Paralysie faciale chez le chien : symptômes, causes et traitements

La paralysie faciale chez le chien est une affection relativement courante, mais très difficile à traiter. Apprenez ici à la détecter.
Paralysie faciale chez le chien : symptômes, causes et traitements

Dernière mise à jour : 31 juillet, 2021

La paralysie faciale chez les chiens est une affection plus courante qu’il n’y paraît, en particulier chez les chiens âgés. Ce signe clinique se manifeste par une incapacité à bouger les muscles du visage et à les maintenir tendus, non pas en raison d’une défaillance musculaire, mais en raison de troubles qui affectent les nerfs qui contrôlent les muscles.

Bien que cette condition soit bien connue, il convient de noter que jusqu’à 74 % des cas en clinique vétérinaire sont de nature idiopathique, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de cause spécifique ou que la cause n’a pas été découverte. Si vous voulez savoir tout ce que l’on sait jusqu’à présent sur la paralysie faciale chez les chiens, poursuivez donc votre lecture.

Qu’est-ce que la paralysie faciale chez le chien ?

Les nerfs faciaux sont des nerfs crâniens mixtes qui contiennent des fibres sensorielles, motrices et parasympathiques. Ces paires de nerfs proviennent directement du cerveau au niveau du tronc cérébral et sont distribuées à travers les trous du crâne par la tête, le thorax et l’abdomen de l’animal.

Les mouvements oculaires, les réflexes photomoteurs, l’accommodation, la transmission des impulsions olfactives, la perception des informations sensorielles, les impulsions gustatives et le placement dans l’environnement tridimensionnel sont médiés par les nerfs faciaux. Si ceux-ci sont endommagés, une paralysie faciale se produit.

La paralysie faciale n’est presque jamais le résultat d’une lésion directe au niveau du cerveau, mais plutôt au niveau du nerf facial qui relie le cerveau à l’extérieur par le toucher, le goût, la vue et d’autres perceptions.

Un chien triste en noir et blanc.

Les symptômes de la paralysie faciale chez le chien

Comme indiqué par le portail vétérinaire Davies, la symptomatologie de la paralysie faciale chez le chien dépend de la gravité de la blessure et des structures nerveuses affectées. Le plus normal est que l’un des plans faciaux du chien “pende”, un fait similaire à ce qui arrive aux humains après un accident vasculaire cérébral.

Cette défaillance nerveuse se remarque dans les petits gestes du chien. Parmi les signes les plus évidents, on retrouve les suivants :

  • Une oreille plus tombante que l’autre.
  • Incapacité à cligner l’un des yeux.
  • Salivation au niveau de l’un des coins du museau.
  • Difficulté à manger
  • Symptômes du syndrome vestibulaire périphérique. Jusqu’à 65 % des chiens affectés présentent les deux conditions à la fois.
  • Paralysie des extrémités et stupeur, dans le cas où la blessure est centrale et ne touche pas seulement le nerf.

Dans la plupart des cas de lésions du nerf facial, la paralysie n’affecte qu’un des deux côtés du visage (paralysie unilatérale), ce qui facilite grandement le diagnostic. Cependant, si la paralysie est totale (paralysie bilatérale), remarquer les signes à l’œil nu est très compliqué.

Les causes de la paralysie faciale chez le chien

Comme l’indiquent les études, jusqu’à 74,7 % des cas de paralysie faciale chez les chiens sont idiopathiques, c’est-à-dire qu’aucune cause n’a été trouvée pour les expliquer. Le taux d’apparition de cette pathologie est difficile à calculer, car on trouve rarement une cause sous-jacente commune.

Au-delà des étiologies inexplorées, l’agent causal le plus courant de la paralysie faciale est une infection grave de l’oreille interne (otite interne), en particulier chez les chiens qui ont des problèmes de peau chroniques. Dans ce cas, les signes cliniques susmentionnés s’accompagnent généralement de problèmes d’équilibre et la tête du chien est inclinée en permanence.

Ce sont les deux variantes les plus courantes, mais il existe d’autres causes possibles de paralysie faciale partielle ou totale. Parmi elles, figurent les suivantes :

  • Un coup très fort, comme un accident de voiture ou une chute grave.
  • Hypothyroïdie, dysfonctionnement de la glande thyroïde et faible production d’hormones thyroïdiennes.
  • Tumeurs bénignes ou cancers de la région du visage.
  • Ingestion de neurotoxines, telles que la toxine botulique (botulisme).
  • Maladies inflammatoires ou à médiation immunitaire, telles que la méningo-encéphalite.
  • Dommages suite une chirurgie crânienne très invasive.

Le diagnostic

Bien que cette condition soit plus fréquente dans sa variante idiopathique, il est toujours nécessaire d’effectuer certains tests sur l’animal affecté pour écarter certaines conditions sous-jacentes. Tout d’abord, le chien est généralement mis sous sédation et une analyse approfondie de l’oreille du plan facial affecté est effectuée, afin d’exclure une infection de l’oreille.

Si tout est en ordre dans cette section, on a recours aux rayons X, à la tomodensitométrie (TDM) et à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour observer de manière détaillée le cerveau et des structures internes de l’oreille. Dans de rares cas, un échantillon des fluides crâniens du chien peut être nécessaire pour rechercher des signes d’inflammation.

La stimulation électrique du nerf facial peut aider à quantifier les dommages et à établir un pronostic.

Le traitement de la paralysie faciale chez le chien

Le traitement sera différent dans chaque cas, mais il convient de noter que les lésions nerveuses sont irréversibles. Cela ne signifie pas que l’animal ne peut pas mener une vie normale, mais il faudra accepter qu’il aura certains problèmes à partir de ce moment-là à l’heure de manger et d’interagir avec l’environnement.

Si la cause des lésions du nerf facial est le clampage par l’action d’une tumeur cancéreuse, le traitement consiste généralement en la résection chirurgicale de la masse et en un traitement ciblé pour tuer le cancer. Si la cause sous-jacente est l’hypothyroïdie, le chien aura besoin d’un médicament de remplacement des hormones thyroïdiennes à vie.

Si la cause est une infection de l’oreille moyenne ou interne, un nettoyage en profondeur de l’oreille via l’application de substances céruminolytiques et l’extraction des tissus lésés est généralement la première étape, même sous anesthésie et lors d’une intervention chirurgicale locale. Une fois l’environnement infecté désinfecté, des antibiotiques ou des antifongiques doivent être prescrits, selon l’agent pathogène.

Un chien aux oreilles gonflées.

Le pronostic

La plupart du temps, les signes présentés sont permanents, car le nerf facial subit des dommages irréversibles et il est impossible de le ramener à son état antérieur. Dans tous les cas, cela n’empêche généralement pas le chien de mener une vie normale, à l’exception de certaines modifications dans sa routine.

Pour cette raison, dans sa variante idiopathique, cette condition a un pronostic très positif. Cependant, si les dommages se sont produits dans le cerveau ou si la cause est un cancer, le tableau clinique peut devenir très compliqué en peu de temps. Tout dépend de la cause sous-jacente.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les soins à prodiguer au carlin
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Les soins à prodiguer au carlin

Le carlin est un animal très populaire, mais dont la santé est fragile. L'alimentation du carlin doit être stricte et équilibrée.



  • Facial paralysis in dogs, Davies. Recogido a 16 de julio en https://vetspecialists.co.uk/fact-sheets-post/facial-paralysis/
  • Chan, M. K., Toribio, J. A., Podadera, J. M., & Child, G. (2020). Incidence, cause, outcome and possible risk factors associated with facial nerve paralysis in dogs in a Sydney population (2001–2016): a retrospective study. Australian veterinary journal, 98(4), 140-147.
  • Braund, K. G., Luttgen, P. J., Sorjonen, D. C., & Redding, R. W. (1979). Idiopathic facial paralysis in the dog. The Veterinary Record, 105(13), 297-299.
  • Varejão, A. S., Muñoz, A., & Lorenzo, V. (2006). Magnetic resonance imaging of the intratemporal facial nerve in idiopathic facial paralysis in the dog. Veterinary Radiology & Ultrasound, 47(4), 328-333.
  • Wright, J. A. (1988). Ultrastructural findings in idiopathic facial paralysis in the dog. Journal of comparative pathology, 98(1), 111-115.