Qu'est-ce que l'agroécologie ? Découvrez-le ici !

06 novembre, 2020
L'agroécologie est un système qui favorise la biodiversité mondiale et la préservation des écosystèmes, sans mettre de côté les besoins des humains et leur mode de vie.

Connaissez-vous l’agroécologie ? Il est évident que les systèmes d’agriculture actuels ont permis de nourrir des millions et des millions de personnes dans le monde. Ces types de cultures intensives sont de plus en plus essentiels, car notre planète est clairement surpeuplée.

Cependant, ces méthodes d’obtention d’aliments ont mené à quelques-unes des actions les plus nocives pour la planète, comme la déforestation, la pollution des aquifères, la perte de biodiversité ou la désertification. Pour pallier ces dommages et sauver l’environnement, on a développé l’agroécologie.

Une nouvelle discipline

Les procédés et techniques qui définissent ce type de système ne sont pas nouveaux. Les premières références à cette nouvelle forme d’agriculture ont été publiées en 1920.

Depuis lors,  cette branche de la science offre des approches sur le développement durable afin de proposer des solutions réelles aux problèmes locaux et donner du pouvoir aux producteurs. Souhaitez-vous en savoir plus sur l’agroécologie ? N’hésitez pas à poursuivre votre lecture !

Agroécologie et système de bétail.

La diversité des ressources naturelles

Actuellement, trois types de cultures nourrissent 50 % de la population mondiale : le riz, le blé et le maïs. Pendant ce temps, la diversité génétique d’autres types de cultures, le bétail et les millions d’espèces animales et végétales sauvages ont tendance à disparaître rapidement.

Les systèmes agroécologiques, en revanche, vont vers la diversité. D’un point de vue biologique, l’agroécologie renforce la variété d’espèces dans un environnement concret.

On développe ainsi des cultures avec une plus grande quantité d’espèces et qui incluent des arbustes et des arbres. Voici d’autres actions menées pour augmenter la biodiversité locale :

  • La rotation des cultures où l’on inclut des légumineuses, des aliments qui augmentent le nitrogène dans le sol de façon naturelle grâce à leur symbiose avec des bactéries.
  • Les systèmes de bétail, car ils renforcent les espèces et les races locales.
  • Dans le monde aquatique, l’élevage de poissons suit le même schéma que le bétail.

Échange de connaissances : la base de l’agroécologie

Les pratiques agroécologiques ne suivent pas un seul schéma. Elles dépendent du contexte environnemental, social, économique, culturel et politique de la région.

L’échange de connaissances entre agriculteurs, par exemple, est l’une des bases qui maintient ce type de système. La mise en place d’innovations se base sur l’expérience et les connaissances des personnes qui travaillent la terre, en plus du soutien scientifique.

La synergie ou action conjointe qui rend tout le monde plus fort

Pour résumer, la synergie de l’agroécologie permet à toutes les actions menées d’affronter un problème communun climat de plus en plus changeant. L’idée est stopper l’accélération du changement climatique.

Ainsi, les systèmes agroécologiques sont conçus pour combiner les cultures pérennes et annuelles, le bétail, les animaux aquatiques, le sol, les ressources forestières, l’eau et d’autres composants du paysage agricole. Tous ont une place et une relation positive entre eux qui favorise la lutte contre le changement climatique.

L’agroécologie en tant que système plus efficace et recycleur

L’un des plus grands problèmes qui surgit de l’agriculture traditionnel est l’excès de composés nitrosés utilisés comme engrais dans les cultures. 50 % de ce nitrogène est absorbé par les plantes ; le reste se perd dans la terre et finit par polluer les eaux.

Les systèmes de rotation de cultures qui incluent les légumineuses résoudraient ce problème, car ils fixent une quantité suffisante de nitrogène et le laissent disponible pour les cultures suivantes. C’est là qu’entrerait en jeu la capacité de recyclage de l’agroécologie.

Les engrais chimiques riches en nitrogène ont des coûts économiques et environnementaux élevés. En mettant en place cette rotation, les coûts réduiraient de façon exponentielle. Le terme de gâchis n’existe pas dans la nature car tout sert à quelque chose ou est bénéfique à une espèce.

Un renforcement des valeurs humaines et sociales

L’agroécologie protège et améliore le mode de vie rural, l’égalité entre les personnes et le bien-être social. Ces facteurs sont essentiels pour un système agricole durable.

Si l’on maltraite les agriculteurs, surtout ceux qui sont dans des pays en voie de développement, rien n’a de sens. Leur fonction est en effet de produire pour d’autres personnes qui na valorisent pas leur travail ou leur temps, et encore moins la biodiversité qui les fait vivre.

C’est là que les gouvernements entrent en jeu. S’ils ne proposent pas un moyen efficace de protéger leurs citoyens, un pouvoir global devra le faire. Des lois internationales qui défendent la nature dans tout son ensemble, ainsi que les droits humains, sont donc totalement nécessaires pour que l’agroécologie puisse s’établir.

De la même façon, les systèmes agroécologiques soutiennent les régimes sains et divers appropriés sur le plan culturel. Pour le dire d’une autre façon, ils favorisent la consommation de produits locaux qui enrichissent la population et la culture, en plus de protéger la biodiversité des espèces.

Par ailleurs, cela crée un réseau de commerce local, circulaire et avec une solidarité économique.

L’agroécologie, la transition vers une agriculture durable

L’agroécologie est dans l’agenda de la majorité des pays développés. C’est aussi le cas pour les pays en voie de développement.

Le changement climatique est une réalité. L’augmentation de la température globale, le manque de sols cultivables et la hausse de la population mondiale sont des faits auxquels il faut apporter une solution.

Agroécologie : un système de culture.

Ce type de système permet à la planète de respirer. Il s’agit aussi d’une façon de montrer à la population mondiale qu’il existe d’autres formes de vie aussi enrichissantes et plus saines pour la Terre.

  • Altieri, M. A. (2002). Agroecología: principios y estrategias para diseñar sistemas agrarios sustentables. SARANDON, SJ Agroecología: el camino hacia una agricultura sustentable. Buenos Aires–La Plata, 49-56.
  • Dalgaard, T., Hutchings, N. J., & Porter, J. R. (2003). Agroecology, scaling and interdisciplinarity. Agriculture, Ecosystems & Environment, 100(1), 39-51.
  • Francis, C., Lieblein, G., Gliessman, S., Breland, T. A., Creamer, N., Harwood, R., … & Wiedenhoeft, M. (2003). Agroecology: The ecology of food systems. Journal of sustainable agriculture, 22(3), 99-118.
  • Gliessman, S. R., Rosado-May, F. J., Guadarrama-Zugasti, C., Jedlicka, J., Cohn, A., Méndez, V. E., … & Jaffe, R. (2007). Agroecología: promoviendo una transición hacia la sostenibilidad. Revista Ecosistemas, 16(1).
  • Unknown. (2018). THE 10 ELEMENTS OF AGROECOLOGY GUIDING THE TRANSITION TO SUSTAINABLE FOOD AND AGRICULTURAL SYSTEMS. Food and Agriculture Organization of the United Nations.