Soins et alimentation d'un chien diabétique

23 juin, 2020
Le régime alimentaire apporté à un chien diabétique doit être savoureux, équilibré sur le plan nutritionnel, et riche en fibres insolubles. Mais il doit également répondre à d'autres exigences, comme indiqué dans cet article.
 

Chez un chien diabétique, le niveau d’insuline produit est insuffisant pour métaboliser le glucose. L’insuline est une hormone qui prélève le glucose dans le sang et le transporte à l’intérieur des cellules du corps où il est utilisé comme énergie.

Par conséquent, la concentration sanguine de glucose augmente et finit par atteindre des niveaux où les reins doivent le filtrer dans l’urine.

Signes et symptômes d’un chien diabétique

Tout d’abord, il est important de comprendre que chez un chien diabétique, la perte de glucose par l’urine entraîne l’eau à travers un processus appelé osmoseCela engendre la production de volumes d’urine plus importants que la normale. Par conséquent, la perte excessive d’eau dans l’urine est compensée par la soif ainsi qu’une consommation accrue d’eau.

Les principaux signes cliniques d’un animal avec un diabète mellitus sont donc : polyurie (miction excessive), et polydipsie (consommation excessive d’eau).

Par ailleurs, le chien diabétique a tendance à perdre du poids parce que le corps décompose les réserves de graisses et de protéines – muscles – pour produire du glucose et des cétones – un carburant alternatif – dans le foie. En outre, d’autres symptômes cliniques du diabète peuvent aussi comprendre : cataracte, polyphagie (augmentation de l’appétit), intolérance à l’exercice et infections récurrentes.

Un petit chien diabétique
 

Objectifs thérapeutiques pour le diabète canin

En tant que propriétaire d’un chien diabétique, nous devons essentiellement comprendre que les 3 objectifs principaux de la thérapie sont :

  • Résoudre tous les signes cliniques : ce point fait référence aux signes mentionnés ci-dessus, à l’exception de la cataracte. Ainsi, la cécité causée par la formation de cataracte survient chez la plupart des chiens diabétiques. Cependant, leur état ne dépend pas du contrôle de la glycémie
  • Eviter l’hypoglycémie induite par l’insuline : l’insuline est la base de la thérapie pour le chien diabétique. Une approche conservatrice de l’insulinothérapie est cruciale. La plupart des chiens diabétiques ont besoin d’une dose 2 fois par jour pour contrôler correctement leurs signes cliniques. Néanmoins, la posologie sera déterminée avec le vétérinaire
  • Reprendre le mode de vie habituel ainsi que le niveau d’exercice : la léthargie, typique chez le chien diabétique, a tendance à se résorber rapidement. Les chiens deviennent donc plus actifs et sensibles peu de temps après le début de la thérapie avec insuline

Pourquoi est-il si important de contrôler l’hypoglycémie induite par insuline ?

L’hypoglycémie sévère résultant d’une surdose d’insuline peut entraîner des dommages cérébraux irréversibles, une cécité, des convulsions et la mort. Les signes cliniques légers comprennent une faiblesse, une agitation, l’anorexie et la diarrhée.

Un chien diabétique doit suivre un régime alimentaire particulier
 

Conseils alimentaires pour un chien diabétique

Idéalement, le chien diabétique doit manger juste avant le pic d’activité de l’insuline qui lui est administrée. Il est donc recommandé, comme bon compromis, de nourrir le chien immédiatement après l’injection d’insuline.

Cette mesure simplifie également de manière considérable le régime de traitement à domicile tout en permettant un bon contrôle facile de la glycémie. Par ailleurs, de nombreux propriétaires préfèrent cette méthode parce qu’ils ont le sentiment de récompenser leur animal après l’avoir soumis à une injection.

Tableau des recommandations alimentaires actuelles pour les chiens diabétiques :

Facteur diététique Recommandations
Ingestion de calories Suffisamment pour atteindre et maintenir des conditions corporelles optimales
Besoins nutritionnels primaires Saveurs, équilibre sur le plan nutritionnel

La constance est importante : fournir une quantité standard de calories et nourrir l’animal après chaque injection d’insuline

Autres conseils nutritionnels Augmenter la teneur en glucides complexes avec une forte proportion de fibres insolubles incorporées dans les aliments

Contenu en graisse diminué, surtout en présence d’une pancréatite concomitante

Horaire des repas La période postprandiale devrait coïncider idéalement avec la période d’activité maximale de l’insuline exogène
Chiens diabétiques avec une maladie concomitante Les besoins nutritionnels de quelconque maladie concomitante devraient avoir la priorité sur la thérapie diététique pour le diabète.
 
  • Rucinsky, R., Cook, A., Haley, S., Nelson, R., Zoran, D. L., & Poundstone, M. (2010). AAHA diabetes management guidelines for dogs and cats. Journal of the American Animal Hospital Association, 46(3), 215-224.
  • Fleeman, L. M., & Rand, J. S. (2001). Management of canine diabetes. Veterinary Clinics: Small Animal Practice31(5), 855-880.
  • Hoenig, M., Laflamme, D. P., Klaser, D. A., Singer, M. J., & Ferguson, D. C. (2001). Glucose tolerance and lipid profiles in dogs fed different fiber diets. Journal of veterinary pharmacology and therapeutics, 2, 160-169.
  • Rand, J. S., Fleeman, L. M., Farrow, H. A., Appleton, D. J., & Lederer, R. (2004). Canine and feline diabetes mellitus: nature or nurture?. The Journal of Nutrition, 134(8), 2072S-2080S.