Le syndrome brachiocéphalique : causes, symptômes et traitements

30 juillet, 2018
Beaucoup d'amateurs d'animaux adorent les chiens à la face et au museau aplatis. Les plis sur le visage de l'animal font qu'il parait encore plus mignon. C'est pour cela que ce type de chien a toujours plus de fans dans les villes du monde entier. Certains chiens avec ces caractéristiques souffrent du syndrome brachiocéphalique.

Qu’est ce qu’un chien brachiocéphalique ?

Ce terme complexe se réfère aux chiens au museau plat. Ils ont les caractéristiques suivantes :

  • Le crâne large
  • Le visage aplati
  • Le museau court si on le compare à celui d’autres chiens
  • La caractéristique précédente induit le fait que les os nasaux soient plus courts
  • Les orifices nasaux aussi sont très petits.

Les races brachiocéphaliques

  • Le Boston Terrier
  • Le Boxer
  • Le Bulldog Anglais
  • Le Bulldog Français
  • Le Lhasa Apso
  • Le Maltais
  • Le Mastiff
  • Le Pekinois
  • Le Carlin
  • Le Saint Bernard
  • Le Shih Tzu
  • Le Yorkshire Terrier
Une portée de bébés chiots brachiocéphaliques

Aucune race ne porte ces caractéristiques naturellement. Ce sont en fait les humains qui les ont “créées” en accord avec leurs critères esthétiques. Ils l’ont aussi fait à des fins opportunistes, comme la vente et la commercialisation. Toutes ces races sont plus propices à souffrir du syndrome brachiocéphalique.

Qu’est-ce que le syndrome brachiocéphalique ?

Il est aussi appelé “Syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures”. C’est le type d’anomalie anatomique dont souffrent les chiens au nez aplatis ou brachiocéphaliques. Ce syndrome fait ressortir divers problèmes respiratoires.

Bien que certaines races aient une prédisposition à souffrir de ce syndrome, cela ne veut pas pour autant dire que tous les chiens le développent.

Le syndrome brachiocéphalique provient de différentes pathologies :

  • Le palais doux : c’est celui qui sort le plus de la normalité. Cette croissance anormale du palais bloque les voies respiratoires.
  • Les anomalies dans la gorge : la morphologie des organes et des tissus qui vont du nez jusqu’à la gorge empêche que ces organes ne remplissent leurs fonctions. Ces anomalies peuvent générer l’obstruction du passage de l’air vers la trachée.
  • Les fenêtres nasales étroites : elles empêchent que le chien ne respire pas le nez.

En résumé, les pathologies qui caractérisent le syndrome brachiocéphalique empêchent que les chiens ne respirent correctement.

L’importance de la respiration pour les chiens

Tous les êtres vivants ont besoin de respirer pour apporter de l’oxygène à leur organisme. Dans le cas des chiens, c’est une manière de réguler la température corporelle car les chiens ne suent pas. En réalité, ces animaux suent un tout petit peu à travers les coussinets de leur pattes mais cela n’est pas suffisant.

Le halètement est une respiration rapide et peu profonde. Pendant cette étape, l’évaporation de l’eau présente sur la langue du chien est plus rapide. Ce phénomène se déroule dans les voies respiratoires hautes, ce qui aide à réguler la température corporelle de l’animal.

Ce processus important est affecté quand le chien souffre du syndrome brachiocéphalique. En effet, dans l’incapacité de respirer correctement, le chien peut souffrir d’un coup de chaud. Si cela arrive, les cellules du corps meurent de manière accélérée. De plus, le cerveau peut s’emballer et produire des convulsions. L’appareil digestif pourrait se retrouver sans irrigation sanguine et ainsi provoquer l’apparition d’ulcères. Les reins peuvent aussi souffrir de dommages irréversibles. Tout cela en moins d’une heure.

Si vous avez un chien brachiocéphalique, il est nécessaire d’avoir en tête les caractéristiques de sa respiration. En effet, il aura de toute façon plus de difficultés à respirer que les autres chiens.

La prévention des problèmes respiratoires

Bien qu’il y ait de nombreux problèmes difficile à prévenir ou à éviter avec son chien brachiocéphalique, il existe tout de même certaines normes à suivre :

Faire des recherches au sujet de la ligne génétique du chien

Avant de prendre un chien d’une race ayant des prédispositions à souffrir du syndrome brachiocéphalique, il faut faire des recherches. Le mieux est de rechercher un éleveur responsable et de confiance. Lui seul pourra vous garantir que le chien provient de parents sains.

Un bulldog français pure race

Faire attention à la température ambiante

Les chiens brachiocéphaliques doivent éviter de trop faire d’exercice pendant les heures chaudes de la journée. De plus, il faut bien les hydrater avec beaucoup d’eau pendant l’été. Il n’est par exemple pas conseillé de laisser le chien seul dans la voiture pendant de chaudes journées.

Le régime et l’exercice modéré

Les chiens brachiocéphaliques doivent manger de manière appropriée et ne faire que l’exercice recommandé. Le surpoids complique encore plus leur capacité à respirer.

Quand faire appel au vétérinaire ?

Il y a certains symptômes que vous devez observer. S’ils se présentent, il faudra aller voir un spécialiste :

  • Des bruits pendant que le chien respire
  • D’importants ronflements pendant que le chien dort
  • Une respiration irrégulière et non cadencée pendant que le chien dort
  • L’augmentation du halètement du chien
  • Les évanouissements du chien

Les traitements

Si le vétérinaire diagnostique que le chien a le syndrome brachiocéphalique, il existe différents types de traitements :

  • L’intervention chirurgicale : avec ce processus, il est possible d’élargir les orifices nasaux du chien ou de réduire la surface du palais. Il est aussi possible d’extirper les tissus excessifs.
  • L’administration de médicaments : des corticostéroïdes anti-inflammatoires, des antitussifs et des bronchodilatateurs. Ces produits n’éradiquent pas complètement le problème mais ils peuvent aider en cas de crise.