Traitements des infections cutanées chez les chiens

02 février, 2020
Les infections cutanées chez les chiens sont connues sous le nom de pyodermite et sont d'origine bactérienne.

Les infections cutanées chez les chiens sont plus courantes que ce que l’on pense. Et, si le traitement n’est pas correct, elles peuvent traverser la barrière de la peau et s’installer dans d’autres organes. Elles peuvent même provoquer une septicémie et la mort de l’animal.

On connaît ces infections sous le nom de pyodermite. Elles peuvent avoir différents degrés : en surface, superficiels et profonds. Les deux premiers affectent principalement le tissu épidermique -couche la plus superficielle de la peau- et le dernier endommage le derme et les tissus plus profonds.

Par ailleurs, les symptômes les plus communs en cas de pyodermite de surface et superficielle sont les rougeurs, les papules, les pustules, une desquamation, des croûtes, l’alopécie et du prurit. Dans le cas des pyodermites profondes, les lésions épidermiques que nous observons sont plus douloureuses, et il y a rarement du pruritIl s’agit plutôt d’ulcères, de bulles hémorragiques et des nodules qui, la plupart du temps, sécrètent du sang mélangé à d’autres fluides infectieux.

Nous devons être très prudent avec les infections cutanées chez les chiens. Dans la majorité des cas, elles sont zoonotiques et peuvent être transmises à l’être humain. Les micro-organismes les plus communément présents lors de ces infections sont le Staphylococcus intermedius et le Staphylococcus aureus.

Usage de shampoings spéciaux

Le traitement des pyodermites doit être à la fois topique et systémique. Pour un traitement topique, les shampoings représentent la meilleure option car ils pénètrent bien dans la peau. Les plus couramment utilisés sont ceux qui contiennent l’un de ces composants :

  • Peroxyde de benzoyle
  • Lactate d’éthyle
  • Chlorhexidine
  • Povidone-iode

L’usage des shampoings aide au débridement de la peau blessée. Cela favorise la cicatrisation, et diminue la douleur et le prurit. D’autre part, la fréquence est d’au moins 2 fois par semaine, mais cela doit être déterminé par un vétérinaire.

Les fluoroquinolones pour traiter les infections cutanées chez les chiens

Les fluoroquinolones constituent un groupe d’antibiotiques à large spectre (ils combattent un large éventail de bactéries). L’efficacité thérapeutique de ces médicaments a été démontrée dans 85,4% des cas. Toutefois, pour 4,9% de chiens, ils n’ont pas donné lieu à la guérison.

Un chien souffrant d'infections cutanées

Le principal problème des fluoroquinolones est qu’ils peuvent causer ce que l’on appelle une résistance bactérienne. Suite au traitement, un groupe de bactéries, qui ne posait pas de problème du début, crée une résistance à l’antibiotique et se développe de manière exponentielle. Cela entraîne alors l’apparition de nouvelles infections incurables.

La rifampicine pour traiter les infections cutanées chez les chiens

La rifampicine est un autre groupe d’antibiotiques habituellement utilisé pour combattre les pyodermites profondes chroniques. Dans ce cas, on utilise ce type d’antibiotiques, et pas un autre, en raison de sa capacité à pénétrer les tissus profonds à une concentration suffisante pour tuer les bactéries.

De même que les fluoroquinolones, la rifampicine peut provoquer une résistance bactérienne car c’est également un antibiotique à large spectre.

Les bactéries causant les infections cutanées chez les chiens

Que faire face aux infections cutanées chez les chiens ?

Le traitement des infections cutanées est, généralement, empirique. En fonction de la gravité du cas, il faut commencer avec un traitement antiseptique et antibiotique topique (mupirocine ou acide fusidique).

L’utilisation des antibiotiques systémiques est réservée pour les cas plus sévères. Cependant, l’usage aveugle de ces médicaments, sans l’étude microbiologique préalable, a entraîné une augmentation de la résistance bactérienne. En plus de l’usage incorrect de certains antibiotiques, comme la pénicilline ou la méticilline, qui se sont révélés inutiles pour le traitement du Staphylococcus sp.

Enfin, si vous soupçonnez que votre animal peut avoir une infection de la peau, rendez-vous le plus vite possible chez le vétérinaire. Parfois, certaines lésions cutanées peuvent être à l’origine d’autres types de pathologies telles que les allergies, la gale ou la leishmaniose. En outre, si le vétérinaire prescrit des antibiotiques, il est fondamental de suivre minutieusement les directives de dosage pour obtenir des résultats positifs et prévenir les éventuelles résistances.

 

  • Beco, L., Guaguère, E., Lorente Méndez, C., Noli, C., Nuttall, T., & Vroom, M. (2013). Guía para el uso de antibióticos sistémicos en el tratamiento de infecciones cutáneas. Parte I: diagnóstico en base a la presentación clínica, citología y cultivo. Veterinary Record, 2013, 72-78.
  • Castellanos, L., Rodríguez, M., & Santos, A. (2011). Aislamiento e identificación bioquímica de microorganismos bacterianos a partir de infecciones de piel en caninos. Revista de Medicina Veterinaria, 1(22), 21-30.
  • Carlotti, D. N., & Atance, A. (1997). El empleo de la rifampicina en el tratamiento de las piodermas profundas crónicas del perro: revisión bibliográfica y presentación de trece casos clínicos. Clínica veterinaria de pequeños animales, 17(4), 0211-226.
  • Denamiel, G., Puigdevall, T., Más, J., Albarellos, G., & Gentilini, E. (2009). Prevalencia y perfil de resistencia a betalactámicos en estafilococos de perros y gatos. InVet, 11(2), 117-122.
  • González, J. L., Bravo, V., Peña, A., & Beral, M. (2006). Dermatología. Eficacia terapéutica del orifloxacino (Orbax) en el tratamiento de la pioderma canina: un estudio cínico abierto. Clínica veterinaria de pequeños animales, 26(1), 0009-12.
  • Herrera-Arana, V., González, J., & Iglesia-Quilca, D. (2006). Actualización en el manejo de antibióticos en las infecciones superficiales de piel y partes blandas. Acta medica peruana, 23(1), 32-34.
  • RÍOS AM, B. M., Ortiz, G., Ayllón, T., Smit, L., Rodríguez, D. M., & Sánchez, D. A. (2015). Staphylococcus multirresistentes a los antibióticos y su importancia en medicina veterinaria. Clínica Veterinaria de Pequeños Animales AVEPA, 35(3), 149-161.