La vascularite chez le chien : que faut-il savoir ?

07 août, 2020
La vascularite chez le chien est due à une inflammation des vaisseaux sanguins, parfois causée par la vaccination. Voici tout ce que vous devez savoir.

Dans le monde médical, il existe certains signes cliniques qui aident les vétérinaires à orienter le diagnostic. De nombreuses maladies s’associent à certaines conditions. Le cas de la vascularite chez le chien est particulièrement intéressant, car il nous fournit des informations très précieuses concernant l’existence d’autres pathologies.

Lorsqu’un signe clinique est produit à la suite d’un autre processus pathologique, il est dit “secondaire”. La vascularite chez le chien est généralement un signe secondaire, donc si un vétérinaire clinique la détecte chez un chien, il doit être vigilant et approfondir la nature et l’origine de cette affection.

Qu’est-ce que la vascularite ?

La vascularite est une inflammation des vaisseaux sanguins causée par une lésion de l’endothélium, la couche interne qui les recouvre. La vascularite se produit également par extension des processus inflammatoires ou infectieux adjacents.

Lorsqu’un vaisseau sanguin subit des dégâts (nous en expliquerons les causes plus tard), il y a inflammation du tissu vasculaire. Au cours de cette inflammation, des enzymes sont produites et provoquent des dommages importants à la paroi du vaisseau sanguin, produisant des saignements et des nécroses dans la zone affectée.

  • La vascularite peut se produire au niveau de la peau, on parlerait donc de vascularite cutanée
  • Au contraire, elle peut aussi se produire de manière systémique, c’est-à-dire qu’elle peut affecter l’animal de manière générale

Quant aux lésions observables dérivées d’une vascularite cutanée, la présence d’ulcères, de nécroses dans la zone affectée ou de vésicules est fréquente. Les muqueuses, les bords des oreilles et les coussinets plantaires sont les zones privilégiées où la lésion se développe habituellement. Ces signes sont présents dans tous les processus de vascularite.

D’autres signes tels que la dépression, la fièvre, l’œdème ou les douleurs articulaires peuvent être présents selon la cause principale et sont souvent associés à une vascularite systémique.

Le traitement de la vascularite chez le chien.

 

Les causes de la vascularite

Comme nous l’avons mentionné, divers processus pathologiques jouent un rôle dans le développement possible d’une vascularite. Nous mentionnerons les plus fréquents :

  • Causes infectieuses : divers parasites, comme le célèbre ver du cœur. Des virus tels que le coronavirus canin ou certaines bactéries
  • Causes à médiation immunitaire : certaines conditions impliquant un trouble du système immunitaire peuvent entraîner le développement d’une vascularite. Par exemple, les réactions indésirables aux médicaments ou aux vaccins, l’hypersensibilité alimentaire, la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux systémique, entre autres

On sait également que l’inoculation de certaines toxines, telles que les morsures d’araignées, peut provoquer une vascularite.

Traitement

Le traitement de la vascularite chez le chien s’axera toujours sur la résolution de la cause première du problème. Parfois, le pronostic de la vascularite est réservé jusqu’à ce que la maladie primaire soit résolue. Comme de nombreuses variables sont en jeu, il peut être difficile de trouver rapidement l’élément causal.

Cependant, tout en déterminant l’origine du problème, l’utilisation d’antibiotiques préventifs est recommandée. D’autre part, de nombreux auteurs citent également les avantages de l’utilisation des corticoïdes comme anti-inflammatoires et immunosuppresseurs. Mais l’efficacité de ces procédures n’a pas été entièrement prouvée.

Vascularite du vaccin contre la rage chez les chiens

La vascularite causée par l’administration du vaccin antirabique fait l’objet d’une attention particulière. Selon les chercheurs, c’est la cause la plus fréquente de maladie. On a fréquemment décrit ce trouble chez des individus de races telles que les caniches miniatures, les Yorkshire Terriers, les bichons pékinois ou maltais.

Chez ces animaux, une lésion secondaire peut apparaître après l’administration du vaccin, sous la forme d’une alopécie localisée.

La perte de poils se produit dans la zone d’injection du vaccin, entre le premier et le cinquième mois après l’application. En plus de cette lésion, des croûtes ou des ulcères peuvent se former sur différentes zones du corps, comme le bout des oreilles ou des lèvres.

Un chien se faisant vacciner contre la vascularite

 

Il nous faut rappeler que ce contenu ne constitue jamais un diagnostic ou un traitement. Il s’agit d’une information d’intérêt pour que tout lecteur puisse en apprendre un peu plus sur des sujets aussi intéressants que celui que nous avons traité.

En cas de blessure de votre chien, allez toujours chez votre vétérinaire de confiance. De plus, n’administrez jamais de médicaments sans ordonnance vétérinaire.