La thermorégulation chez les animaux

19 octobre, 2020
Les animaux n'ont pas de grands-mères qui leur tricotent des écharpes en laine pour l'hiver, ni de ventilateur à brancher pour se rafraîchir un peu lorsqu’il fait chaud. Sachez-en plus sur la thermorégulation chez les animaux.

Avez-vous déjà entendu le terme thermorégulation ? Les animaux possèdent des mécanismes adaptatifs, fruit de milliers d’années d’évolution. Ces mécanismes se chargent de maintenir la température corporelle la plus confortable possible.

Nous-mêmes, en tant qu’animaux, disposons également de ces outils, mais de manière plus rudimentaire. Ce mécanisme intéressant est appelé « thermorégulation ». Découvrez ici

Concept de thermorégulation

La thermorégulation, comme son nom l’indique, consiste à réguler la température, ni plus, ni moins. Ce concept fait référence aux mécanismes physiologiques internes des individus leur permettant de réguler leur température corporelle.

Cet outil fut fondamental dans la course évolutive, car la température est l’un des facteurs déterminants qui conditionnent l’environnement. Un animal incapable de réguler sa température corporelle ne peut pas, par exemple, aller chasser par temps très chaud, ni survivre à une bonne chute de neige.

La thermorégulation est un élément de classification.

La thermorégulation comme élément de classification

Nos professeurs de biologie nous ont expliqué ce qu’étaient les animaux « à sang froid » et les animaux « à sang chaud ».

Cette mention est toutefois devenue obsolète avec le temps. Elle ne rassemblait pas vraiment tous les éléments compris dans ce comptet, ni tous les scénarios possibles dans la nature. La classification correcte proposée par les biologistes est plutôt la suivante :

  • Animaux ectothermes. La température de ces animaux provient du milieu extérieur. Autrement dit, si le soleil se réchauffe, l’animal se réchauffe. S’il ne fait pas beau, il reste froid. C’est le cas des lézards, par exemple.
  • Animaux endothermes. La température de ces animaux provient de l’intérieur de l’animal. Qu’il fasse froid ou chaud, l’être vivant est plus ou moins chaud. C’est le cas des chiens, par exemple.

La thermorégulation chez les animaux ectothermiques

Comme leur source de chaleur provient de l’extérieur, il s’agit d’animaux qui dépendent de l’environnement pour réguler leur température corporelle. Il convient de noter ici que ces êtres vivants produisent un peu de chaleur interne, mais cela ne leur suffit pas pour pouvoir réguler leur température.

Voici quelques uns des mécanismes que ces animaux utilisent pour réguler leur température :

  • Le bain de soleil. Il n’existe a pas de meilleure source de chaleur externe que le soleil. Une méthode simple et efficace pour augmenter la température corporelle lorsque l’animal a froid est donc de s’y exposer et de laisser sa température corporelle augmenter. Il s’agit de la raison pour laquelle il est si courant de voir des lézards sur des rochers exposés au soleil.
  • La baignade. Quelle meilleure façon de se rafraîchir par temps chaud que de prendre un bain ? Les animaux ont recours à cette stratégie lorsque la température corporelle augmente et qu’ils veulent se rafraîchir.

La thermorégulation chez les animaux endothermiques

Ces spécimens, comme les êtres humains, augmentent leur température avec des mécanismes internes et disposent d’outils pour la contrôler. Voyons ensemble certains d’entre eux.

Transpiration et halètement

Il est question d’un refroidissement par évaporation. Les animaux disposant de glandes sudoripares se refroidissent en produisant de la sueur qui, une fois évaporée, provoque une baisse de température. Les animaux haletants font chuter la température par évaporation de la langue.

Frisson

Ce mécanisme n’est rien d’autre qu’une contraction involontaire des muscles. Les muscles produisent une augmentation immédiate de la température lorsqu’ils travaillent. Il est dommage que la contraction produite pendant les frissons ne serve pas à nous remettre en forme.

Vasoconstriction et vasodilatation

Ce système est vraiment efficace pour réguler la température corporelle. Une constriction de la circulation périphérique se produit lorsque la température extérieure baisse et que l’animal doit maintenir la température. Le sang circulant dans les extrémités est ainsi réduit.

Il s’agit du mécanisme à l’origine de la nécrose des extrémités quand il fait très froid, par exemple, comme chez les alpinistes qui se retrouvent piégés. Le flux sanguin s’interrompt, l’irrigation du membre s’arrête et une nécrose s’ensuit si la vasoconstriction persiste pendant une longue période.

Le système contraire est la vasodilatation. Elle produit une augmentation de la circulation sanguine périphérique. La chaleur est alors dissipée et la température interne du corps diminue.

La thermorégulation des animaux comprend plusieurs mécanismes.

Les mécanismes de régulation thermique des animaux sont nombreux et variables. Nous pouvons néanmoins diviser les animaux en deux grandes catégories selon la manière dont ils obtiennent de la chaleur : les animaux ectothermes et les animaux endothermes.