10 symptômes de la malnutrition chez le chien

La malnutrition est un trouble de l'alimentation que tout maître doit éviter chez son animal de compagnie. L'état de la peau et des poils sont des indicateurs sans équivoque de cet état.
10 symptômes de la malnutrition chez le chien

Dernière mise à jour : 02 juillet, 2021

La malnutrition chez le chien est une condition que tout maître doit éviter. Ce problème nutritionnel peut être présent chez l’animal au moment de l’adoption ou, à défaut, se développer petit à petit en raison de mauvais choix alimentaires à la maison. Quoi qu’il en soit, c’est un signe très évident que l’animal ne reçoit pas les soins dont il a besoin.

La malnutrition affecte le pelage, la forme générale du chien, sa croissance, sa capacité à réagir aux infections, son humeur générale et bien plus encore. Si vous voulez en savoir plus sur la malnutrition chez les chiens et ses symptômes, poursuivez donc votre lecture.

La bonne alimentation du chien

On dit souvent que les chiens sont omnivores, mais il vaut mieux les considérer comme des « carnivores non stricts ». Cela signifie que la matière organique d’origine animale doit toujours être la base de leur alimentation, mais ils tirent également profit des légumes, des fruits et d’autres sources non carnées de temps à autre.

Idéalement, l’alimentation d’un chien doit être composé de 30 % de protéines, de 15 à 25 % de matières grasses et de 15 à 20 % de glucides. Gardez à l’esprit que les aliments secs peuvent contenir jusqu’à 74 % de glucides, comme l’indiquent les recherches, car c’est un moyen pour les industriels de réduire les coûts. Heureusement, les chiens les assimilent sans trop de peine.

En ce qui concerne les quantités, chaque gardien doit tenir compte du fait que l’apport calorique quotidien d’un animal variera selon son âge, son sexe, sa race, sa taille et son état de santé. Néanmoins, les règles générales suivantes s’appliquent :

  • Chiens de moins de 15 kilogrammes (kcal/jour) : poids x 60 + 80. Si le chien pèse 10 kilos, il aura besoin d’environ 680 kilocalories par jour.
  • Entre 15 et 40 kilogrammes (kcal/jour) : poids x 40 + 380. Si le chien pèse 20 kilos, il lui faudra 1180 kilocalories par jour.
  • Chiens de plus de 40 kilogrammes (kcal/jour) : poids x 35 + 580. Si le chien pèse 50 kilos, il aura besoin d’un maximum de 2330 kilocalories par jour.

Toutes ces formules sont des estimations : elles calculent le besoin énergétique pour l’entretien de l’animal sans réalisation d’efforts physiques exigeants. Si vous avez des questions sur les besoins nutritionnels individuels de votre animal, n’hésitez pas à vous rendre chez le vétérinaire.

Alimentation chez les chiens souffrant de diarrhée.

Quels sont les symptômes de la malnutrition chez le chien ?

Un chien a non seulement besoin d’un minimum d’énergie pour vivre, mais les concentrations de macro et micronutriments dans son alimentation doivent être équilibrées. Si ce n’est pas le cas, l’animal présentera au fil du temps une augmentation des signes cliniques indiquant une malnutrition. Nous vous présentons les signes les plus courants ci-dessous.

1. Le manque d’énergie, un symptôme de la malnutrition

Le taux métabolique de base (BMR) reflète l’énergie minimale dont un animal ectotherme a besoin pour maintenir ses signes vitaux, c’est-à-dire la chaleur interne, la respiration, la digestion et l’activité cérébrale, entre autres. A cette valeur s’ajoutent tous les exercices effectués par le chien pendant la journée et d’autres actions exigeantes sur le plan physique.

Si un animal ne mange pas assez pour atteindre son BMR, il n’aura pas envie de dépenser encore plus d’énergie pour jouer ou courir. Pour cette raison, les chiens qui souffrent de malnutrition ont tendance à être apathiques et ne répondent pas de la manière attendue aux stimuli.

2. Les côtes du chien sont visibles

De manière générale, sentir les côtes de la cage thoracique sous la peau est un signe de malnutrition. En effet, le manque de graisse corporelle a tendance à exposer ces structures osseuses.

Cependant, certaines races présentent plus de côtes que d’autres en raison de leur constitution physique. Parlez-en à votre vétérinaire avant de tirer des conclusions.

3. La mauvaise haleine

L’halitose matinale est très courante chez les êtres humains, car lorsqu’on passe de nombreuses heures sans manger, les processus digestifs libèrent des gaz aux odeurs légèrement désagréables. La même chose se produit chez le chien : si un chien ne mange pas bien, il est fort probable qu’il présente une halitose, puisque son estomac est presque vide.

Si l’haleine de votre chien génère un peu de rejet, c’est normal. Si elle est vraiment insupportable, alors c’est que quelque chose ne va pas. 

4. La diarrhée, un symptôme de la malnutrition

La diarrhée peut être la cause de la malnutrition (due à des infections prolongées) et la malnutrition chronique peut favoriser la diarrhée. Quoi qu’il en soit, une diarrhée qui dure plus de 48 heures est un motif de consultation.

5. D’autres changements au niveau des selles

Les selles d’un chien doivent être brunâtres, malléables, semi-solides et consistantes. Des excréments qui s’écartent de ces règles de manière soutenue peut indiquer une mauvaise nutrition chez l’animal. Si les selles présentent du sang, des substances purulentes ou du mucus, il est plus que nécessaire de consulter un vétérinaire.

6. Des poils faibles et mal répartis

La peau et les poils des vertébrés sont composés de différents matériaux d’origine protéique, comme l’indique le portail Hôpitaux VCA. Un manque de protéines peut bloquer le développement de l’épiderme, d’où l’observation de poils faibles mal soignés.

La malnutrition chez les chiens peut être détectée par une perte de poils excessive et constante.

7. La perte de poids, l’un des symptômes de la malnutrition

Cela peut paraître évident, mais le manque d’énergie se traduit par une réabsorption du tissu adipeux et un non-développement de l’appareil musculaire. Seul un vétérinaire sera en mesure de diagnostiquer une insuffisance pondérale chez le chien.

8. Malade facilement

La malnutrition a été associée à l’immunosuppression chez les humains et les animaux. Les barrières biologiques (muqueuses et tissus) se brisent en l’absence d’énergie, et les cellules qui patrouillent dans le sang diminuent et perdent en efficacité si le corps ne peut pas stocker suffisamment d’énergie.

Pour cette raison, la malnutrition chez les chiens favorise l’apparition de maladies. Un chien dans cet état sera facilement perturbé par des agents pathogènes qui, dans des conditions normales, ne représenterait pas un problème.

9. La dépression

Bien qu’elle puisse être similaire à un manque d’énergie, la dépression depuis une approche mentale se présente différemment. Un chien déprimé peut afficher des comportements atypiques (stéréotypies), de l’anxiété, un comportement irritable, de la tristesse, des pleurs et bien plus encore.

10. Les maladies de peau

Les chiens ont besoin d’énergie et de protéines pour renouveler leurs couches épidermiques, car le taux de renouvellement cellulaire dans ces zones est très rapide et nécessite une forte demande énergétique. Si l’animal ne mange pas assez, sa peau s’affaiblira avec le temps et il lui sera plus facile de développer des maladies épidermiques (fongiques ou bactériennes).

Un chien sur une couverture.

Comme vous l’avez vu, il existe de nombreux signes cliniques qui montrent une malnutrition chez les chiens. Si vous en détectez de façon soutenue, emmenez votre animal chez le vétérinaire sans plus tarder : une maladie infectieuse dérivée de l’immunosuppression pourrait mettre en danger la vie de l’animal.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment nourrir et soigner un chien qui souffre de malnutrition ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Comment nourrir et soigner un chien qui souffre de malnutrition ?

Si vous souhaitez nourrir et soigner un chien errant souffrant de malnutrition, vous devez suivre un certain nombre de démarches légales.



  • Hensel, P. (2010). Nutrition and skin diseases in veterinary medicine. Clinics in dermatology, 28(6), 686-693.
  • Tal, M., Parr, J. M., MacKenzie, S., & Verbrugghe, A. (2018). Dietary imbalances in a large breed puppy, leading to compression fractures, vitamin D deficiency, and suspected nutritional secondary hyperparathyroidism. The Canadian Veterinary Journal, 59(1), 36.
  • Boze, B. (2008). A comparison of common treatments for coprophagy in Canis familiaris. Journal of Applied Companion Animal Behavior, 2(1), 22-28.
  • Romsos, D. R., Belo, P. S., Bennink, M. R., Bergen, W. G., & Leveille, G. A. (1976). Effects of dietary carbohydrate, fat and protein on growth, body composition and blood metabolite levels in the dog. The Journal of nutrition, 106(10), 1452-1464.
  • Burns, R. A., LeFaivre, M. H., & Milner, J. A. (1982). Effects of dietary protein quantity and quality on the growth of dogs and rats. The Journal of nutrition, 112(10), 1843-1853.