Les câlins aux chiens pendant le coronavirus

22 mai, 2020
Les câlins aux chiens nous apportent du réconfort. Si vous remplissez votre devoir de confinement total et que vous essayez de réduire le stress de ces jours, la tendresse et la compagnie de votre meilleur compagnon peuvent être d'une grande valeur.
 

Les câlins aux chiens ont tendance à apaiser presque toutes les inquiétudes. Aujourd’hui, la science a démontré que les animaux de compagnie, en particulier les chiens et les chats, pouvaient réduire le stress, l’anxiété et la dépression. Leur présence peut soulager le sentiment de solitude, favoriser l’exercice et l’amusement. Voire même améliorer la santé cardiovasculaire.

Récemment, l’inquiétude sur le rôle éventuel des animaux domestiques dans la propagation du COVID-19 refait surface. Il faut souligner, à ce propos, qu’en janvier 2020, le virus a été temporairement désigné comme le nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV).

Cependant, le virus a définitivement été désigné SARS-Cov-2. La maladie causée par ce virus est maintenant appelée “Maladie de coronavirus 2019” (abrégée en COVID-19). Dans cet article, nous faisons un résumé de ce que l’on sait jusqu’à présent.

Les câlins aux chiens peuvent-ils être une voie d’infection du COVID-19 ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), la propagation actuelle du Covid-19 est le résultat de la transmission d’humain à humain. Elle signale qu’à ce jour, rien ne prouve que les animaux de compagnie puissent transmettre la maladie. 

Par conséquent, il n’est pas justifié de prendre des mesures qui pourraient compromettre le bien-être des animaux domestiquesLes preuves actuelles suggèrent que le COVID-19 possède une source dans les animaux sauvages, mais cela est encore à l’étude.

 
Peut-on faire des câlins à son chien en cette période de pandémie de coronavirus ?

Existe-t-il un test positif sur un chien ?

Oui, le 1er mars, un chien de Poméranie aurait été testé positif au COVID-19 et à d’autres tests. L’animal a été exposé au virus après que ses propriétaires l’ont contracté.

Le chien a fait l’objet d’un prélèvement au niveau du nez, de la bouche et du rectum afin d’analyser les excréments. Seuls les échantillons buccaux et nasaux se sont révélés positifs au coronavirus. Autrement dit, il y avait des traces de virus.

Par ailleurs, les médecins insistent sur le fait que cela ne signifie pas forcément qu’il a été infecté. D’autres échantillons prélevés deux jours plus tard étaient également positifs, bien que l’animal n’ait montré aucun symptôme. Le chien est en quarantaine.

Il convient de souligner que l’animal n’a montré aucun signe clinique de la maladie. Un test sanguin a également été effectué, mais s’est révélé négatif. Cela indique qu’il n’y a pas de quantités mesurables d’anticorps dans le sang à ce stade.

L’OIE déclare que “rien ne prouve que les chiens jouent un rôle dans la propagation de cette maladie humaine ou qu’ils tombent malade”.

 

Concernant le “faible positif” du chien de Hong-Kong, la World Small Animal Veterinary Association (WSAVA) affirme “qu’une petite quantité d’ARN virale de COVID-19 a été détectée dans les échantillons” et que l’on ne sait pas si ces particules sont infectieuses ou non susceptibles de contaminer.

Actuellement, il n’existe aucune preuve que des animaux de compagnie tels que les chiens et les chats aient infecté des humains avec le COVID-19. La transmission du virus ne se fait que d’homme à homme.

Existe-t-il un avertissement qui limite les contacts et les câlins aux chiens pendant le confinement ?

Uniquement dans le cas où le propriétaire est infecté ou susceptible d’être infecté par le COVID-19, l’OIE conseille d’éviter tout contact étroit avec les animaux. Ainsi, les autorités chinoises ont averti les personnes contaminées de ne pas embrasser leurs animaux. Dans ce cas, une autre personne de la maison doit s’occuper de l’animal.

Si la personne malade est obligée de s’occuper de son animal, elle doit maintenir de bonnes pratiques d’hygiène et utiliser un masque si cela est possible. Vous pouvez trouver davantage d’informations sur la santé des animaux de compagnie en période d’épidémie sur leur site web.

Une jeune fille qui fait des câlins à son chien
 

Les câlins aux chiens sont-ils déconseillés ?

Selon l’OIE, il n’y a aucune raison d’avoir peur des animaux domestiques en tant que victimes ou porteurs du coronavirus. Puisqu’il n’existe aucune preuve qu’ils puissent contracter l’infection.

Le virus COVID-19 semble être bien adapté à la propagation entre les personnes. Il est donc peu probable qu’il s’attaque aux chiens ou aux chatsNe craigniez pas d’être en compagnie de vos animaux, ni de leur faire un câlin.

De nombreux types de virus, y compris le rhume, ne peuvent se transmettre entre les animaux domestiques et les êtres humains.

Enfin, les animaux disposent de récepteurs cellulaires différents de ceux des êtres humains. Ce qui peut empêcher certains virus transmis par l’homme de s’attacher à leurs cellules et de causer une infection. En général, les virus sont spécifiques à une espèce, comme c’est le cas du coronavirus canin

 
  • Smith, B. (2012). The’pet effect’: Health related aspects of companion animal ownership. Australian family physician, 41(6), 439.
  • Grimm, D. Quarantine the cat? Disinfect the dog? The latest advice about the coronavirus and your pets. Marzo 12, 2020. Science Magazine. https://www.sciencemag.org/news/2020/03/quarantine-cat-disinfect-dog-latest-advice-about-coronavirus-and-your-pets
  • Davidson, H. Hong Kong warns residents not to kiss pets after dog contracts coronavirus. Marzo 5, 2020. The Guardian. https://www.theguardian.com/world/2020/mar/05/hong-kong-warns-residents-not-to-kiss-pets-after-dog-contracts-coronavirus