Carte de répartition de la biodiversité : à quoi sert-elle?

La répartition des espèces dépend de nombreux facteurs biotiques et abiotiques. Les connaître permet de savoir où se répartissent les différents êtres vivants sur le globe.
Carte de répartition de la biodiversité : à quoi sert-elle?

Dernière mise à jour : 04 mars, 2021

Les cartes de répartition de la biodiversité sont des outils qui servent aux biologistes à décrire les schémas de distribution des êtres vivants sur la planète. Connaître les habitats des espèces est la clé pour leur conservation. 

Pour l’élaboration d’une carte de répartition de la biodiversité, il est nécessaire de prendre en compte une énorme quantité de facteurs. Selon quels critères s’établissent les cartes de répartition ? Quels sont les facteurs qui font que les espèces vivent à certains endroits plus qu’à d’autres ? Nous répondons ici à toutes ces questions.

Carte de répartition de la biodiversité : les facteurs importants

Les diverses espèces d’animaux et de plantes qui vivent sur notre planète ont des besoins différents pour survivre. Certaines espèces préfèrent les endroits froids des régions polaires.

D’autres animaux, en revanche, aiment les conditions d’humidité extrême ainsi que les températures élevées des forêts équatoriennes. C’est le cas des orang-outans.

Nous appelons niche écologique l’ensemble des besoins biotiques et abiotiques d’une espèce pour sa survie. La niche écologique est l’ensemble de facteurs dans lesquels une espèce se sent à l’aise. Autrement dit, ce sont ses conditions optimales pour vivre.

Cette niche écologique est principalement façonnée par les conditions de température, l’humidité, le type de sol et autres paramètres environnementaux. Ce sont des facteurs abiotiques.

Concernant les facteurs biotiques, les animaux ont besoin de vivre là où se trouve leur nourriture. Et où il y a peu de concurrence pour le même type de ressources.

Carte mondiale de répartition de la biodiversité.
Une carte mondiale des points critiques de biodiversité.

Les modèles généraux de répartition de la biodiversité

Nous venons de vous expliquer la base de la répartition des espèces. Nous vous présentons maintenant une série de généralités sur la répartition de la biodiversité au niveau terrestre.

Un phénomène extrêmement important lié à ce sujet est connu comme le gradient latitudinal de biodiversité.De manière générale, ce postulat indique que la biodiversité est plus importante autour de l’Equateur et diminue progressivement à l’approche des pôles, à l’exception des déserts.

En effet, l’Equateur présente les conditions les plus favorables pour une grande quantité d’espèces : températures élevées, rayonnement solaire et humidité relativement élevée. Tout cela favorise l’apparition de davantage de végétation, ce qui se traduit généralement par plus d’animaux.

Souvent, ces endroits plus chauds et humides ont tendance à supporter une plus grande biodiversité que les régions froides et sèches. Effectivement, les plantes, qui représentent la base de la pyramide trophique, ont tendance à mieux se développer dans ces conditions.

Comment les cartes sont-elles réalisées ?

A l’origine, l’établissement des cartes de répartition des espèces animales impliquait des recensements laborieux. On comptait le nombre de spécimens et leur répartition était ainsi estimée. Cela a commencé au XVIIème siècle lorsque les premiers naturalistes commençaient à décrire et à compter les espèces qu’ils rencontraient.

De nos jours, les techniques se sont largement améliorées. Elles se basent sur des modèles mathématiques.

Certains programmes statistiques modélisent spatialement les conditions idéales pour une espèce particulière pour chaque facteur. En rassemblant toutes ces cartes présentant les divers facteurs optimaux, on obtient une carte des zones où il est plus probable de trouver les différentes espèces.

Compter le nombre d’espèces

Nous avons évoqué les cartes de répartition des espèces. Nous allons maintenant passer à un autre type de cartes. Celles qui mesurent le nombre d’espèces dans une zone déterminée. Autrement dit, la biodiversité. Ces cartes sont utiles pour savoir où il y a le plus d’espèces.

Elles se divisent en unités régulières (tessellations) où l’on compte le nombre d’espèces présentes. Ces cartes sont également intéressantes pour déterminer les régions les plus riches en biodiversité, où l’on peut établir des espaces protégés.

Si, par exemple, dans une zone montagneuse, on compte 4 tesselles avec 25 espèces d’amphibiens, l’administration compétente envisagera de protéger cette zone plutôt que d’autres pour la conservation de ce groupe taxonomique. Malheureusement, l’argent n’est pas illimité et il faut parfois choisir.

Une carte sur le thème de la nature.

L’utilisation d’une carte de répartition de la biodiversité

Les cartes de répartition de la biodiversité sont un excellent outil qui sert à savoir où se trouvent les espèces et quelle niche écologique elles occupent. Elles ont toute leur importance dans le travail de conservation pour établir des zones protégées face à la détérioration.

Enfin, les cartes de biodiversité au sens strict – du nombre d’espèces – sont extrêmement utiles pour cataloguer les régions où la biodiversité est riche et doit être protégée. De plus, grâce à ces outils, il est possible d’établir des programmes d’action spécifiques pour les régions ayant une faible diversité biologique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Impact environnemental : quels sont les indicateurs ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Impact environnemental : quels sont les indicateurs ?

Les indicateurs de l'impact environnemental servent à déterminer jusqu'à quel point un écosystème peut être affecté par l'action humaine.