De nombreux requins et raies en danger d'extinction

Plus de 300 espèces de requins et de raies sont en danger d'extinction. Les animaux qui étaient autrefois les rois des mers sont aujourd'hui menacés par l'action humaine.
De nombreux requins et raies en danger d'extinction

Dernière mise à jour : 21 janvier, 2021

En décembre 2020, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a publié un rapport très important. Celui-ci portait sur la biodiversité et le panorama actuel de l’extinction. Les données ne sont pas encourageantes : sur les 128 918 espèces analysées, plus de 35 000 sont en danger d’extinction.

Pire encore, 31 espèces ont été déclarées officiellement éteintes ces derniers temps. Il est également frappant de voir que certains animaux marins – en particulier les requins et les raies – sont les plus touchés. Si vous voulez savoir pourquoi, poursuivez donc votre lecture.

L’actualité et le reportage

Selon le prestigieux portail NBC news, l’UICN a estimé que 300 espèces de requins et de raies sont en danger d’extinction. Parmi elles, on retrouve 4 représentants de requins marteaux, 4 espèces de requins anges et la raie manta géante (Mobula birostris).

Selon Andy Cornish, représentant du WWF pour la préservation des requins et des raies, “ces résultats étaient malheureusement prévisibles”. Comme l’indique l’expert, “20 ans se sont écoulés depuis que le risque de pêche de ces animaux a été reconnu internationalement, mais on n’a pas fait assez pour y mettre fin”.

En plus de ces rapports, le document officiel déjà cité nous montre des données identiques ou encore plus dévastatrices. En voici quelques-unes :

  • Le requin perdu (Carcharhinus obsoletus) entre sur la liste rouge dans la catégorie « en danger critique d’extinction (CR) ». D’un point de vue réaliste, il est considéré comme pratiquement éteint, n’ayant pas été vu depuis 1934.
  • 17 espèces de poissons d’eau douce endémiques du lac Lanao, dans les îles Philippines, sont officiellement considérées comme éteintes.
  • 3 espèces de grenouilles d’Amérique centrale ont récemment disparu. De plus, 22 autres espèces de cette région sont ajoutées à la catégorie qui précède l’extinction.

Nous pourrions continuer à lister encore plein de données, mais il nous semble que l’idée est claire. La déforestation, la chasse aveugle et le changement climatique, entre autres, sont à l’origine de la mort lente mais constante de la planète. Si nous continuons ainsi, nous nous retrouverons bientôt à un point de non-retour.

Des ailerons de requins.

Pourquoi tant d’espèces de requins sont-elles en danger ?

Il faut porter un regard nouveau sur l’espèce humaine pour répondre à cette question. Par exemple, le portail du Forum économique mondial nous montre que la taille des populations de nombreuses espèces de requins est clairement corrélée à leur proximité des centres urbains et au degré de pauvreté de leurs habitants.

Aussi mortels que nous paraissent ces animaux, nous leur sommes beaucoup plus nuisibles que l’inverse. Diverses espèces de requins sont toujours chassées pour leurs nageoires – aux propriétés non fondées – et leur viande.

De plus, ces poissons sont sujets à l’extinction en raison de leur croissance lente et de leur faible taux de reproduction. Les requins sont fonctionnellement éteints dans 20 % des récifs coralliens actuellement échantillonnés.

L’importance des requins et des raies dans les écosystèmes

Au-delà de leur mauvaise réputation infondée, ces animaux sont des prédateurs indispensables au maintien de la chaîne alimentaire dans les écosystèmes marins. Et tout n’est pas question de prédation. Voici quelques-unes des façons dont les requins profitent aux habitats marins :

  1. Ils contrecarrent l’action du changement climatique. Diverses espèces de requins protègent par inadvertance les herbiers, empêchant certains poissons herbivores de s’approcher pour s’en nourrir. Ces plantes capturent le carbone atmosphérique 35 fois plus rapidement que les arbres terrestres.
  2. Ce sont des architectes marins. Certaines espèces de raies et de requins sont des douves, créant des micro-habitats pour de nombreux petits poissons et invertébrés simplement en s’enfouissant dans le sable.
  3. Ils cultivent des légumes de la mer sans le vouloir. Certains raies et requins habitent les grands fonds et s’en nourrissent. Lorsqu’ils remontent à la surface, ils ramènent des nutriments biologiques – auparavant perdus – par défécation. C’est un excellent compost pour de nombreuses algues.
  4. Ils sont une source essentielle de nutriments. En raison de leur grande masse corporelle, les requins morts sont une source de nourriture incommensurable pour de nombreuses espèces détritivores.

Au-delà de cela, les requins et les raies représentent également un grand intérêt touristique pour les plus aventureux. S’il est fait correctement, l’écotourisme peut promouvoir la préservation de l’habitat.

Ce dernier peut aussi générer des avantages économiques pour les communautés les plus pauvres. Sans l’écotourisme, ces communautés auraient recours à la pêche et à la chasse sans discernement pour survivre.

Un plongeur qui nage près d'un requin.

Requins et raies : des espèces en danger d’extinction

En somme, les requins sont essentiels à la vie marine et au maintien des écosystèmes aquatiques. Pourvu que les mesures gouvernementales soient de plus en plus strictes. Non seulement pour empêcher que la pêche continue de nuire à ces espèces, mais aussi pour que ces dernières puissent redevenir les propriétaires des mers.

Cela pourrait vous intéresser ...
La découverte des « requins qui marchent »
My AnimalsLisez-le dans My Animals
La découverte des « requins qui marchent »

Les requins peuplent les océans depuis des millions d'années mais, récemment, on a pu découvrir des spécimens incroyables : les « requins qui march...