Prendre soin de la dysplasie de la hanche de votre chien

16 janvier, 2020
Cette maladie a un facteur génétique, bien que la dysplasie de la hanche du chien soit également liée à d'autres facteurs tels que l'âge et le surpoids.

Vous avez certainement déjà entendu parler de la dysplasie de la hanche chez le chien. Mais savez-vous vraiment ce que c’est ? En connaissez-vous les causes et le traitement ? Si vous voulez en savoir plus sur cette maladie, dans cet article nous vous donnons tous les détails.

Qu’est-ce que la dysplasie de la hanche chez le chien ?

Il s’agit d’une maladie qui touche la région de la hanche et ses articulations. Elle s’explique par l’union défectueuse de la tête du fémur avec sa cavité correspondante dans la hanche. Lorsque cela se produit, les tissus se dégradent et les chiens commencent à ressentir un malaise lors de la marche, ce qui entraîne une boiterie.

La dysplasie de la hanche chez le chien apparaît habituellement à l’âge de 4 ou 5 mois et s’aggrave avec le temps, à mesure que la taille du bassin augmente. Il existe plusieurs degrés de dysplasie qui, selon l’Orthopedic Foundation for Animals (OFA), varient en termes de diagnostic et de traitement.

Principales causes

Il ne fait aucun doute qu’il y a un facteur génétique derrière cette maladie. Mais il y en a d’autres, comme :

  • Une alimentation inadéquate : manque de nutriments ou excès de protéines
  • Du surpoids
  • De l’exercice excessif ou inadéquat
  • La taille : elle est beaucoup plus fréquente chez les chiens de taille moyenne et de grande taille
  • Les races canines spécifiques : il existe certaines races, comme le berger allemand, le mâtin napolitain ou le golden retriever, qui sont plus sujettes à cette maladie
La dysplasie de la hanche chez un chien

Comment diagnostiquer la dysplasie de la hanche d’un chien ?

Il existe un certain nombre de symptômes qui peuvent indiquer une dysplasie de la hanche chez le chien. Parmi eux, les plus courants sont les boiteries évidentes, les difficultés à se lever ou même à se tenir debout. Si vous remarquez l’un de ces symptômes, vous devriez consulter votre vétérinaire, qui prendra probablement une radiographie pour les confirmer.

Traitement et soins

Comme nous l’avons déjà mentionné, il existe plusieurs types de traitement, selon le degré de développement de la maladie. En général, la plupart des traitements visent à réduire les effets ou à soulager les symptômes futurs. Cependant, la clé du succès de la plupart des traitements réside dans un diagnostic précoce. Plus on détecte tôt la dysplasie, plus il sera facile de la traiter.

En général, on peut parler d’un traitement préventif ou conservateur, qui comprend la physiothérapie canine, l’utilisation de fauteuils roulants ou de supports de hanche. Ces dispositifs ont des mécanismes qui stabilisent la hanche, tout en prévenant l’atrophie et en stimulant l’activité musculaire dans la zone articulaire affectée.

Un fauteuil roulant pour chien souffrant de dysplasie de la hanche

Il existe également un traitement que nous pourrions appeler médical ou pharmacologique. Il convient tout particulièrement pour les animaux plus âgés touchée par une dysplasie avancée. Et le risque de chirurgie est plus élevé.

Dans ces cas, des anti-inflammatoires sont généralement administrés pour réduire la douleur. Il est également courant de combiner ces derniers avec des chondroprotecteurs. Il s’agit d’un supplément nutritionnel qui favorise l’hydratation du cartilage et retarde l’apparition de divers symptômes.

Enfin, on peut aussi avoir recours à un traitement chirurgical incluant divers procédés visant à améliorer la zone affectée.

Le remplacement total de l’articulation par une prothèse de la hanche peut être une option valable. C’est l’option définitive, mais aussi celle dont le coût est le plus élevé.

Comme nous le recommandons toujours, les décisions concernant le diagnostic et le traitement possible doivent être évaluées par votre vétérinaire de confiance.

Parmi les soins que nous pouvons apporter à notre chien, le plus important est de surveiller le poids de l’animal avec une alimentation contrôlée, pour éviter de surcharger les articulations touchées.

Nous devons également contrôler l’exercice, qui doit être modéré et régulier dans le temps. Avec tous ces conseils, nous ne pourrons peut-être pas faire disparaître la maladie, mais nous ferons en sorte que notre chien, malgré tout, ait une bonne qualité de vie.

 

  • Witsberger, T. H., Villamil, J. A., Schultz, L. G., Hahn, A. W., & Cook, J. L. (2008). Prevalence of and risk factors for hip dysplasia and cranial cruciate ligament deficiency in dogs. Journal of the American Veterinary Medical Association232(12), 1818-1824.

 

  • Morgan, J. P., Wind, A., Davidson, A. P., & Audell, L. (2000). Hereditary bone and joint diseases in the dog: osteochondroses, hip dysplasia, elbow dysplasia. Schlütersche.

 

  • Leighton, E. A. (1997). Genetics of canine hip dysplasia. Journal of the American Veterinary Medical Association210(10), 1474-1479.