5 animaux vampires que vous ne connaissez pas

05 avril, 2021
La relation symbiotique établie par le parasite suceur de sang et sa victime semble ne favoriser qu'un seul des membres du couple.

Les vampires ou animaux suceurs de sang – ceux qui se nourrissent de sang – ne sont pas rares dans la nature. Cependant, plusieurs d’entre eux ne sont pas aussi connus que les chauves-souris ou les moustiques. Certains des êtres nommés dans les lignes suivantes peuvent beaucoup vous surprendre.

L’hématophagie est une stratégie plus que viable dont disposent ces animaux pour obtenir une nourriture de qualité, tant qu’il y a d’autres animaux à proximité. C’est un type de parasitisme, car l’hôte perd des ressources et en santé, tandis que le parasite peut survivre grâce aux dommages des autres.

Cette façon de se nourrir est très souvent une voie de propagation de maladies, et il arrive que l’hôte remarque à peine la sangsue qui le harcèle. Découvrez sans plus attendre 5 animaux vampires que vous ne connaissez sans doute pas ! 

1. Le pinson terrestre vampire

Lorsque Darwin est arrivé aux îles Galapagos, il a découvert de nombreuses espèces de pinsons, la clé du développement de sa théorie de l’évolution. Ce à quoi Darwin ne s’attendait sûrement pas, c’était de trouver un petit passereau qui se nourrit du sang d’autres animaux : le pinson terrestre vampire (Geospiza septentrionalis).

Il existe deux théories sur la façon dont l’espèce se nourrit. La première consiste à ouvrir des plaies à la base des plumes de fous nicheurs en vue de boire le sang.

Par ailleurs, on pense que dans le passé, ces oiseaux se nourrissaient de tiques et d’autres insectes suceurs de sang. La seconde hypothèse postule que cette adaptation est une réponse à la pénurie alimentaire en fin de saison sèche qui survient sur ces îles.

Un pinson vampire.

2. La punaise Triatoma infestans, l’un des animaux vampires les plus dangereux

La punaise Triatoma infestans est un scarabée originaire d’Amérique du Sud. Cet animal est le principal vecteur de la maladie de Chagas, la pathologie la plus importante d’Amérique latine, bien pire que le paludisme ou la dengue. On estime qu’il y a, aujourd’hui, jusqu’à 7 millions de personnes touchées par cette maladie.

Les kigging bug portent ce nom en anglais, car elles ont tendance à piquer autour de la bouche et des yeux des humains, bien qu’elles harcèlent également d’autres vertébrés supérieurs. Son heure d’activité est la nuit, lorsque les animaux dont elle se nourrit dorment, lui permettant ainsi de passer inaperçue.  

Le bug des baisers fait partie des animaux vampires.

3. Le piquebœuf à bec rouge

Le piquebœuf à bec rouge (Buphagus erythrorynchus) est un oiseau originaire d’Afrique, avec une large distribution. Ce sont de petits oiseaux, plus ou moins de la taille d’un étourneau.

Comme ces derniers, ce sont des animaux très grégaires qui apprécient les habitats ouverts avec peu de végétation. Ils semblent être insectivores et avoir une bonne relation symbiotique avec les grands mammifères africains, car ils sont responsables de l’élimination des parasites.

Cependant, ces oiseaux profitent des plaies ouvertes qui subsistent après avoir enlevé le parasite pour boire le sang. Ces oiseaux ouvrent même des plaies fermées et en provoquent de nouvelles lorsque la soif de sang est forte,

Un oxpeck sur la tête d'un zèbre.

4. Le candiru

Le candiru (Vandellia cirrhosa) est un poisson d’eau douce qui n’habite que les fleuves Orénoque et Amazone. C’est un animal très allongé et transparent qui se loge dans les branchies d’autres poissons. À cet endroit, il déplie quelques épines pour s’accrocher et commence à se nourrir de sang.

Le plus curieux est que ces animaux ne sucent pas le sang. Ils se connectent à une veine de leur hôte afin que le sang pénètre dans leur système circulatoire.

Par ailleurs, on a toujours cru que ces animaux pénétraient également dans les orifices des baigneurs nus, tels que l’urètre, le vagin et l’anus. Une fois à l’intérieur, ils déployaient alors leurs piques impossibles à enlever. Heureusement, la science a montré que cela n’est pas vrai et que cet animal ne s’intéresse pas aux humains.

5. Le Cancellaria cooperii, l’un des animaux vampires les plus étonnants

Le Cancellaria cooperii peut ressembler à un escargot ordinaire avec une jolie coquille en spirale. Cependant, derrière cette jolie apparence, se cache un parasite suceur de sang.

Cet escargot est connu pour parasiter les raies mantas ou torpilles. Sa stratégie consiste à se coller à la peau de la raie, sur laquelle il fait une petite incision pour pénétrer dans son corps à une profondeur considérable et ainsi lui sucer le sang.

En principe, la raie manta parasitée ne semble présenter aucun inconvénient en présence du parasite. Au bout de 40 minutes d’aspiration sanguine, l’escargot se décolle de sa proie sans laisser de trace de sa présence sur la peau de l’hôte.

Les animaux vampires se nourrissent de sang.

Comme nous l’avons vu, il existe une multitude d’animaux vampires en dehors des plus connus. Le sang est une bonne source de nutriments. Il est notamment riche en glucose et en sels minéraux. C’est pourquoi peu d’animaux rejetteraient cette source alimentaire en l’absence d’autres sources nutritionnelles plus adéquates.

  • BirdLife International. 2017. Geospiza septentrionalis (versión modificada de la evaluación de 2016). La Lista Roja de Especies Amenazadas de la UICN 2017: e.T103815245A119461181.
  • BirdLife International. 2018. Buphagus erythrorynchus . La Lista Roja de Especies Amenazadas de la UICN 2018: e.T22711009A131961538.
  • Lazzari, C. R. (1990). Fisiologia del Comportamiento de Triatoma infestans (Klug, 1834)(Heteroptera: Reduviidae). Orientación Térmica (Doctoral dissertation, PhD Thesis, Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires).
  • Mehlhorn, H. (2014). Mito y realidad: Candiru, el pez chupasangre que puede entrar en los humanos. En murciélagos (quirópteros) como vectores de enfermedades y parásitos (págs. 179-181). Springer, Berlín, Heidelberg.
  • O’SULLIVAN, J. B., McConnaughey, R. R., & Huber, M. E. (1987). A blood-sucking snail: the Cooper’s nutmeg, Cancellaria cooperi Gabb, parasitizes the California electric ray, Torpedo californica Ayres. The Biological Bulletin, 172(3), 362-366.