Granulome éosinophile chez le chat : causes, diagnostic et traitement

Le granulome éosinophile, ainsi que de nombreuses pathologies dermatologiques, peuvent affecter la santé d'un chat et diminuer sa qualité de vie. Il est important de savoir les identifier afin de commencer un bon traitement à temps.
Granulome éosinophile chez le chat : causes, diagnostic et traitement

Dernière mise à jour : 25 septembre, 2021

Une maladie peut être causée par plusieurs agents étiologiques, ce qui rend le processus de diagnostic quelque peu difficile. Dans ces situations, faire une subdivision est le plus approprié : même dans le cas d’une même pathologie, les différences dans les modèles de manifestations cliniques rendent nécessaire une certaine classification. Le granulome éosinophile chez le chat en est un exemple.

Cette pathologie sera traitée différemment selon la variante pathologique que présente le patient. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cette maladie.

Qu’est-ce qu’un granulome éosinophile ?

Le granulome éosinophile chez le chat fait partie d’un complexe de maladies de la peau, maladies mucocutanées et de la cavité buccale qui affecte les félins. Sur la base de l’histopathologie, une classification en plusieurs catégories a été réalisée : granulome éosinophile, ulcère indolent et plaque éosinophilique.

Ces trois formes ont une caractéristique commune : la forte accumulation d’éosinophiles dans les tissus. Les éosinophiles sont des cellules qui font partie du système immunitaire. Ils sont chargés de défendre le corps contre les agents étrangers et certains éléments infectieux. Cependant, dans des conditions anormales, ils peuvent nuire à la santé.

En effet, les réactions allergiques chez les animaux entretiennent un lien avec les éosinophiles. Ces cellules ont la capacité de contrôler la libération d’histamine, générant une légère inflammation dans la zone dans laquelle elles agissent. Dans des situations normales, elles ont tendance à disparaître d’elles-mêmes après quelques heures, mais dans le granulome éosinophile du chat, cela ne se produit pas.

Un vétérinaire soigne un chat atteint de coccidiose.

Les causes du granulome éosinophile chez le chat

Le granulome éosinophile chez le chat se manifeste comme une réponse secondaire à diverses situations. Voici quelques exemples :

  • Dermatite atopique générée par des allergènes environnementaux
  • Infestations d’ectoparasites qui déclenchent une réponse d’hypersensibilité aux piqûres (puces, moustiques et tiques, entre autres)
  • Pyodermite (infection bactérienne de la peau)
  • Hypersensibilité alimentaire

Jusqu’à présent, la prédisposition génétique n’était pas considérée comme un facteur déterminant. Cependant, il a été observé que la fréquence de présentation augmente chez les femelles et chez les spécimens dont le pelage est blanc, il semblerait donc que les gènes y soient pour quelque chose.

Les symptômes

Chacune des formes qui intègre le complexe éosinophile chez le chat a une certaine symptomatologie qui la caractérise. Cela facilite l’établissement d’un diagnostic définitif.

Le granulome éosinophile

Également connu sous le nom de granulome collagénolytique (en raison de la destruction du collagène qui se produit généralement dans la zone touchée), cette pathologie se caractérise par des lésions linéaires. Votre animal de compagnie pourrait présenter ces blessures dans la cavité buccale, le menton, la lèvre inférieure, le nez et le museau. Des taches blanchâtres causées par des dommages au collagène apparaîtront également.

L’absence de prurit (démangeaisons) est une autre caractéristique. Si votre animal souffre de cette maladie, vous pourrez observer des lésions alopéciques (manque de poils) enflammés et granuleuses. Dans la plupart des cas, les blessures suivent la même direction que le schéma de toilettage du chat.

L’ulcère indolent

Également connu sous le nom d’ulcère à éosinophiles, il affecte davantage les femelles âgées entre 5 et 6 ans. Il se concentre sur la jonction cutanéo-muqueuse de la lèvre supérieure, lieu où se manifeste la lésion. Le granulome éosinophile chez le chat commence par une petite bosse qui, avec le temps, se transforme en ulcère et atteint le nez.

La présence de plaies avec alopécie locale, érythématisées (coloration plus importante), vives et délimitées est le signe le plus fréquent chez les chats. Les ulcères ne sont pas exclus dans cette pathologie. Bien que les plaies soient perçues comme douloureuses et inesthétiques (semblables à de la viande cuite), peu d’animaux ressentent des démangeaisons et des douleurs.

La plaque éosinophilique

Il a été observé que les chats âgés entre 2 et 6 ans sont les plus touchés par cette variante. Au printemps, lorsque les conditions environnementales favorisent la prolifération d’ectoparasites et d’allergènes venant de l’extérieur, le nombre de cas a tendance à augmenter. L’un des principaux signes chez le chat est le degré élevé de démangeaisons perçues par les animaux.

Les lésions seront visibles sous forme de structures circulaires ou ovales, visuellement très enflées, glabres et enflammées. Les zones d’apparition comprennent l’abdomen, les cuisses et l’aine ; elles peuvent même apparaître sur le visage. Le gonflement des ganglions lymphatiques accompagne généralement le reste des signes.

Le diagnostic

Pour diagnostiquer les trois variantes du granulome éosinophile chez le chat, un examen physique général est indispensable. S’agissant d’une pathologie d’origine dermatologique, la ressemblance avec d’autres maladies de la peau peut être très grande. La réalisation de tests de diagnostic aidera le vétérinaire à distinguer cette condition d’autres maladies se manifestant par des symptômes similaires.

Le diagnostic différentiel

Des maladies telles que le carcinome épidermoïde, la calicivirose, le lymphosarcome, le mastocytome et la cryptococcose pourraient être confondues avec ce complexe. Il en va de même pour le fibrosarcome, les virus de l’herpès et le pemphigus vulgaire. Ce ne sont que quelques exemples de la grande variété de pathologies avec lesquelles le granulome éosinophile partage sa symptomatologie.

Pour écarter la présence d’agents bactériens, une culture bactérienne et un antibiogramme peuvent être indiqués chez le chat. Il est possible qu’il s’agisse d’une maladie causée par des parasites : dans ce cas, les raclages cutanés sont une excellente option.

Le diagnostic définitif

En raison de l’éosinophilie caractéristique de cette maladie, l’utilisation de la cytologie sera un outil très utile pour obtenir un diagnostic définitif. Un nombre élevé de macrophages et d’éosinophiles sera révélateur d’une plaque éosinophilique et d’un granulome éosinophile chez le chat, alors qu’une prédominance de macrophages et de certaines bactéries indique un ulcère indolent.

Un autre outil de diagnostic essentiel pour déterminer le granulome éosinophile chez le chat est la biopsie cutanée. On y observe plus en détail les zones d’inflammation (avec présence d’éosinophiles, de mastocytes et d’autres cellules inflammatoires), d’ulcération et multifocales granulomateuses.

Le traitement du granulome éosinophile chez le chat

Le traitement pour lutter contre le granulome éosinophile chez le chat est très large. L’objectif principal visera à éliminer sa cause. Le traitement commencera par une thérapie symptomatique qui réduira l’inconfort physique de l’animal.

Il faudra ensuite éradiquer les ectoparasites présents et vérifier que le régime administré n’est pas la cause de l’hypersensibilité. Simultanément, les mesures thérapeutiques suivantes peuvent être indiquées :

  • Immunosuppresseurs : cyclophosphamide à raison de 1 mg/kg par voie orale un jour sur deux pendant 4 à 6 semaines. La ciclosporine est également utilisée à la dose de 7 mg/kg toutes les 24 heures pendant 4 semaines. Ce traitement vise à réduire la quantité d’éosinophiles présents et à stabiliser le système immunitaire.
  • Antibiotiques : en fonction des résultats de l’antibiogramme, il est possible d’administrer de l’amoxicilline avec de l’acide clavulanique, à raison de 12,5 mg/kg toutes les 24 heures pendant 10 jours maximum, ou du triméthoprime avec du sulfaméthoxazole, à la dose de 30 mg/kg avec la même fréquence.
  • Glucocorticoïdes : il est recommandé d’administrer de la prednisone à raison de 2 à 4 mg/kg par voie orale pendant les premiers jours, suivi de 2 mg/kg avec des intervalles de 48 heures. La dexaméthasone et la méthylprednisolone sont des médicaments qui peuvent également être indiqués dans ce traitement. Pensez à diminuer progressivement les doses pour éviter que les lésions ne réapparaissent.
  • Antihistaminiques : afin de réduire l’hypersensibilité, une bonne stratégie thérapeutique sera l’application de chlorphénamine et de chlorhydrate d’hydroxyzine pendant deux semaines. Lorsque la cause du granulome éosinophile chez le chat est inconnue, les corticostéroïdes semblent mieux fonctionner.

Les traitements alternatifs

Il est également possible d’appliquer certains traitements alternatifs en dehors du domaine pharmacologique. Ce sont les suivants :

  1. Chirurgie, cryochirurgie ou radiothérapie : Le granulome éosinophile chez le chat peut devenir chronique. Dans ces situations, le traitement est compliqué. L’utilisation de radiations, de cryochirurgie et de diverses techniques chirurgicales sera envisagée par le vétérinaire.
  2. Suppléments d’acides gras : les intégrer dans l’alimentation de votre animal sera toujours une excellente option pour soulager les symptômes. Fournissez-en à votre chat pendant au moins 30 jours.
Un chat avec un granulome énosinophile.

Le pronostic du granulome éosinophile chez le chat

De manière générale, le granulome éosinophile chez le chat a un pronostic favorable. La ligne directrice qui marquera la bonne évolution de la maladie sera le suivi des indications thérapeutiques fixées par les spécialistes. Il est également nécessaire d’effectuer des contrôles périodiques chez le vétérinaire.

Comme pour toutes les maladies, la détection précoce de la maladie sera essentielle pour un meilleur pronostic. Observez constamment votre chat, car toute anomalie au niveau de sa peau et de son pelage doit être signalée sur-le-champ. Si vous suivez ces recommandations, vous vous assurez que votre chats continuera d’être le plus heureux des chats à vos côtés.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment nourrir correctement un chat malade ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Comment nourrir correctement un chat malade ?

L'alimentation d'un chat malade joue un rôle crucial pour le maintien d'un état de santé stable et d'une éventuelle guérison... Voici quelques cons...