Dépression canine : prévention et traitement

19 février, 2018
 

La dépression canine existe. Et oui, tout comme nous, les chiens peuvent aussi être déprimés. Et, malheureusement, la dépression est un trouble très commun de nos jours. Bien sûr, les recherches sur le phénomène ne manquent pas et, grâce à elles, il existe des données très intéressantes sur le sujet.

Un fait intéressant, est que la dépression chez les chiens n’est pas si différente de celle que l’on rencontre chez l’humain. Le meilleur ami de l’homme, étant l’animal le plus empathique, souffre d’une manière très semblable.

Prévention de la dépression canine

Prévenir ce type de pathologies mentales chez nos animaux de compagnie est parfaitement possible. Les experts déclarent qu’il est approprié de laisser l’animal développer de bonnes habitudes comportementales. C’est le meilleur moyen de prévenir les troubles tels que l’anxiété et la dépression. Un chien peut être comparé à un enfant dans certaines de ses attitudes. Il est nécessaire de prendre en compte ses besoins émotionnels et physiques.

Un chien déprimé est couché sur le sol, la tête posé sur les pavés

Il est toujours conseillé de prendre en compte les choses les plus simples en premier. Les conditions de vie du chien doivent être adéquates. Une bonne nutrition, de l’eau fraîche, des moments de récréation, des habitudes de socialisation avec d’autres animaux, etc. L’animal doit se sentir à l’aise et heureux. En fait, la dépression chez les chiens peut être évitée de façon très simple.

 

Le temps dédié aux loisirs

Les loisirs et la socialisation sont des facteurs fondamentaux pour notre animal de compagnie. En fonction de sa taille, le chien devra quitter la maison entre une et trois fois par jour, et pas seulement pour se soulager. Pendant la marche, le chien peut faire de l’exercice, se socialiser, s’amuser et utiliser ses sens.

Le facteur psychologique a aussi sa part d’importance. Le chien aura toujours besoin de stimuli émotionnels. Jouer avec lui, lui parler, lui montrer de l’attention…, sont des aspects fondamentaux. De la même manière, l’animal devrait se sentir aimé et valorisé dans l’environnement familial. Il ne faut pas oublier que la plupart des chiens cohabitent uniquement avec des humains. Parfois, il peut être difficile de s’adapter à la vie avec une autre espèce.

Il est important de veiller à ce que l’animal ne reste pas seul trop longtemps. Cela peut être à l’origine des troubles de l’anxiété et de la dépression. Les chiens sont des animaux très sociables, plus encore que les êtres humains. S’ils restent trop longtemps sans compagnie, ils deviennent tristes et désemparés. Après ces premiers symptômes, viendra la dépression.

Traitement de la dépression canine

Lorsque la dépression est déjà installée chez l’animal, il est nécessaire d’agir rapidement. Cette maladie affecte les chiens de la même manière que les personnes. Chez les chiens, cela peut même avoir de plus grandes conséquences. Entre autres choses, cela arrive parce que les chiens sont très sensibles. Ils éprouvent des traits comportementaux très différents. Agression, peur, tristesse, euphorie et bien d’autres. Ce sont des êtres spéciaux, qui vivent intensément leur côté émotionnel.

 

Si le chien éprouve des changements de comportement, il peut être utile de consulter un éthologue. C’est un professionnel spécialisé dans le comportement animal. Celui-ci pourra vous aider à mettre en place un traitement adéquat de la dépression canine, en fonction du cas de votre chien. En général, le traitement se concentre sur des changements des habitudes de vie de l’animal.

Le traitement contre la dépression canine implique certaines techniques de modification du comportement. Le professionnel réalisera des visites dans l’environnement de de l’animal. De cette façon, il pourra avoir une idée plus claire de la situation. Malgré cela, le développement de la thérapie implique beaucoup de patience, en particulier de la part du propriétaire de l’animal de compagnie.

Le renforcement positif

L’éducation positive est une technique qui a donné de très bons résultats. Il s’agit d’un renforcement du comportement avec la mise en place de stimuli positifs chez l’animal. Il sera éduqué sur les bonnes habitudes basées sur les récompenses et les démonstrations d’affection. L’éthologue guidera le propriétaire de l’animal, afin qu’il puisse également contribuer au traitement.

Une fillette sert très fort un petit chien aux poils long dans ses bras
 

Dans les cas plus graves, il existe d’autres techniques. La thérapie multimodale, par exemple, comprend l’administration d’antidépresseurs et de médicaments anxiolytiques. Mais il est toujours préférable de garder ce type de solutions en dernière option. Le travail sur les habitudes comportementales de l’animal est toujours à privilégier. 

D’autres thérapies alternatives

À l’heure actuelle, d’autres types de thérapies sont également envisagés, plus en phase avec l’ère actuelle. L’homéopathie, les fleurs de Bach et l’acupuncture sont quelques-unes d’entre elles. Dans tous les cas, un première consultation chez le vétérinaire est nécessaire avant toute prise de décision.

En général, les chiens répondent de manière optimale aux thérapies comportementales. Cela n’est pas le cas des humain. Le fait que l’animal soit plus sensible et intuitif rend ses troubles émotionnels plus faciles à traiter. Il y a très peu de cas de dépression canine avec des conséquences fatales. Malgré cela, il est toujours nécessaire d’être attentif et de traiter le problème le plus rapidement possible.