Un chien sauve un enfant atteint de trisomie 21

28 mai, 2018
La relation entre les chiens et les enfants est bien connue. Nous savons aussi que les chiens ont un sixième sens très développé et sont attentifs à tout ce qui se passe autour d'eux.

C’est pourquoi nous voulons partager dans cet article l’histoire d’un chien qui sauve un enfant trisomique, véritable signe d’amour inconditionnel.

Le chien qui sauve l’enfant atteint du syndrome de Down

La famille Duffy, des États-Unis, considère leur chien Teddy non seulement comme un membre de plus, mais aussi comme un ange gardien pour leur fils de 5 ans Riley atteint de trisomie 21. Grâce au chien, l’enfant est en vie.

Tout s’est passé dans la maison. Riley jouait à cache-cache avec ses frères aînés. Pour ne pas être retrouvé, le garçon décida d’entrer dans le sèche-linge et de fermer la porte. Sans le vouloir, l’appareil s’est allumé et a commencé à tourner… avec l’enfant coincé à l’intérieur!

C’est alors que Teddy entre en action: conscient du danger qu’il courait, le chien monte rapidement au dernier étage où la mère de Riley s’occupe des tâches ménagères. Avec des aboiements désespérés, il réussit à attirer l’attention de sa mère et d’un autre des frères (qui regardait la télévision).

Comme le comportement du chien n’était pas normal, ils l’ont suivi jusqu’ à l’endroit où il les a conduits, c’est-à-dire jusqu’au sèche-linge. Dès qu’ils sont arrivés, ils ont entendu Riley crier.

Ils ont immédiatement éteint la machine et ont sorti l’enfant sans autre conséquence qu’une grande peur et quelques petites égratignures et brûlures. Grâce à l’animal courageux et attentif, le garçon fut sauvé des blessures graves, voire de la mort, causées par le mouvement, les hautes températures et le confinement du séchoir.

Le chien qui accompagne un enfant trisomique en Argentine

Après l’histoire précédente, nous passons à une autre histoire qui a eu lieu en Argentine avec un chien et un enfant trisomique. Le premier s’appelle Himalaya et est un Labrador. Le second s’appelle Herman et vit dans la ville de La Plata, à Buenos Aires.

La mère du bébé a publié une vidéo pour raconter l’histoire : Herman a 5 ans et fuit le contact physique. Personne d’autre que la mère ne peut le toucher. Il passe donc de nombreuses heures à jouer loin des autres.

Tout cela a changé quand Himalaya est apparu. L’enfant ne pouvait résister à la démonstration d’affection du chien. C’est ainsi qu’il était “convaincu” de jouer ensemble. Et maintenant ce sont des amis inséparables !

Jusqu’ à présent, toutes les tentatives des parents, de la famille et des médecins avaient été vaines. Jusqu’ à ce que ce beau labrador au poil doré arrive et sorte Herman d’une vie solitaire. Cet ami infirmier thérapeute ne s’est plus jamais séparé de son nouveau maître.

Thérapie infantile pour le syndrome de Down et les chiens

 

 

Source : www.hoy.es

Depuis longtemps, Certaines associations qui s’occupent des personnes trisomiques et de leurs familles ont ajouté des chiens dans le cadre du programme d’aide et de socialisation. Le contact avec les animaux conduit à intégrer ces personnes dans la société.

Des nourrissons aux adultes, les personnes atteintes de ce syndrome peuvent grandement améliorer leur vie. A travers certains stimuli et jeux avec le chien se développent différentes activités de la vie quotidienne. De cette façon, ils peuvent s’habituer à diverses situations qu’ils pourraient vivre.

Les personnes trisomiques ont alors tendance à s’isoler, sont très timides, parlent doucement et ne veulent aucun contact physique. Une des activités est d’aller au bar accompagné d’un chien. Elles doivent commander un café pour eux et de l’eau pour l’animal. Avec ces petits gestes, ils améliorent ainsi la communication et peuvent de débrouiller plus facilement.

Au début, les patients ont peur des chiens et ne veulent pas les approcher. Mais quand ils deviennent confiants, ils ne se séparent plus. Et l’évolution est d’ailleurs évidente à l’œil nu. C’est vraiment satisfaisant pour les familles et les médecins de voir les changements chez leurs proches.

Source des images: www.lahoradeandalucia.es et www.hoy.es