Les voisins d'un chien enchaîné escaladent un mur pour le secourir

23 décembre, 2018
Découvrez ici cette émouvante histoire.

Parmi toutes les histoires d’abus de pouvoir et de cruauté envers les animaux, l’une a fait particulièrement parler d’elle dernièrement. Celle d’un chien continuellement enchaîné et bâillonné. Et de ses voisins qui ont sauté par dessus une barrière pour lui venir en aide.

L’animal est resté longtemps bâillonné et enchaîné par son maître, et passait ses journées seul, attaché par une chaîne et le museau fermé par un ruban adhésif. Les voisins déclarent avoir appelé la police à plusieurs reprises, mais ces derniers ne se sont jamais présentés.

Accablés devant l’indifférence générale, les personnes vivant aux alentours de la maison du chien enchaîné ont finalement décidé d’agir par eux-mêmes. C’est pourquoi ils ont escaladé le mur pour entrer dans la maison et le sortir de l’enfer où il se trouvait.

D’autres histoires similaires de chiens enchaînés

chien enchaîné

 

Il y a aussi l’histoire de Benji, un chien qui a été enchaîné pendant de nombreuses années, et n’avait plus que la peau sur les os lorsqu’on l’a secouru. A présent, il vit dans un nouveau foyer, et a retrouvé son physique et sa vigueur.

Benji est resté enchaîné pendant des années. Heureusement, il a maintenant une nouvelle vie et a découvert le bonheur grâce à un groupe de personnes qui se sont battues pour le sortir de son calvaire. Il n’avait pas seulement la peau sur les os, son corps était aussi marqué de nombreuses blessures produites par les coups de pierres qui lui étaient lancés.

Benji a pleuré sans relâche après son sauvetage. Les personnes à l’origine de sa libération ont fait tout leur possible pour qu’il se sente à l’aise. Avant de le proposer à l’adoption, il a fallu panser ses blessures et l’aider à retrouver un poids sain. Il a aussi dû apprendre à faire confiance, et comprendre que tous les humains ne sont pas aussi cruels que ceux qu’il avait connus.

Une semaine après sa libération, Benji avait déjà trouvé quelqu’un prêt à l’adopter. Après être passé par plusieurs maisons pour s’habituer à sa nouvelle vie, il a finalement trouvé un foyer définitif et n’est plus un chien enchaîné. Il a aujourd’hui une maîtresse qui l’adore, et des frères chiens qui l’ont accueilli comme l’un des leurs.

Comment réagir si vous êtes témoin d’actes de cruauté envers un chien ou un autre animal ?

  • La première chose à savoir est que la cruauté envers les animaux est un délit punissable par le code pénal. De plus, c’est un délit considéré “action publique”, c’est-à-dire qu’il peut être dénoncé par n’importe qui.
  • Il faut fournir autant d’informations que possible sur le fait de maltraitance ; photographies, vidéos, rapports d’autopsies, rapports vétérinaires, témoignages… etc.
  • Il faut également collecter toutes les informations possibles sur l’auteur de la maltraitance. Nom, adresse et toute autre information relative à l’agresseur.
  • Il est possible d’effectuer un dépot de plainte dans les cas d’abus de pouvoir sur un animal, afin d’entamer une procédure judiciaire et punir le délit.
  • Le processus d’enquête et de sanction de ces actions est similaire à celui que l’on utilise pour punir d’autres types de crimes plus communs.

Quelques information sur les animaux dans l’espace public

  • Seuls les services de santé peuvent retirer les chiens errants de la voie publique et/ou les éliminer, car le règlement sur la prévention et le contrôle de la rage confère cette attribution exclusivement aux dits services, et non aux municipalités.

chien maltraité

 

  • Dans le cas de l’euthanasie des animaux errants, les moyens mis en œuvre par l’autorité doivent toujours être rationnels et proportionnés. Par exemple, on a beaucoup parlé de la strychnine. On ne considère officiellement pas ce produit comme un moyen approprié de mettre fin à la vie d’un animal. Selon la jurisprudence d’Etat.
  • La loi parle de retirer ou d’éliminer les animaux errants de la voie publique. Par conséquent, le choix appartient aux forces de sécurité et d’ordre en charge de cette tache.
  • En ce qui concerne le nombre d’animaux que l’on peut garder dans une maison, le code sanitaire stipule qu’un règlement sera prochainement établi pour définir le nombre maximum d’animaux tolérables dans une maison, une pièce ou dans des locaux publics ou privés. Cependant, le présent règlement n’a pas encore été dicté.
  • La réglementation concernant la possession d’animaux de compagnie dans les bâtiments privés se fera par le biais d’un autre règlement. Une telle possession pourrait également être réglementée plus strictement dans les communautés ou immeubles. En raison des dispositions, du bruits, des nuisances, des normes de sécurité. Ou de l’utilisation d’espaces communs.
  • Des sanctions peuvent être établies par les services de santé, en plus de l’autorité municipale.