Mon chien halète beaucoup : pourquoi et que faire ?

L'halètement chez le chien est un mécanisme de thermorégulation normal et nécessaire. Malheureusement, un halètement excessif peut parfois indiquer la présence d'une maladie.
Mon chien halète beaucoup : pourquoi et que faire ?

Dernière mise à jour : 26 juillet, 2021

Les animaux ont de nombreux mécanismes de thermorégulation, c’est-à-dire de contrôle de la température interne. Certains d’entre eux sont physiologiques – de grandes oreilles pour dissiper la chaleur dans le désert, par exemple – et d’autres comportementaux, comme l’halètement. Si votre chien halète beaucoup, il a probablement chaud.

Cependant, il existe de nombreuses autres causes d’halètement excessif chez les chiens : fièvre, allergies, attaque de chaleur imminente, stress, douleur… Si vous voulez connaître les causes les plus courantes de ce mécanisme respiratoire et savoir quand il commence à être pathologique, poursuivez donc votre lecture.

Le halètement chez le chien

L’halètement est un mécanisme qui permet au chien de refroidir son corps et de maintenir une température corporelle optimale. C’est une respiration accélérée et superficielle qui compense le manque de glandes sudoripares, puisque les chiens en manquent dans une grande partie de leur peau.

Ce mécanisme est très différent chez l’homme. En effet, nous pouvons perdre jusqu’à 1,5 litre de sueur par heure pour nous thermoréguler.

Comme l’indiquent les études, l’halètement est favorisé par les changements de la pression ambiante et les changements de température. De plus, ce mécanisme ventilatoire est d’autant plus présent que la demande d’évaporation augmente chez le chien. Les 3 modèles d’halètement chez ces animaux sont les suivants :

  • Inhalation et expiration par le nez : ce schéma respiratoire est observé chez les chiens qui se reposent dans un environnement inférieur à 26°C ou chez ceux qui se déplacent relativement rapidement dans un environnement très froid.
  • Inhalation par le nez, expiration par le nez et la bouche : on observe ce comportement chez les chiens au repos dans un environnement à plus de 30ºC et pendant un exercice normal.
  • Inhalation et expiration par le nez et la bouche : plus la température et l’exercice augmentent, plus cette stratégie ventilatoire est adoptée.

En haletant fortement, le chien augmente le taux d’évaporation de la vapeur d’eau des surfaces buccales. De cette façon, il est capable d’abaisser sa température corporelle interne en échangeant des gaz pendant les périodes où il fait chaud.

Un Corgi tirant la langue.

Quand est-il normal qu’un chien halète ?

Comme vous l’avez peut-être vu, la chaleur et l’activité physique encouragent l’halètement. Courir dans le parc un après-midi d’été fera respirer votre chien rapidement et superficiellement par la bouche, mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Ce mécanisme est normal et répond à un besoin physiologique de thermorégulation

Cela devient inquiétant lorsque le chien halète à la maison au calme et à une température ambiante inférieure à 30º C. Il faut également s’inquiéter si, dans cette même situation, sa fréquence respiratoire constante est supérieure à 30 respirations par minute (tachypnée).

Mon chien halète beaucoup : les causes les plus fréquentes

Vous savez maintenant ce qu’est l’halètement et à quoi il sert dans des situations normales. Voyons maintenant quelles sont les causes les plus courantes de l’halètement excessif.

1. Brachycéphalie (génétique)

Comme nous l’avons dit, le principal mécanisme de thermorégulation chez le chien est l’halètement. Cette tâche ventilatoire est très difficile chez les chiens brachycéphales, comme les carlins, car leur crâne se caractérise par un raccourcissement longitidunal, leurs structures faciales sont donc atypiques et non adaptatives.

On parle de syndrome respiratoire brachiocéphalique lorsque le chien présente les inadaptations physiques suivantes : palais mou allongé, narines sténosées, trachée hypoplasique et saccules laryngés éversés. Cela se traduit par une détresse respiratoire marquée et donc une augmentation de l’halètement, parmi de nombreux autres symptômes.

Les chiens brachycéphales sont beaucoup plus vulnérables aux changements de température, car leurs mécanismes de ventilation sont moins efficaces que ceux des autres races.

2. Anxiété ou stress

Bien que la température soit un déclencheur clé dans cet événement, il n’est parfois pas nécessaire qu’il fasse chaud pour qu’un chien halète plus que d’habitude. Cette situation peut être déclenchée par l’anxiété, le stress, l’excitation et un sentiment de danger.

Chez l’homme comme chez le chien, la demande en oxygène augmente aux heures limites. Cela se traduit par une accélération de la fréquence respiratoire.

Les feux d’artifice, les sons forts et d’autres stimuli font haleter les chiens plus rapidement qu’en temps normal. 

3. Douleur

Le chien peut respirer rapidement, car quelque chose lui fait très mal. Les tremblements musculaires sont très fréquents en cas de douleur non spécifique. Ces signes peuvent également être accompagnés de vomissements, de diarrhée, de plaies saignantes, de fatigue, de perte de poids, entre autres.

4. Fièvre

Dans une situation normale, la température corporelle d’un chien se situe entre 37,5 °C et 39 °C. Tout chiffre supérieur correspond à un tableau clinique de fièvre qui peut favoriser un halètement continu. Les infections virales, bactériennes, fongiques et parasitaires peuvent déclencher de la fièvre chez les chiens.

La fièvre est une barrière biologique. Via l’augmentation de la température corporelle, le corps essaie de combattre les agents pathogènes et de les empêcher de se propager davantage dans le corps.

5. Allergie

Les chiens, comme les humains, peuvent présenter des réactions d’hypersensibilité à des composés inoffensifs (allergènes). Ceux-ci favorisent l’activation des anticorps après l’exposition, et à tort, le corps déclenche une action immunitaire mal dirigée. C’est ainsi qu’apparaissent les symptômes typiques d’une allergie.

Dans certains processus allergiques, il y a une inflammation et un épaississement du tissu des bronches, ce qui peut rendre la respiration difficile. Dans ces cas, le chien respirera plus vite que d’habitude et haletera pour tenter de compenser le manque d’oxygène dans ses poumons.

Mon chien halète la nuit

Nous souhaitons mettre un accent particulier sur l’halètement nocturne chez le chien, car il indique généralement une pathologie sous-jacente. La nuit, les stimuli sont minimes et la température est généralement plus fraîche, donc à moins qu’il ne fasse insupportablement chaud, un chien ne devrait pas haleter.

Dans de nombreux cas, l’halètement à cette heure de la journée est dû à l’anxiété de séparation, car le chien est loin de son gardien et nécessite son attention. Cela peut aussi être révélateur d’autres conditions pathologiques déjà mentionnées, il faut consulter le vétérinaire.

Un chien sur la plage avec son propriétaire.

Que faire si mon chien halète beaucoup ?

En somme, haleter après un exercice physique ou une promenade par temps de chaleur est tout à fait normal. Si vous voyez que votre chien a du mal à sortir en été, peut-être vous devriez le sortir à des heures moins chaudes. Emportez toujours de l’eau avec vous et n’en exigez pas trop de lui en matières d’efforts physiques.

Par ailleurs, si le chien halète tout le temps, quels que soient les stimuli et les conditions externes, il est très probablement malade, physiquement ou psychologiquement. Face à tout signe atypique, n’hésitez pas à vous rendre chez un vétérinaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Chienne agressive après l’accouchement : causes et solutions
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Chienne agressive après l’accouchement : causes et solutions

Une chienne agressive après l'accouchement peut être en train de souffrir de stress, d'anxiété ou d'une maladie physique.



  • Goldberg, M. B., Langman, V. A., & Taylor, C. R. (1981). Panting in dogs: paths of air flow in response to heat and exercise. Respiration physiology, 43(3), 327-338.
  • Biewener, A. A., Soghikian, G. W., & Crompton, A. W. (1985). Regulation of respiratory airflow during panting and feeding in the dog. Respiration physiology, 61(2), 185-195.
  • Krönert, H., & Pleschka, K. (1976). Lingual blood flow and its hypothalamic control in the dog during panting. Pflügers Archiv, 367(1), 25-31.
  • O’Brien, C., Tharion, W. J., Karis, A. J., & Sullivan, H. M. (2020). Predicting military working dog core temperature during exertional heat strain: validation of a Canine Thermal Model. Journal of Thermal Biology, 90, 102603.