusement affecter la qualité de vie du chien. L’ingestion d’aliments étant difficile, les animaux perdent du poids, ce qui retarde leur croissance. De plus, les infections des voies respiratoires supérieures sont récurrentes en raison de la fuite d’aliments et de liquides dans la région nasale.

Il faut faire attention aux symptômes, car dans le meilleur des cas, le chien souffrira d’un déficit nutritionnel. Cependant, dans la plupart des cas, les animaux meurent alors qu’ils ne sont encore que des chiots. Et ce, car il leur est impossible de se nourrir.

Les causes de la maladie

Cette maladie est d’origine héréditaire, puisque ses signes cliniques sont transmis des parents aux enfants. Cependant, des facteurs environnementaux peuvent favoriser cette conditions, tels que l’exposition de la mère aux rayons X ou des problèmes nutritionnels au cours du développement.

Pour que l’un de ces facteurs provoque une fente labio-palatine, il doit affecter la mère  entre la quatrième et la septième semaine de grossesse. Quant à la fente palatine, le déclencheur devrait apparaître entre la septième et la douzième semaine.

Le traitement

Le principal traitement consiste en une intervention chirurgicale dont l’objectif est de reconstruire le plancher nasal (palais). Cette procédure permet aux vétérinaires de fermer la fente et de corriger la déformation. Après l’intervention, le temps de récupération est généralement d’environ un mois.

Cette condition pouvant être mortelle chez les chiots, il est recommandé que l’animal soit âgé d’au moins 8 au moment de réaliser la chirurgie. Si l’animal ne peut pas s’alimenter efficacement, il sera nécessaire d’utiliser une sonde de gastrostomie ou une prothèse pour le palais, afin de maintenir son état nutritionnel et d’éviter un retard de croissance.

Le pronostic de la chirurgie est généralement bon, tant que le palais guérit correctement. Autrement, de nouvelles interventions chirurgicales peuvent être nécessaires, ce qui rallonge le temps de récupération. Après cela, s’agissant d’une maladie héréditaire, il est également recommandé de castrer l’animal.

Une chirurgie qui cherche le traitement de la fente palatine chez le chien.

N’oubliez pas de consulter votre vétérinaire en cas de doute, car seul ce dernier peut bien vous renseigner sur votre cas particulier. Prenez les précautions nécessaires et faites attention à votre animal. Face à tout signal d’alarme, rendez-vous chez un vétérinaire. Donnez à votre chien l’attention qu’il mérite.

Cela pourrait vous intéresser ...

Orthopédie pour chiens : tout ce que vous devez savoir
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Orthopédie pour chiens : tout ce que vous devez savoir

L'orthopédie pour chiens est une pratique de la médecine vétérinaire qui fournit des outils pour les animaux à mobilité réduite.



  • Sánchez, J. M. F., pedraja Marqués, M., & de la Morena Cabanillas, M. (2011). Tratamiento quirúrgico del paladar hendido secundario congénito en perro. Argos: Informativo Veterinario, (129), 32-34.
  • Rebeca, S. H. (1986). Asociación de agenesia de paladar, anotia y polidactilia en una familia de perros de la raza san bernardo.
  • Wijdeveld, M. G. M. M., Maltha, J. C., Grupping, E. M., De Jonge, J., & Kuijpers-Jagtman, A. M. (1991). A histological study of tissue response to simulated cleft palate surgery at different ages in beagle dogs. Archives of oral biology36(11), 837-843.
  • Wolf, Z. T., Brand, H. A., Shaffer, J. R., Leslie, E. J., Arzi, B., Willet, C. E., … & Bannasch, D. L. (2015). Genome-wide association studies in dogs and humans identify ADAMTS20 as a risk variant for cleft lip and palate. PLoS Genet11(3), e1005059.
  • Martínez-Sanz, E., Casado-Gómez, I., Martín, C., López-Gordillo, Y., González, P., Rodríguez-Bobada, C., … & Martínez-Álvarez, C. (2011). A new technique for feeding dogs with a congenital cleft palate for surgical research. Laboratory animals45(2), 70-80.
  • García Arnas, F., Llorens, M. P., Prandi Chevalier, D., San Román Ascaso, F., & Peña Giménez, M. (1991). Palatosquisis en la especie canina. Clínica veterinaria de pequeños animales11(1), 0046-53.
  • Sánchez, J. M. F., pedraja Marqués, M., & de la Morena Cabanillas, M. (2011). Tratamiento quirúrgico del paladar hendido secundario congénito en perro. Argos: Informativo Veterinario, (129), 32-34.