Évaluation et diagnostic du choc chez le chien et le chat

02 octobre, 2020
L'un des événements auxquels un vétérinaire est le plus confronté est le choc. Nous décrivons ici certains des plus courants.

Le choc chez le chien et le chat englobe un ensemble de syndromes caractérisés par la présence de signes cliniques sévères. C’est une condition potentiellement mortelle qui survient lorsque les cellules ne reçoivent pas suffisamment de sang.

Les altérations de l’humeur, de la fréquence cardiaque ou de la qualité du pouls aident à poser ce diagnostic.

Un débit sanguin insuffisant signifie que les cellules et les organes ne reçoivent pas suffisamment d’oxygène et de nutriments pour fonctionner correctement.

Le traitement du choc vise à empêcher la progression des lésions cellulaires et à favoriser la cicatrisation en optimisant la perfusion tissulaire. Le succès du traitement se voit avec l’amélioration des signes cliniques et la normalisation des paramètres modifiés.

Le choc chez le chien et le chat met leurs vies en danger.

Évaluation et diagnostic du choc chez le chien et le chat

Les événements qui peuvent provoquer un choc systémique le font en diminuant :

  • la capacité du sang à transporter l’oxygène vers les cellules ;
  • le volume de sang circulant ;
  • la capacité du cœur à pomper le sang ;
  • ou la capacité du système cardiovasculaire à maintenir le bon tonus des parois des vaisseaux sanguins.

Les différents types chez les chiens et les chats

Choc hypovolémique

Un choc hypovolémique survient lorsque la perte de volume sanguin circulant entraîne une diminution sévère de la perfusion tissulaire. Pour le traiter, la vasoconstriction est généralement utilisée, améliorant le retour veineux et redistribuant le flux sanguin vers les zones essentielles.

L’effet de la compensation vasoconstrictrice est la perfusion des zones vitales (principalement le cœur et le cerveau) mais la privation d’autres, comme la rate.

Lors d’un choc hypovolémique, de nombreuses cellules souffrent d’ischémie, c’est-à-dire d’une absence de sang artériel. Ces cellules libèrent des médiateurs inflammatoires, ce qui pourrait causer d’autres dommages cellulaires.

Par conséquent, la vasoconstriction est une solution vitale à court terme. Mais il est nécessaire que le volume normal du système circulatoire soit rétabli avant qu’une mort cellulaire massive et irréversible ne se produise.

Choc traumatique

Lors d’un traumatisme, le choc est généralement causé par un saignement (externe ou interne). Autrement dit, le choc traumatique est en quelque sorte une autre forme de choc hypovolémique.

Il est vrai que des lésions tissulaires importantes peuvent également provoquer des lésions capillaires suffisantes pour entraîner une perte substantielle de sang.

De plus, la douleur peut inhiber la réponse vasoconstrictrice, ce qui résoudrait le problème. En activant la réponse inflammatoire, le système immunitaire répond en augmentant le flux sanguin. Pourquoi ? Parce qu’il a besoin de renforts pour “sauver” les cellules endommagées.

L’obstruction

Une perfusion tissulaire inadéquate peut survenir en raison d’une obstruction de la circulation sanguine dans les vaisseaux sanguins. Pour être considéré comme un choc, il doit entraîner un déficit global de l’apport d’oxygène dans les tissus. Et pour cela, cette obstruction doit se produire dans un vaisseau sanguin près du cœur.

Bien que rare en médecine vétérinaire, un choc obstructif peut apparaître chez les animaux atteints de thromboembolie pulmonaire ou d’épanchement péricardique. Autrement dit, avec une circulation pulmonaire ou cardiaque compromise.

Le choc chez le chien et le chat est une maladie grave.

Choc cardiogénique

Si la fonction de pompage du cœur s’arrête, un choc cardiogénique se produit. Les cardiomyopathies hypertrophiques chez les chats en sont un exemple. Les animaux qui en souffrent ont des muqueuses pâles et des pouls faibles en raison du dysfonctionnement du cœur.

Finalement, le choc distributif

Ce choc se caractérise par une perte de tonus vasculaire. Autrement dit, l’incapacité des vaisseaux à continuer à faire circuler correctement le sang dans le corps. Le tableau clinique est celui de la vasodilatation.

  • Choc septique : la septicémie est la réponse inflammatoire systémique à une infection sévère, causée par des bactéries, des virus, des parasites, des champignons ou des toxines.
  • Choc anaphylactique : L’anaphylaxie / allergie est une forme de réponse immunitaire exagérée à un allergène que l’organisme reconnaît comme antigène. C’est une réaction d’hypersensibilité massive.

Un cadre clinique sévère

L’apparition de tout choc systémique est le signe d’une pathologie devenue importante. Par conséquent, pratiquement toutes les affections relativement graves peuvent déclencher ces symptômes.

Il vaut mieux se préparer et connaître leurs particularités pour pouvoir les détecter à temps, et une fois identifiées, pouvoir les traiter afin de minimiser les dommages irréversibles.

  • King L, Boag A. BSAVA manual of canine and feline emergency and critical care. 2nd ed.