Lupus chez les chiens : causes et symptômes

Il est indispensable de détecter de manière précoce le lupus chez les chiens. Les complications peuvent être graves. Sachez-en plus ici sur cette maladie auto-immune.
Lupus chez les chiens : causes et symptômes

Dernière mise à jour : 12 janvier, 2021

Entendre dire que le lupus chez le chien est une maladie auto-immune peut nous laisser perplexe. Nous devons donc rappeler que le corps canin (tout comme le corps humain) a un système immunitaire qui le protège des envahisseurs étrangers pouvant provoquer des maladies et des infections.

Lorsque l’on souffre d’une maladie auto-immune, le système immunitaire attaque par erreur le corps lui-même, provoquant chez le chien une pathologie grave. Les cellules immunitaires ne peuvent pas faire la distinction entre les cellules saines normales du corps et les cellules étrangères. Elles détruisent donc les tissus normaux.

Les causes possibles des maladies auto-immunes

Les causes de cette erreur ne sont aujourd’hui pas encore connues. Il existe néanmoins des théories sur l’influence de facteurs génétiques, alimentaires ou de polluants environnementaux. On considère également que l’exposition aux UV est un facteur déclencheur de maladies cutanées auto-immunes chez certains chiens.

Nous savons toutefois que les maladies auto-immunes peuvent affecter un seul système ou plusieurs systèmes corporels. Elles peuvent donc affecter la peau, les tissus conjonctifs, les nerfs, les muscles, le système endocrinien, les globules rouges et le système digestif.

Ces maladies constituent tout un spectre d’affections qui se traduisent par une inflammation ou l’accumulation d’anticorps. Le lupus n’est qu’une des nombreuses maladies auto-immunes, à l’instar de la sclérose en plaques, des maladies inflammatoires de l’intestin et des troubles du tissu conjonctif comme l’arthrite.

Affection entre un enfant et un chien.

Le lupus érythémateux disséminé

L’exemple classique d’une maladie auto-immune qui affecte plusieurs systèmes est le lupus érythémateux disséminé (LED), communément appelé lupus. Le lupus est souvent appelé le grand imitateur, car il peut imiter presque tous les autres états pathologiques.

Vous devrez donc consulter un vétérinaire pour un diagnostic et un traitement appropriés. Le lupus érythémateux disséminé peut affecter presque n’importe quelle partie du corps. Les symptômes varieront selon les organes affectés. Il peut être mortel.

Les signes de LED peuvent être aigus (apparition soudaine) ou chroniques. Ils augmentent et diminuent.

Le lupus chronique chez le chien présente une alternance de périodes de rémission et de rechute. Les fièvres fluctuantes qui ne répondent pas aux antibiotiques sont l’un des signes cliniques classiques du LED.

Peut également apparaître une raideur des pattes ou une boiterie variable. Les anomalies sanguines comme l’anémie hémolytique, une thrombocytopénie (faible nombre de plaquettes), une leucopénie (un faible nombre de globules blancs) ou une dermatite sont d’autres signes cliniques.

Le LED est une cause plus fréquente de maladie cutanée auto-immune chez le chien, alors qu’elle est rare chez le chat. Il ne faut pas vacciner les chiens ou chats atteints de LED.

Le lupus érythémateux discoïde

Le lupus érythémateux discoïde est une autre maladie cutanée auto-immune que nous pouvons observer chez les chiens. Cette maladie peut aussi affecter les chats.

Un autre nom commun pour cette condition est « maladie du nez de colley », bien que ce lupus puisse affecter de nombreuses races. Le lupus érythémateux discoïde s’observe davantage chez les colley, les chiens de berger des Shetland, les bergers allemands, les huskies de Sibérie et les épagneuls bretons.

L’onychodystrophie lupoïde

Votre chien peut souffrir d’onychomodystrophie lupoïde s’il a continuellement des problèmes de pattes et de griffes. Il s’agit d’une maladie auto-immune qui affecte les ongles et les jambes du chien. Elle est considérée comme un type de lupus. Elle ne peut donc pas se transmettre à d’autres animaux ou à l’homme.

Il n’existe aucun remède pour cette maladie, seulement un traitement. Les symptômes disparaissent parfois avec des compléments appropriés, avec peu ou pas de rechute. Cette affection peut toutefois devenir chronique et donc nécessiter un traitement à vie.

Les symptômes de l’onychodystrophie lupoïde peuvent inclure une perte progressive des ongles sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Elle génère également une douleur constante à l’animal.

Parmi les symptômes cliniques, figurent un gonflement du pli de l’ongle, une inflammation à la base des ongles, la douleur, une boiterie et des saignements des doigts affectés. Cette pathologie affecte généralement plusieurs griffes ou pattes.

Zoom sur les pattes d'un chien.

Les races prédisposées au lupus

Certains chiens sont plus sujets à développer un Lupus. La maladie tend à apparaître davantage chez les femelles d’âge moyen. Les races les plus affectées sont les chiens afghans, les beagles, les bergers allemands, les setters irlandais, les chiens de berger anglais, les caniches, les chiens de berger des Shetland et les colleys.

La détection précoce du lupus chez les chiens est extrêmement importante. Les complications d’une maladie auto-immune peuvent être graves si elle n’est pas prise en charge, car elle affecte souvent le corps dans son ensemble. Ces caractéristiques font que le diagnostic est plus compliqué à établir et le traitement plus difficile.

Cela pourrait vous intéresser ...
La maladie des gencives chez les chiens
My Animals
Lisez-le dans My Animals
La maladie des gencives chez les chiens

La maladie des gencives chez les chiens, ou parodontite, est la cause de la fragilisation et de l'éventuelle perte des structures de support des de...



  • Hahn, B. H., & Kono, D. H. (2019). Animal Models in Lupus. In Dubois’ Lupus Erythematosus and Related Syndromes-E-Book, (pp. 164-215).
  • Nuttall, T., Eisenschenk, M., Heinrich, N. A., & Harvey, R. G. (2018). Skin diseases of the dog and cat. CRC Press.
  • Bryden SL., White SD., Dunston SM et al. (2005). Clinical, histopathological and immunological characteristics of exfoliative cutaneous lupus erythematosus in 25 German short-haired pointers. Vet Dermatol 16: 239-
  • Olivry T., Rossi MA., Banovic E., Linder KE. (2015). Mucocutaneous lupus erythematosus in dogs (21 cases). Vet Dermatol 26 (4): 256-e55.
  • Jackson HA., (2006). Vesicular cutaneous lupus. Vet Clinics North Am Small Anim Pract 36 (1): 251-
  • Banovic F., Olivry T., Linder KE. (2014). Ciclosporin therapy for canine generalized discoid lupus erythematosus refractory to doxycycline and niacinamide. Vet Dermatol 25: 483-e79.