L'histoire du chien errant, Fernando, immortalisé par Alberto Cortez

Cet article évoque l'histoire d'une petite boule de poils blanche qui avait une oreille musicale exquise. Un animal qui fut adopté par une ville entière, et auquel des livres, des poèmes et des statues ont été consacrés.
L'histoire du chien errant, Fernando, immortalisé par Alberto Cortez

Dernière mise à jour : 17 août, 2018

Il s’agit de Fernando, le chien de la rue et protagoniste d’une chanson légendaire du chanteur-compositeur Alberto Cortez.

Le compagnon poilu qui a su gagner le coeur d’une ville entière

Ce chien est apparu soudainement, la veille de Noël de l’an 1951, dans un bar de Resistencia, capitale de la province argentine du Chaco. Il cherchait un refuge pour s’abriter de la forte tempête.

Il s’est couché aux pieds de Fernando Ortiz, un chanteur boléro qui, par effet du destin, traversait cette ville qu’il ne quitta plus jamais après ce jour.

Immédiatement, Ortiz devint son “maître officiel”, et lui donna même son nom. Mais le chien sut rapidement gagner le cœur des habitants et fit de la ville son foyer. Chacun avait le désir de le recevoir à la maison ou de partager un moment avec lui au sein des bars et restaurants qu’il fréquentait.

Découvrez l’histoire de Fernando, le chien de la rue qui a su faire d’une ville entière sa maison, et qui fut aimé par tous ceux qui eurent le privilège de partager une partie de leur vie avec lui. Son souvenir reste aujourd’hui vivant au travers des poèmes, des livres, des statues et des chansons qui rappellent son esprit libre.

Fernando, le chien errant qui a fait de Resistencia sa maison

Ainsi, la petite boule de poils a rapidement développé une routine qui consistait a :

  • Dormir à la réception de l’Hôtel Colon.
  • Petit déjeuner un café avec du lait et des croissants dans le bureau du directeur de la Banque Nation.
  • Visiter le salon de coiffure situé à côté du bar japonais.
  • Déjeuner au restaurant Le Madrilène ou au Sorocabana.
  • Faire une sieste chez le Dr Reggiardo.
  • Poursuivre les chats sur la place principale.
  • Dîner au Bar L’Etoile.

Un chien doté d’une prodigieuse oreille musicale

Au-delà de sa sympathie et de l’amour qu’il a su éveiller chez les habitants de la ville du Chaco, Fernando, ce chien errant “à part entière”, s’est distingué par son extraordinaire oreille musicale.

Les personnes âgées racontent que la petite boule de poils ne manquait aucune activité avec de la musique. Il assistait aux concerts, aux soirées publiques et privées, et aux carnavals. Il avait toujours une place privilégiée dans ces réunions et son opinion était, de loin, la plus appréciée.

Il avait pour habitude de s’asseoir aux côtés de l’orchestre ou des solistes et remuait la queue en signe d’approbation. Mais si quelqu’un faisait une fausse note ou avait un instrument désaccordé, il commencerait à grogner, ou à aboyer, et finalement, il quittait les lieux.

Il a même désapprouvé la musique d’un pianiste polonais de premier rang, qui avait offert un récital devant une salle remplie, dans l’un des endroits les plus populaire de la ville. Fernando avait grogné à plusieurs occasions. Cela avait poussé le musicien à se lever de sa chaise à la fin du spectacle, et à admettre : “Il a raison. Je me suis trompé à deux reprises.”

Fernando, immortalisé dans une chanson

Mais le 28 mai 1963, quelque chose fut rompu. Devant la place située à côté de la maison du gouvernement provincial, où le chien allait souvent à la poursuite des chats, une voiture à renversé Fernando, le chien errant qui “était à tout le monde”.

A ce titre, toute la ville de Résistance pleura sa perte, et les funérailles du chien furent considérées comme les plus fréquentées de la ville. Même les autorités municipales se déplacèrent pour lui dire au revoir, et des discours furent prononcés en son honneur.

Aujourd’hui, il repose sous le chemin d’El Fogón de los Arrieros, un centre culturel emblématique de la capitale du Chaco. Il vit dans le cœur de ceux qui ont eu la joie de partager une partie de leur vie avec lui.

Il est éternellement dans les mémoires grâce à Callejero, la chanson d’Alberto Cortez, qui dépeint mille merveilles à tous les êtres libres qui, comme Fernando, parcourent le monde, fidèle à “leur destin et à leurs rêves”.

Cela pourrait vous intéresser ...
Une chanteuse Vénézuélienne compose une magnifique chanson dédiée aux chiens
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Une chanteuse Vénézuélienne compose une magnifique chanson dédiée aux chiens

Tous les propriétaires d'animaux savent ce que l'on ressent lorsqu'on partage sa vie avec des êtres aussi spéciaux. Une chanteuse vénézuélienne a c...