Une femme sauve un bébé éléphant et l'adopte

19 juillet, 2018
Bien souvent, nous nous imposons des limites quand il s'agit d'accueillir un animal à la maison,  pour des questions d'espace par exemple.

Mais certaines anecdotes, comme celle du bébé éléphant Moyo, nous font découvrir d’autres possibilités. Son incroyable histoire est en train de faire le tour du monde à travers les réseaux sociaux.

Une belle histoire

Moyo était un bébé éléphant sur le point de mourir. Il traversait la rivière avec son troupeau lorsque le courant l’a emporté, le séparant ainsi de sa famille. Mais le destin a voulu que le refuge nommé Wild is Life le sauve, et sa fondatrice, Roxy Danckwerts, est devenue sa nouvelle maman en le recueillant. Désormais Moyo l’accompagne dans toutes ses tâches domestiques, aidant là où il le peut.

Le détail évident de cette affaire c’est que la croissance de Moyo va compliquer un peu les choses. Tant que l’animal était bébé il suivait sa propriétaire à travers tout le refuge qui avait plusieurs espaces communs, mais plus d’un an après, l’affaire semble devoir changer. Moyo, bien ou mal habitué, veut toujours suivre sa maîtresse partout, mais il grandit très vite et ceci va le limiter de plus en plus.

La cohabitation devient assez chaotique à la maison, entre objets cassés et situations qui viendraient à bout de la patience de n’importe qui. Mais l’amour réciproque de l’éléphant envers sa maîtresse, et le sien envers lui, dépassent ces limites. Récemment ont a tourné un reportage sur ce cas particulier.

Moyo pesait plus de cent kilos à la naissance. Nous avons vu des reportages dans lesquels des animaux sauvages s’adaptent à la vie domestique. Mais en toute logique, si sa croissance rapide se poursuit, Moyo devra vivre dans un espace plus adapté. Pour le moment tous deux en profitent et partage leur amour qui va au-delà de la différence entre espèces.

un groupe d'éléphants autour d'un étang

 

Soins pour un bébé éléphant

Les éléphanteaux ont besoin d’une attention particulière de personnes spécialisées au quotidien concernant leur alimentation, le soin de leur peau et leur énorme besoin d’eau, jusqu’à 200 litres par jour, avec un apport supplémentaire de liquide si les températures sont élevées.

 

Pour ce qui est de supporter la chaleur, les éléphants africains sont plus résistants que les asiatiques, entre autres parce que leur habitat les a habitués à mieux supporter les températures élevées.

Quand ils boivent, les éléphants doivent le faire très calmement pour éviter toute bagarre ou d’autres attitudes agressives. Ils ont aussi besoin d’eau pour leur toilette et leur bain. Quant aux qualités de l’eau potable, elle doit contenir un taux de métaux adéquat, sans contamination des tuyaux. Il faut prendre en compte la quantité d’eau qu’ils boivent.

Il faut prendre soin de la peau de l’éléphant tous les jours, sans oublier la zone des oreilles, les recoins de ses défenses, les pattes arrière, l’estomac et la peau autour de ses yeux. Les peaux mortes de la partie postérieure doit être retirée car cela peut prendre un certain temps avant que l’animal ne s’en débarrasse par lui-même.

Après le bain, l’idéal est que l’animal se sèche aussitôt, sans prendre d’air froid.

L’alimentation pendant la croissance du bébé éléphant

un bébé éléphant et sa mère dans la savane

Pour nourrir un bébé éléphant, le mieux est d’utiliser une grande bouteille contenant un mélange de lait écrémé et d’huile de coco. Au début les prises doivent se faire toutes les trois heures. Puis on les réduira progressivement à trois fois par jour, en ajoutant un peu de végétation à chaque fois. Il faut garder en tête que l’éléphant a besoin de lait pendant trois ans et d’huile de coco pendant cinq ans.

Les bébés éléphants ont besoin de beaucoup d’attention, de contact et de tendresse, il faut interagir avec eux constamment, en leur donnant beaucoup d’eau et en trouvant des jeux physiques, comme pousser, des jeux de lutte, etc.

La nuit il est bon de le couvrir avec une grande couverture “rêche” pour imiter la mère. On peut même dormir à ses côtés jusqu’à ses deux ans.

La socialisation aussi est importante, c’est-à-dire le mettre au contact d’autres congénères pour qu’il communique. Les troupeaux sauvages acceptent habituellement très bien les éléphants orphelins car ce sont des animaux très sociales entre eux.