Les chiens sont la clé pour sauver les gens atteints d’un cancer

18 juin, 2018
De plus en plus d’histoires nous parlent de chiens qui ont la capacité de sauver leurs propriétaires, ou des gens qu’ils voient dans la rue, du cancer. Dans cet article, nous vous expliquons pourquoi les chiens peuvent être la clé de la détection des maladies et comment y prêter attention.

Ted, le chien qui a “senti” le cancer de son maître.

Nous savons que les animaux de compagnie pourraient donner leur vie pour nous. Nous avons entendu parler de certains cas où les chiens sauvent des enfants d’un incendie ou une inondation. Mais cela nous semble quand même étrange qu’un chien ait la capacité d’avertir son maître qu’il souffre d’une maladie.

Cette belle histoire vous plaira beaucoup et vous fera comprendre pourquoi le chien est le meilleur ami de l’Homme. Ted est un border collie et vit à Stockton en Angleterre depuis que Josie Conlan, une femme de 46 ans, l’a adopté. Le chien a reçu de mauvais traitement étant petit, en conséquence, il a un personnalité éloignée de celle des Border Collie. Il est plutôt timide et discret.

Josie avait l’habitude des petites boules sur sa poitrine parce qu’elles étaient habituelles et inoffensives. Mais un jour, l’attitude de Ted a changé : il n’arrêtait pas de remuer et de aboyer. Alors que le chien s’agitait Josie a décidé de consulter le médecin. Les preuves indiquaient qu’elle avait un cancer du sein. La bonne nouvelle est qu’il a pu être détecté assez tôt pour agir rapidement et enlever la tumeur.

Selon la femme, « Ted est le meilleur cadeau que la vie aurait pu faire à ma famille (elle est mariée et a deux filles). Il nous remercie chaque jour puisque nous l’avons sauvé et nous le remercions chaque jour de m’avoir sauvé de cette maladie ».

Davantage de cas de cancer « reniflés » par les chiens

un labrador fox red dans les bras d'un homme

Ted n’est pas le seul animal à avoir détecté quelque chose dans le corps de ses propriétaires. En 1989, une femme est arrivée au King’s College Hospital à Londres pour demander l’analyse d’un grain de beauté sur sa jambe. Son chien ne cessait de renifler et aboyer, ce qui l’avait motivé à se rendre à l’hôpital.

Et effectivement, il s’agissait d’un mélanome cancéreux au stade précoce. Les médecins ont pu traiter la tumeur rapidement et sans conséquences.

Claire Guest avait 45 ans quand son chien, un labrador fox red, a découvert qu’elle avait un cancer du sein. Il la regardait fixement, puis il bondissait sur sa poitrine. Cela l’a conduite à se faire contrôler et à découvrir une petite boule.

Alertés par ces faits, un groupe de médecins et vétérinaire, a décidé de dresser deux chiens pour renifler les gens et leur indiquer s’ils ont un cancer.

C’est ainsi que « Charlie » (un berger allemand) et « Alfie » (un labradoodle) sont deux experts californiens qui reconnaissent la maladie grâce à leur flair.

Chiens de détection du cancer

Il est bon de savoir que les chiens ont plus de 220 millions de récepteurs olfactifs dans le nez; quand les humains n’en ont “que” 5 millions. C’est pourquoi les chiens peuvent détecter jusqu’à 100 000 fois plus de choses que nous. C’est la raison pour laquelle Alfie et Charlie sont formés pour détecter deux types de cancer : le cancer des ovaires et le cancer du sein. Le nez des deux reniflera un composé moléculaire spécifique de la maladie.

Bien que les scientifiquesne le distinguent pas pendant leur analyse, les animaux le reconnaissent sans problème.

En Angleterre également, il y a un autre groupe de scientifiques et de médecins qui dressent un chien. Ils détectent les agents chimiques volatiles ou organiques que l’on trouve chez les personnes atteintes de cette maladie. Dans le cancer de la prostate, l’animal doit sentir l’urine du patient. Pour celui de l’intestin, vous devriez le faire avec des échantillons de selles et pour le cancer des poumons, l’haleine.

Selon le British Medical Journal, le chien de la race Labrador qui a participé à l’expérience avait une précision de 95 % dans les échantillons d’haleine et de 98 % dans l’urine et les excréments. Tous les patients atteints de cancer en étaient à leurs débuts.

Source principale de l’image : www.abc.es