Pododermatite chez le lapin : causes, symptômes et traitements

La pododermatite chez le lapin est généralement causée par de mauvaises conditions d'habitat. Apprenez-en plus ici sur cette maladie.
Pododermatite chez le lapin : causes, symptômes et traitements

Dernière mise à jour : 04 novembre, 2021

La pododermatite chez le lapin est une affection courante dans les élevages de lapins. Les mauvaises conditions de vie qui existent dans ces lieux sont à l’origine de multiples maladies, qui sont encore plus fréquentes dans les élevages dépourvus de normes éthiques et sanitaires.

Vous apprendrez ici à reconnaître cette maladie chez le lapin. Bien qu’elle n’affecte aucun organe vital, elle est capable de compromettre la vie de l’animal à long terme.

Qu’est-ce que la pododermatite ?

La pododermatite, également connue sous le nom de mal de pattes, est une maladie qui affecte le tissu épithélial de la plante des pattes, en particulier des pattes arrière, car elles portent plus de poids. Les lapins n’ont pas de coussinets comme les chiens et les chats, ils reçoivent donc la pression du substrat directement sur la peau.

Cette pression peut ulcérer le derme du lapin et s’infecter plus tard, provoquant ainsi une nécrose des tissus si l’infection n’est pas traitée à temps. Cette maladie évolue facilement, car la plante des pattes de ces lagomorphes est couverte de poils et il est difficile de voir la lésion si l’état de santé de l’animal n’est pas contrôlé périodiquement.

Les symptômes de la pododermatite chez le lapin

Les symptômes de la pododermatite chez le lapin apparaissent lorsque la maladie est à un stade avancé. En effet, en tant que proies qu’ils sont, les lapins essaient de cacher les symptômes de leurs maladies pour ne pas paraître faibles. Les principaux symptômes de cette maladie sont les suivants :

  • Prostration
  • Boiterie
  • Anorexie (manque d’appétit)
  • Postures antalgiques (pour éviter la douleur)
  • Peau de la plante des pattes enflammée, rouge ou craquelée
  • Croûtes dans la zone touchée
  • Nécrose
Un lapin dont les pattes postérieures ne fonctionnent pas.

Les causes

La pododermatite repose sur plusieurs piliers. Voici les plus importants :

  • Substrats inadéquats. Dans les fermes d’élevage, les sols sont généralement en treillis métallique, car les trous permettent aux excréments de tomber de la cage. C’est la principale cause de pododermatite chez le lapin, puisque le grillage exerce une très forte pression sur la plante des pattes.
  • Mauvaise hygiène dans les élevages de lapins. Les excréments qui ne passent pas à travers les mailles et l’urine sont le terreau idéal pour les bactéries. Lorsque les cages ne sont pas désinfectées, cette affection est favorisée.
  • Obésité. Une mauvaise alimentation fait que l’animal prend plus de poids qu’il ne devrait, et ses pattes alors supporter un poids plus important. Dans les groupes reproducteurs, les femelles gestantes ont tendance à accumuler de la graisse à cause de leurs grossesses constantes, elles sont donc plus sujettes à la pododermatite.
  • Génétique. Certains lapins sont plus sujets aux maux de pattes, en particulier ceux dont les poils sont fins et tombent facilement, exposant ainsi la peau.

Le diagnostic

Aucun examen spécifique n’est nécessaire pour détecter la pododermatite. La lésion étant visible, un examen physique suffit pour établir le diagnostic.

Un antibiogramme peut être nécessaire pour déterminer quel antibiotique est le plus efficace pour traiter l’animal. Et selon l’état de santé du lapin, des examens tels que des prises de sang ou des radiographies peuvent être nécessaires en vue de détecter une éventuelle lésion interne ou une infection systémique.

Un lapin peut ne pas bouger en raison de la douleur, et ne se nourrira pas. L’inconfort chez le lapin provoque des arrêts digestifs qui peuvent être mortels.

Le traitement

Le traitement de base consiste en une combinaison d’anti-inflammatoires, d’antibiotiques et d’analgésiques. De plus, il est nécessaire de retirer le tissu nécrotique et de nettoyer soigneusement la plaie en éliminant tout le matériel purulent.

L’utilisation de pommades antibiotiques et anti-inflammatoires est limitée aux animaux qui ne les lècheront pass. Bien que ces médicaments soient généralement conçus de manière à ce que l’animal puisse les ingérer, leur efficacité est réduite s’ils ne sont pas laissés sur la lésion suffisamment longtemps pour faire effet.

Par ailleurs, les maladies secondaires associées à ce problème nécessiteront un traitement spécifique. Par exemple, si l’animal souffre de malnutrition, un régime de récupération sera indispensable, ainsi qu’une fluidothérapie s’il est déshydraté.

Qu'est-ce que la myiase chez le lapin ?

Pronostic et recommandations

Le pronostic de cette maladie est réservé. Il dépend du stade de détection, de l’application du traitement – dans les élevages, ils optent pour l’engraissement pour la consommation humaine ou pour l’abattage de l’animal – et des mesures préventives.

Bien entendu, sans un sol et une hygiène appropriés, le lapin ne pourra pas se remettre de la maladie. Deux points à ne pas négliger.

Les lapins qui vivent comme animaux de compagnie peuvent également souffrir de cette maladie, mais dans une bien moindre mesure et sans complication. Offrez à votre lapin les meilleures conditions de vie possibles et consultez le vétérinaire tous les six mois pour un bilan de santé.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les lapins boivent-ils de l’eau ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les lapins boivent-ils de l’eau ?

Bien sûr que les lapins boivent de l'eau ! Cependant, il existe des facteurs qui les empêchent d'ingérer ce liquide vital, ce qui conduit à la mala...



  • A. (2020, 21 julio). Tipos de manifestaciones y signos clínicos de la pododermatitis en conejos. Ateuves, para el auxiliar veterinario. Recuperado 1 de noviembre de 2021, de https://ateuves.es/tipos-de-manifestaciones-y-signos-clinicos-de-la-pododermatitis-en-conejos/
  • DE LA AFECCIÓN, CAUSAS. Factores predisponentes de la necrosis plantar en conejos. Recuperado 1 de noviembre de 2021, de https://www.mapa.gob.es/ministerio/pags/biblioteca/revistas/pdf_Cuni/Cuni_1995_80_46_47.pdf
  • Lozano, C. T., Pla, M., & Garcia, F. (1986). Nivel de respuesta en el tiempo a un control de seguimiento sanitario en conejos. In XI Symposium de cunicultura (pp. 145-152). Asociación Española de Cunicultura (ASESCU).
  • Lozano, C. T., Pla, M., & García, F. (1986). Análisis del estado sanitario y de la pérdida de hembras durante la lactación del conejo. In XI Symposium de cunicultura (pp. 131-138). Asociación Española de Cunicultura (ASESCU).
  • Roy Pérez, T. J., & Egea de Prado, M. D. (1991). Estudio de la renovación de las hembras en una unidad de selección de conejos. Cunicultura16(91), 0154-160.