Les troubles métaboliques chez les chevaux

Les processus développés par le métabolisme d'un animal peuvent être altérés par des facteurs héréditaires ou acquis, des altérations qui débouchent sur certains troubles. Nous nous intéressons ici aux troubles métaboliques chez les chevaux.
Les troubles métaboliques chez les chevaux

Dernière mise à jour : 05 octobre, 2021

Tout processus biochimique peut être altéré par différentes causes dans l’organisme, et laisser place aux fameux troubles métaboliques. Ceux-ci peuvent varier en gravité, mais tous doivent être détectés et traités dès qu’ils sont diagnostiqués.

Face à tout symptôme, un éleveur de chevaux doit agir rapidement. Cependant, il existe également des tests de diagnostic qui servent à prédire la possibilité d’apparition d’une maladie, afin de la prévenir. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur le sujet.

Que sont les troubles métaboliques ?

Avant d’expliquer ce que sont les troubles métaboliques, il est important de préciser en quoi consiste le métabolisme. Ce dernier renvoie à tous les processus qui se déroulent dans le corps qui décomposent et transforment les substances ingérées en énergie et en nutriments essentiels pour pouvoir vivre.

De nombreux aliments sont des matériaux d’une certaine complexité qui subissent des processus métaboliques pour se décomposer en substances plus simples. À leur tour, celles-ci deviendront ce dont le corps a besoin pour se maintenir.

Prenons l’exemple des protéines, qui se décomposent en acides aminés. Le corps utilise ensuite ces molécules pour créer de nouvelles protéines et générer des réactions métaboliques importantes.

Certaines races sont similaires au tarpan.

Un trouble métabolique se produit lorsque des réactions chimiques anormales se produisent dans le corps et perturbent ces processus. Il peut alors arriver que l’organisme d’un cheval présente un excès ou un déficit de certaines substances nécessaires pour rester en bonne santé.

Les tableaux cliniques de cette nature sont hérités ou acquis. Détecter les troubles métaboliques chez les chevaux est important, car ils affecteront leur vitalité et leur corps. De plus, ils peuvent compliquer d’autres conditions existantes et rendre difficile la guérison des blessures.

Les troubles du stockage chez les chevaux

Lorsqu’un trouble métabolique provoque l’élévation d’une substance à un niveau toxique pour les cellules, en raison de l’incapacité du corps à la décomposer, on parle de trouble de stockage. Un tel trouble est dû à un manque total ou partiel d’une certaine enzyme, qui aurait empêché la substance de s’accumuler à un niveau toxique.

Ces troubles ont tendance à se propager dans tout le corps de l’animal, bien que la plupart des symptômes finissent par se refléter dans le système nerveux central. Il y a deux types de trouble de stockage : les troubles génétiques et les troubles acquis. Nous les détaillons ci-dessous.

Les maladies de stockage génétiques, des troubles métaboliques

Les maladies de stockage génétiques sont celles héritées des parents. Ces pathologies sont nommées en fonction du sous-produit métabolique spécifique qui s’accumule dans le corps de l’animal malade.

Ce sont des pathologies évolutives qui se terminent généralement par la mort, car il n’existe pas de traitement spécifique pour les traiter. Selon les experts, il n’existe aucune donnée confirmée mettant en évidence les maladies métaboliques chez les chevaux dues au stockage génétique.

Les maladies acquises par le stockage

L’une des principales raisons pour lesquelles ces pathologies peuvent survenir est la consommation de certaines plantes qui contiennent des inhibiteurs enzymatiques spécifiques. Par exemple, manger de la jusquiame noire pendant une longue période peut entraîner une maladie de stockage neurologique acquise.

Les troubles métaboliques liés à la production

Contrairement à ce qui se passe avec les maladies de stockage, certains troubles métaboliques chez les chevaux sont causés par une forte demande d’un nutriment présent à de faibles niveaux dans leur corps. Un exemple est l’hypocalcémie : le niveau de calcium dans le sang est trop bas.

L’hypoglycémie est un autre exemple. Dans ce trouble, les réserves métaboliques de l’équidé ne sont pas capables de maintenir la glycémie (glucose) à un niveau optimal pour une fonction normale.

Le syndrome métabolique équin (SME), qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome métabolique équin (SME) est une maladie qui se développe au niveau du métabolisme du cheval. Il est étroitement liée à l’obésité, à la fourbure et à la résistance à l’insuline.

Certaines races de chevaux sont plus prédisposées à souffrir du syndrome métabolique équin, comme le pur-sang arabe ou le pur-sang espagnol. Cependant, tous les chevaux considérés comme faciles à garder ont tendance à souffrir de cette maladie.

Les chevaux appelés « easy keepers » sont également connus sous le nom de « chevaux à l’alimentation facile ». Ce sont des animaux qui semblent prendre du poids avec tout ce qu’ils mangent, même s’ils se nourrissent simplement du pâturage et non de nourriture.

Contrairement aux équidés obèses dus à une suralimentation, les easy keepers ne peuvent pas perdre du poids à un rythme normal simplement avec un régime alimentaire. Il leur est beaucoup plus difficile de perdre leurs kilos en trop, et ils prennet également du poids plus rapidement que les autres chevaux.

Obésité et dépôts de graisse

Un cheval obèse est plus sujet au syndrome métabolique équin. Cependant, tout équidé qui semble en bonne santé est également à risque.

Ces dépôts graisseux apparaissent généralement à des endroits comme la base de la queue, le dos, la crête du cou et les épaules. Ils ressemblent à ce que l’on appelle des poignées d’amour.

Le traitement du SME

Le syndrome métabolique équin peut être traité en suivant certaines directives. Nous les détaillons ci-dessous.

Régime alimentaire

La principale mesure consiste à établir un régime dans lequel l’énergie et l’administration de glucides solubles sont réduites. Lorsque le surpoids est la cause de la maladie, il y a deux possibilités :

  • Fournir à l’équidé un fourrage de qualité en combinaison avec un supplément qui équilibre les niveaux de minéraux et de vitamines.
  • Fournir un fourrage de qualité accompagné d’un aliment très pauvre en amidon et avec du sucre en quantité adéquate.

Exercice physique

Pour de meilleurs résultats, le régime doit être accompagné d’exercices progressifs. Cette activité physique doit être pratiquée avec modération et régularité.

Traitement médical

Lorsque l’alimentation et l’exercice ne suffisent pas, le vétérinaire professionnel peut être amené à prescrire un médicament. Cette prescription sera modifiée au fur et à mesure que le cheval perd du poids.

Il est important de bien repérer les signaux des troubles métaboliques. Et ce, car ils ne doivent pas être confondus avec d’autres problèmes de santé.

Par exemple, la différence entre un trouble de la production métabolique et une carence nutritionnelle est subtile. Bien que les deux affections aient généralement des conséquences graves pour l’animal, le trouble métabolique peut apparaître soudainement et nécessite un diagnostic rapide et précis.

La vitesse de diagnostic peut faire la différence entre la vie et la mort de l’animal.

En somme, il existe de nombreux troubles métaboliques chez les chevaux et certains sont plus mortels que d’autres. N’hésitez pas à aller chez le vétérinaire avec votre équidé si vous pensez qu’il souffre d’un trouble métabolique.

Cela pourrait vous intéresser ...
15 curiosités sur les chevaux
My Animals
Lisez-le dans My Animals
15 curiosités sur les chevaux

Le cheval est un animal qui a été présent de bien des manières dans l'histoire de l'homme. Découvrez ici quelques curiosités sur les chevaux !