Lymphœdème chez le chien : symptômes, causes et traitement

Le lymphœdème chez le chien est une pathologie chronique, mais il peut être contrôlé avec un bon traitement. Apprenez-en plus ci-dessous sur cette maladie.
Lymphœdème chez le chien : symptômes, causes et traitement

Dernière mise à jour : 12 avril, 2022

Le lymphœdème chez le chien est causé par des défaillances du système lymphatique, un réseau d’organes, de conduits et de vaisseaux à travers lequel la lymphe circule. Ce liquide transparent et blanchâtre est chargé de transporter les cellules immunitaires (en particulier les lymphocytes) et le chyle, un liquide qui provient des intestins et qui contient des protéines et des graisses.

Bien que certaines races soient plus sujettes au lymphœdème, la vérité est que tout chien peut en souffrir. Découvrez ci-dessous tout ce que vous devez savoir sur cette maladie, ses causes et son traitement. Poursuivez donc votre lecture !

Le lymphœdème chez le chien

Le lymphœdème chez le chien correspond à l’accumulation de liquide dans l’espace interstitiel, à savoir l’espace autour des cellules. Il se produit principalement au niveau du tissu sous-cutané. Cette accumulation est due à un dysfonctionnement au niveau du réseau lymphatique, que ce soit au niveau des ganglions, des vaisseaux ou des organes.

Le lymphœdème est héréditaire, chronique et peut constituer une maladie en soi ou être adjacent à d’autres pathologies. Cela conduit à la distinction entre le lymphœdème primaire – le problème est dans le système lymphatique lui-même – ou secondaire – le problème est associé à d’autres processus pathologiques. Parfois, cette accumulation de liquide interstitiel apparaît après la chirurgie.

Les symptômes du lymphœdème chez le chien

Le gonflement de la zone touchée est le principal symptôme. Ce gonflement apparaît plus souvent sur les membres antérieurs, les organes génitaux, l’abdomen et les oreilles. Cette zone enflammée est caractéristique, en raison des propriétés suivantes :

  • Lorsqu’elle touche une extrémité, elle commence généralement dans la zone la plus distale, en raison de l’effet de la gravité. Ainsi, dans un premier temps, ce sont les doigts qui sont touchés, puis ensuite le gonflement se propagera au tronc.
  • Lorsque vous appuyez sur la zone touchée, la marque persiste pendant quelques secondes.
  • La peau de la zone touchée est généralement plus fine et a un aspect poreux et fragile.
  • La zone est généralement indolore.
  • Contrairement aux gonflements, le lymphœdème n’est pas chaud au toucher. 
  • Parfois, les ganglions lymphatiques de la zone ne peuvent pas être trouvés par palpation.

En raison de l’inconfort de ce gonflement, le chien peut être moins actif. S’il souffre, vous le verrez lécher et mordiller la zone, mais il ne faut pas le laisser faire. Et ce, car cela pourra lui causer des blessures difficiles à soigner plus tard, ainsi que créer une voie d’entrée pour les infections opportunistes.

Les causes

Selon qu’il est primaire ou secondaire, le lymphoedème chez le chien répond à différentes causes.

  • Lymphœdème primaire. Il est généralement causé par des défauts de développement des vaisseaux et des ganglions lymphatiques, c’est-à-dire qu’il est congénital. Des races telles que le bouledogue, le berger allemand, le labrador retriever, le bouledogue allemand et le teckel sont sujettes à ces troubles.
  • Lymphœdème secondaire. Lorsque c’est une autre pathologie qui est à l’origine de cette maladie, il s’agit généralement de d’une tumeur, d’une obstruction des vaisseaux lymphatiques, d’une intervention chirurgicale, d’un traumatisme et d’une maladie inflammatoire.

Pour déterminer où se situe l’origine du problème, il est nécessaire de réaliser une batterie de tests diagnostiques sur le chien. Parmi eux, figurent les analyses de sang, les analyses d’urine, les biopsies cutanées, les radiographies de contraste et l’imagerie par résonance magnétique. Ces tests permettront également d’établir un diagnostic différentiel avec d’autres maladies, comme l’œdème veineux.

Le traitement

Comme il s’agit d’une maladie chronique, il n’existe aucun traitement qui soigne définitivement le lymphœdème chez le chien. Cependant, ces chiens peuvent jouir d’une bonne qualité de vie, tant qu’une intervention est réalisée aussitôt que le gonflement est détecté. Parmi les techniques utilisées, figurent les suivantes :

  • Bandage de compression Robert-Jones. Très utile au début de l’apparition, il aide à empêcher l’accumulation de liquide dans la zone distale des jambes.
  • Bandages rigides. Pour les stades plus avancés, une attelle ou un plâtre est généralement utilisé.
  • Médicaments. À court terme, cette maladie peut être traitée par des diurétiques, mais le traitement doit être prolongé. Le nicotinate de tocophérol et le sulfonate de sodium hydraté sont testés depuis quelques années, car ils semblent donner de bons résultats.
  • Chirurgie. Quand tout le reste échoue, on a recours à une intervention chirurgicale. En général, cette intervention a pour but d’enlever le tissu oedémateux, de le reconstruire ou, dans le pire des cas, d’amputer le membre.

Si le lymphœdème est causé par une autre maladie, le traitement visera d’abord à le corriger. Dans tous les cas, il est très important d’aller chez le vétérinaire dès l’apparition des premiers symptômes, car cela peut faire la différence entre un pansement ou une opération au bloc opératoire.

De plus, de nombreux symptômes du lymphœdème sont similaires à ceux de la stase veineuse, de l’insuffisance cardiaque ou rénale, de la cirrhose et de l’hypoprotéinémie. Un diagnostic différentiel est donc nécessaire avant de commencer tout traitement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 15 maladies les plus courantes chez le saint-bernard
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les 15 maladies les plus courantes chez le saint-bernard

Il existe des maladies très courantes chez les chiens saint-bernard. Parmi elles, 15 pathologies se distinguent. Découvrez-les ici.



  • Seo, M. G., Choi, Y. W., Jung, D. I., Lee, H. C., & Hong, I. H. (2021). Massive lymphangiosarcoma in a dog: a case report. Korean Journal of Veterinary Research61(4).
  • Hsu, J. F., Yu, R. P., Stanton, E. W., Wang, J., & Wong, A. K. (2021). Current Advancements in Animal Models of Postsurgical Lymphedema: A Systematic Review. Advances in Wound Care.
  • Fossum, T.W., Miller, M.W. (1992). Lymphedema ethiopathogenesis. J Vet Inter Med; 6:238
  • Fossum, T.W., King, L.A., Miller, M.W. Butler, L.M. (1992). Lymphedema clinical signs, diagnosis and treatment. J. Vet Intern Med Assoc; 6:312