Que faire si ma chienne en chaleur n'arrête pas de pleurer ?

Si votre chienne est en chaleur et n'arrête pas de pleurer, vous pouvez adopter plusieurs stratégies pour remédier à cette situation. Découvrez-les ici !
Que faire si ma chienne en chaleur n'arrête pas de pleurer ?

Dernière mise à jour : 13 octobre, 2021

Chaque chienne vit les chaleurs à sa manière et il se peut qu’une chienne n’arrête pas de pleurer pendant cette période. Il est important de ne pas perdre patience et d’essayer de l’aider du mieux que vous pouvez. Gardez à l’esprit que réprimander un animal pour ses émotions n’est jamais une option.

Avant toute chose, il est essentiel de connaître en détail le cycle œstral de cette espèce et de savoir comment il affecte le comportement des femelles. Dans cet espace, vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin, ainsi que des conseils pour alléger le caractère de votre compagnon canin.

Les phases des chaleurs chez les chiennes

Les chiennes ont leurs premières chaleurs (œstrus) entre 6 et 12 mois de vie. La période œstrale a lieu tous les 5 ou 9 mois et se divise en 4 phases. Ces phases sont les suivantes :

  1. Prœstrus : elle dure entre 9 et 27 jours selon l’animal. C’est la période pendant laquelle la chienne souffre d’écoulements sanglants de la vulve, qui est enflammée. Les mâles sont attirés par la chienne, mais elle ne leur répond pas. Un pic d’œstrogène se produit dans son corps pour développer le follicule ovarien.
  2. Œstrus : Ce follicule ovarien libère un ovule fonctionnel. Durant cette phase, la femelle est réceptive à la reproduction, même si les signes de chaleur seront un peu moins évidents à l’œil nu.
  3. Diœstrus : les œstrogènes chutent pour faire place à un pic de progestérone, l’hormone qui prépare l’utérus à la grossesse si la chienne tombe enceinte. Autrement, il redescendra pour que l’anœstrus ait lieu.
  4. Anœstrus : c’est une période de quiescence reproductive , c’est-à-dire d’inactivité sexuelle. Cette phase dure entre 130 et 150 jours et se termine au début du cycle suivant.
Une chienne avec un nouveau-né.

Ma chienne en chaleur n’arrête pas de pleurer, pourquoi ?

Maintenant que vous connaissez bien le cycle œstral des canidés, vous pouvez facilement en déduire que ces variations hormonales ont des effets sur l’humeur de la chienne. Plus précisément, voici comment les concentrations d’hormones affectent l’animal :

  • Œstrogènes : les pics et les creux de cette hormone sont en corrélation avec les états d’anxiété et de dépression.
  • Progestérone : les niveaux basaux de cette hormone aident à combattre l’anxiété et la fatigue. Ainsi, lorsque le taux chute après le diœstrus, votre chien peut être d’humeur dépressive et c’est pourquoi elle n’arrête pas de pleurer.

Bien que la concentration hormonale joue un rôle important dans les émotions de l’animal, elle n’est pas le seul facteur capable d’affecter son humeur. Il se peut que votre chien cherche votre attention lorsqu’il se sent anxieux ou triste, mais attention : trop se soucier de ce comportement peut renforcer les pleurs et les gémissements.

Est-ce que ça veut dire qu’il faut ignorer votre chienne lorsqu’elle pleure ? Pas nécessairement. Dans la section suivante, nous vous expliquerons comment procéder dans cette situation.

Que faire si ma chienne est en chaleur et n’arrête pas de pleurer ?

En plus d’une humeur maussade, la chienne peut présenter d’autres signes tels qu’une somnolence ou une perte d’appétit au stade de la réceptivité reproductive. Il existe plusieurs façons de l’aider à se sentir mieux et de faire en sorte qu’elle ne pleure pas à chaque fois qu’elle a besoin d’attention. Voici quelques conseils :

  • Passez du temps avec elle au quotidien : jouez avec elle et donnez-lui de l’affection pour qu’elle se sente aimée, mais donnez-lui aussi une stimulation mentale pour qu’elle puisse jouer seule.
  • Donnez-lui une nourriture plus nutritive pendant les chaleurs : si votre chienne mange moins, donnez-lui une nourriture plus riche en nutriments essentiels. De plus, vous pouvez améliorer l’attractivité de son alimentation avec des bouillons, de la nourriture humide ou avec un fruit ou un légume qu’elle aime.
  • Faites de l’exercice avec votre chienne : si la chienne présente des symptômes d’agitation et d’anxiété, l’emmener faire une longue promenade, jouer et courir sont de bons exercices pour qu’elle libère son énergie et se sente mieux.
  • Herbes naturelles : La camomille, la valériane et le millepertuis agissent comme des tranquillisants naturels pour les chiens. Vous pouvez en faire une infusion ou les acheter sous forme de concentré. Consultez votre vétérinaire pour connaître la dose exacte dont votre animal a besoin.
  • Thérapies alternatives : l’aromathérapie, les fleurs de Bach et le Reiki sont beaucoup utilisés en tant que compléments. Ceux-ci sont très efficaces pour aider votre animal à garder son tempérament équilibré pendant les chaleurs. Cependant, il est important de consulter au préalable votre vétérinaire de confiance.

La stérilisation améliore-t-elle le comportement d’une chienne en chaleur ?

La stérilisation présente de nombreux avantages pour vous et votre chienne. Elle prévient les grossesses non désirées, les infections graves telles que le pyomètre et le cancer de l’appareil reproducteur.

Cependant, si l’animal est stérilisé et non castré, les cycles hormonaux continueront de se produire, modifiant ainsi l’humeur et le comportement du chien de la même manière.

Une chienne.

Une dernière recommandation : faites attention aux autres symptômes en plus de la mauvaise humeur. Des saignements excessifs, une léthargie, un écoulement vaginal purulent et l’agressivité sont des signes d’un problème de santé sous-jacent. Il est alors essentiel d’aller chez le vétérinaire, car la vie de l’animal peut être en danger.



  • Sánchez, A. E. (1999). Factores que afectan el intervalo interestral en la perra domestica (Canis familiaris). Una revision. Revista Científica de la Facultad de Ciencias Veterinarias9(6), 532-537.
  • Céspedes, R., Pradere, J., Bermúdez, V., Díaz, T., Perozo, E., & Riera, M. (2006). Irrigación arterial y venosa del útero y los ovarios de la perra (Canis familiaris) y su relación con la actividad ovárica. Revista Científica16(4), 315-324.
  • Stornelli, M. C., Gimenez, F., Tittarelli, C. M., Savignone, C. A., Sota, R. L. D. L., & Stornelli, M. A. (2006). Inducción de ciclos estrales en la perra: Actualización bibliográfica. Analecta Veterinaria26.
  • Duarte, L., Sánchez, F., & Ortega, C. (2014). Desarrollo de piómetra y su relación con ovarios poliquísticos en hembras caninas. Spei Domus10(20), 17-22.