Tumeur testiculaire chez le chien : causes, symptômes et traitement

La tumeur testiculaire affecte assez fréquemment les chiens âgés et peut mettre leur vie en danger. Apprenez ici à la reconnaître.
Tumeur testiculaire chez le chien : causes, symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 05 novembre, 2021

Chez les chiens, la tumeur testiculaire affecte essentiellement ceux âgés de plus de 10 ans. Un tel diagnostic est bouleversant pour un maître, car on associe les tumeurs à la mort. Mais dans de nombreux cas, avec une approche opportune, le pronostic est bon.

Comment reconnaître cette masse tumorale avant qu’il ne soit trop tard ? Existe-t-il un moyen de prévenir son apparition ou d’améliorer le pronostic de l’animal ? Nous répondons ici à ces questions et à d’autres.

Qu’est-ce qu’une tumeur testiculaire ?

Une tumeur est une masse anormale dans les tissus corporels. Cette masse apparaît lorsque les cellules se multiplient de manière incontrôlable. Les tumeurs testiculaires sont relativement fréquentes chez les chiens, représentant 6 à 27 % de tous les néoplasmes observés chez cette espèce.

Chez les chiens non castrés, les testicules représentent la deuxième localisation la plus fréquente des tumeurs.

Selon le type de cellules affectées, un type de tumeur ou un autre apparaît. Voici les tumeurs les plus fréquentes :

  • Tumeur à cellules de Sertoli. Cette tumeur métastase vers d’autres organes dans 10 à 20 % des cas. Elle peut provoquer un syndrome de féminisation et une insuffisance médullaire, entraînant ainsi une anémie, une destruction des plaquettes et une leucopénie (faible nombre de globules blancs).
  • Tumeur à cellules de Leydig. Les cellules de Leydig sont responsables de la production de testostérone. Cette tumeur est généralement bénigne, ne mesurant pas plus de 2 centimètres de diamètre.
  • Séminome. Cette tumeur se développe suite à la multiplication des cellules responsables de la production de spermatozoïdes. Au cours de l’examen physique, elle peut être confondue avec une tumeur à cellules de Sertoli.
La tumeur testiculaire chez le chien peut se manifester de plusieurs façons.

Les causes de la tumeur testiculaire chez le chien

Une fois que la tumeur testiculaire a été diagnostiquée, il est difficile d’identifier la cause qui en est à l’origine s’il n’y a aucune preuve d’une pathologie antérieure. Les principales causes sont les suivantes :

  • Troubles hormonaux. Ces troubles sont capables de provoquer une tumeur testiculaire chez le chien, notamment en cas de taux anormal d’œstrogènes.
  • Cryptorchidie. Cette pathologie – un ou deux testicules ne se développent pas bien et ne descendent pas jusqu’au sac scrotal – fait généralement partie des antécédents de l’apparition de tumeurs testiculaires.
  • Âge. Les mâles de plus de 10 ans sont les plus touchés.
  • Race. Certaines races sont plus sujettes à ce type de tumeur, comme le chihuahua, le boxer, le berger allemand, le poméranien et le caniche.
  • Exposition à des cancérogènes environnementaux. Les pesticides, le tabac et l’amiante en font partie.

Il est à noter qu’il est parfois impossible de déterminer l’origine d’une tumeur. Dans ce cas, le vétérinaire fera une anamnèse complète pour tenter de découvrir l’étiologie afin d’éliminer de l’environnement un éventuel facteur de risque.

Les symptômes d’une tumeur testiculaire chez le chien

Les problèmes de reproduction sont la première chose qui vient à l’esprit à l’heure du diagnostic d’une tumeur testiculaire. Cependant, les testicules ont également des fonctions endocriniennes et leur prolifération peut affecter d’autres aspects de la santé du chien. Les symptômes les plus courants de la tumeur testiculaire chez le chien sont les suivants :

  • Élargissement du scrotum et des testicules. Le testicule affecté deviendra plus gros en raison du néoplasme.
  • Sang dans les urines (hématurie) et difficulté à uriner. Lorsque la tumeur touche la prostate, il est possible que le chien présente ces symptômes.
  • Douleur. Si la tumeur atteint une taille considérable ou se développe à proximité d’un nerf, la pression qu’elle exerce provoque généralement une douleur chez l’animal.
  • Léthargie et inactivité. La douleur et d’autres conséquences de la tumeur provoqueront inactivité et manque d’appétit.
  • Hernies périanales. Les tumeurs qui atteignent une certaine taille sont capables de provoquer des hernies de ce type et même de les faire apparaître sans que l’on détecte le néoplasme.
  • Syndrome de féminisation. Les problèmes physiologiques causés par les tumeurs testiculaires provoquent parfois ce syndrome, qui se manifeste par une alopécie ou un pelage abîmé, un prépuce pendant et, parfois, un intérêt sexuel de la part d’autres mâles en raison des phéromones que les chiens malades dégagent.
  • Perte de poids
  • Fièvre
  • Affaiblissement des pattes postérieures ou démarche inhabituelle. Si le chien marche anormalement, la tumeur peut causer de la douleur ou exercer une pression sur les nerfs moteurs.

Le diagnostic

Les tumeurs testiculaires sont souvent découvertes accidentellement lors d’un examen physique. Une fois la masse maligne détectée, le vétérinaire effectuera un examen rectal pour évaluer l’état de la prostate, des ganglions lymphatiques et de la région périanale.

Chez les chiens chez lesquels un trouble hormonal est suspecté, une analyse du rapport testostérone-estradiol sera effectuée. Des œstrogènes anormalement élevés sont assez fréquents dans les tumeurs à cellules de Sertoli. De plus, cette hyperestrogénie est parfois liée à une insuffisance médullaire, elle doit donc être contrôlée.

Un échantillon de la tumeur sera également prélevé par biopsie pour déterminer son type avec une étude histopathologique. C’est une forme de diagnostic différentiel entre les différentes classes de cette tumeur.

Pour localiser la tumeur et voir si les structures environnantes sont affectées, on a recours à une radiographie pulmonaire. Celle-ci sera complétée par une échographie abdominale et une numération formule sanguine complète.

Le traitement

Le traitement par défaut est l’orchidectomie bilatérale, c’est-à-dire la castration. Cette intervention est généralement curative et empêche la récidive de la tumeur. Les déséquilibres hormonaux sont également résolus de cette manière, y compris le syndrome de féminisation.

Lorsque des complications graves apparaissent, comme des métastases, d’autres traitements spécifiques sont mis en place. La chimiothérapie et la radiothérapie sont les traitements les plus utilisés.

Le pronostic

La plupart des tumeurs testiculaires ne métastasent pas, le pronostic est donc bon tant que l’intervention est effectuée à temps. La chimiothérapie et la radiothérapie augmentent les chances de survie en cas de métastase.

En général, il s’agit d’une maladie qui se résout facilement par la castration ; le pronostic ne s’aggrave que lorsqu’il y a suppression de la moelle osseuse. Dans ce cas, un traitement de soutien avec des produits sanguins et des antibiotiques est nécessaire avant et après l’opération, un traitement qui peut durer des mois.

Pourquoi mon chien n'a-t-il pas de testicules ?

Bien entendu, la tumeur testiculaire n’affecte que les mâles non castrés. C’est pourquoi la castration est une méthode préventive recommandée par de nombreuses cliniques. Cette intervention garantira non seulement l’absence d’une tumeur, mais elle présente également de nombreux autres avantages pour votre animal.

Cela pourrait vous intéresser ...
Dexaméthasone pour chiens : indications et effets secondaires
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Dexaméthasone pour chiens : indications et effets secondaires

La dexaméthasone est un anti-inflammatoire très utile pour traiter diverses affections, mais elle doit être administrée avec précaution.



  • Gutierrez, O. D., Jaramillo Rodríguez, G., & Buitrago Mejia, J. A. (2019). Tumor de células de Sertoli en un canino macho sin criptorquidismo: reporte de caso. Revista de Investigaciones Veterinarias del Perú30(4), 1845-1850.
  • Grieco V., Riccardi E., Greppi G.F., Teruzzi F., Lermano V., Finazzi M (2008). Canine Testicular Tumours: a Study on 232 Dogs. Journal of Comparative Pathology; 138: 86 – 89.
  • Dhaliwal R.S., Kitchell B.E., Knight B.L., Schmidt B.R. (1999). Treatment of aggressive testicular tumors in four dogs. Journal of the American Animal Hospital Association; 35(4):311-318.
  • Che, M., Tamboli, P., Ro, J. Y., Park, D. S., Ro, J. S., Amato, R. J., & Ayala, A. G. (2002). Bilateral testicular germ cell tumors: twenty‐year experience at MD Anderson Cancer Center. Cancer95(6), 1228-1233.
  • Gómez, M. S. G., Garza, M. G. E., & Reyes, J. A. M. (2002). Spermatogenesis protection in patients with testicular cancer being treated with radiotherapy and/or adjuvant chemotherapy. Boletín del Colegio Mexicano de Urología17(1), 13-18.