Les causes les plus communes de la pneumonie chez les animaux de compagnie

08 août, 2020
La pneumonie est un cadre pathologique respiratoire qui peut impliquer plusieurs éléments. Nous allons ici analyser les causes les plus communes de la pneumonie chez les animaux de compagnie.

Il est possible que beaucoup de lecteurs se soient récemment rendus chez leur vétérinaire parce que leur animal souffrait d’un problème respiratoire, dont la pneumonie fait partie. Dans la pratique quotidienne, la majorité de ces situations se résolvent facilement car les processus pathologiques impliqués ne sont pas très graves.

Les rhumes ou les trachéites sont généralement les maladies respiratoires les plus fréquentes. Il arrive malgré tout que ce cadre puisse s’aggraver et déboucher sur une pneumonie. Les causes de ce processus pathologique sont nombreuses et variées : nous allons donc nous pencher sur les plus fréquentes.

Qu’est-ce que c’est ?

La pneumonie inclut tous les processus cliniques qui produisent une inflammation du tissu pulmonaireLorsque le tissu bronchique est aussi affecté, on utilise le terme de bronchopneumonie.

Dans la pratique quotidienne, la distinction entre pneumonie ou bronchopneumonie est compliquée et même superflue. Souvent, quand la maladie se développe, elle touche indistinctement le parenchyme pulmonaire et le tissu bronchique.

Causes de la pneumonie chez les animaux de compagnie

Les causes impliquées dans le développement de cette maladie sont variées. Nous allons ici nous centrer sur les plus importantes et les plus fréquentes, qui représentent généralement la cause de la majorité des pneumonies traitées.

Pneumonie bactérienne

Elle consiste en une réponse inflammatoire face à la croissance de bactéries virulentes et pathogènes dans le parenchyme pulmonaire.

Ces bactéries pénètrent dans les voies respiratoires supérieures à travers la respiration ou l’aspiration. La voie hématogène, c’est-à-dire à travers le torrent sanguin, est aussi possible mais se produit beaucoup moins fréquemment.

Il est ici particulièrement important de mentionner la pneumonie par aspiration. Elle se produit fréquemment à cause de l’aspiration de vomi et de régurgitation chez des animaux qui se sont évanouis. Pour prévenir cette complication, il est primordial de placer l’animal avec le tiers postérieur légèrement soulevé pour éviter qu’il ne puisse respirer les fluides régurgités.

Une fois les micro-organismes établis, une série de facteurs doit se présenter pour que l’infection se développe. Les propres défenses naturelles de l’organisme font en effet souvent face aux bactéries qui ont colonisé la zone.

Une immunodépression, des maladies concomitantes comme le diabète et des problèmes rénaux, des bactéries particulièrement virulentes ou une dénutrition sont quelques-uns des facteurs qui influent négativement sur l’instauration de la maladie.

Les agents pathogènes le plus souvent impliqués dans les pneumonies des animaux de compagnie sont :

  • Bordetella bronchiseptica
  • Streptococus zooepidemicus
  • Escherichia coli
Les bactéries à l'origine de la pneumonie.

Pneumonie allergique

Elle consiste en une réponse inflammatoire du parenchyme pulmonaire face à l’action de certains antigènes.

La forme de pénétration dans le système respiratoire se fait souvent au moyen de la respiration, même si la voie hématogène est tout aussi possible.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, l’allergie n’est rien de plus qu’une réaction exagérée du système immunitaire face à une substance qui est reconnue comme dangereuse. Par conséquent, quand l’allergène entre dans le poumon, l’organisme le détecte comme dangereux et déclenche une réaction pour l’éliminer coûte que coûte.

Les agents le plus souvent impliqués dans la pneumonie allergique sont :

  • Spores végétales
  • Hyphes de champignons
  • Antigènes d’insectes, comme les acariens
  • Antigènes parasites

Pneumonie mycosique

Il s’agit de l’inflammation du tissu pulmonaire produite par une réaction face à des infections causées par des champignons. La forme d’entrée dans le système respiratoire est l’inhalation des spores présentes sur le sol.

Lorsque l’animal renifle le sol, il peut aspirer des spores pathogènes qui colonisent le parenchyme pulmonaire et s’y reproduisent. Les conditions de température et d’humidité recréées dans l’organisme sont parfaites pour la croissance des champignons. En raison de leurs habitudes de vie, cette maladie se produit plus fréquemment chez les chiens que chez les chats.

Les champignons le plus souvent impliqués dans le développement de ce processus sont les suivantes :

  • Blastomyces dermatitidis
  • Histoplasma capsulatum
  • Coccidioides immitis
  • Cryptococcus neoformans
Un chat souffrant de la pneumonie.

Conclusions

Même si les défenses de l’organisme sont capables de combattre la majorité des agents pathogènes avant qu’ils ne causent une maladie, nous ne pouvons pas oublier que le risque existe. La détection précoce est fondamentale pour le pronostic et le développement de la pathologie.

Ainsi, face au moindre symptôme de maladie respiratoire, comme une toux, des éternuements fréquents ou de la mucosité, nous devons contacter notre vétérinaire.