10 curiosités sur les acariens

Les acariens sont des arachnides. Environ 50 000 espèces ont été décrites au sein de ce groupe. Certaines d'entre elles sont très problématiques pour les êtres humains.
10 curiosités sur les acariens

Dernière mise à jour : 26 août, 2021

Les plus grands groupes d’êtres vivants en matière de biodiversité passent parfois inaperçus aux yeux des humains. En effet, il existe des animaux microscopiques essentiels pour les écosystèmes car ils remplissent de multiples fonctions, telles que la dégradation de la matière organique dans l’environnement. Nous vous invitons ici à en savoir plus sur l’un de ces groupes, les acariens.

Les acariens, qui mesurent à peine quelques millimètres, représentent l’une des sous-classes d’arachnides les plus diverses et les plus excitantes d’un point de vue biologique. Si vous voulez connaître ces invertébrés en profondeur, poursuivez donc votre lecture.

1. Il existe plus de 50 000 espèces d’acariens

Avant de décrire l’écologie des acariens et leurs problèmes avec l’homme, il nous paraît intéressant de les encadrer au niveau taxonomique. Tout d’abord, il faut souligner que la sous-classe Acari fait partie de la classe Arachnida. Cela signifie que les espèces qui nous concernent ici sont des parents d’araignées, de scorpions, de solifuges, d’opiliones, d’uropyges et de tiques.

Environ 50 000 espèces d’acariens ont été décrites à ce jour. Cependant, on estime qu’il y en a jusqu’à 500 000 autres qui n’ont pas encore été découvertes ou classées. Sans aucun doute, c’est l’un des plus grands groupes biologiques qui existent.

2. Ils sont les rois du monde microscopique

La plupart des acariens se caractérisent par leur petite taille. Les acariens du genre Dermatophagoides, par exemple, mesurent à peine 0,2-0,3 millimètres de taille. Fait intéressant, leurs selles mesurent 10 micromètres dérisoires.

Cependant, il convient de noter que tous les acariens ne sont pas invisibles à l’œil humain. Par exemple, l’espèce Trombidium holosericeum mesure 4 millimètres de long, tandis que d’autres représentants de son genre atteignent près d’un centimètre. Comme vous pouvez l’imaginer, ces spécimens peuvent être vus sans l’aide d’un microscope.

Un spécimen d'acarien rouge au microscope.

3. Un plan d’organisation commun

En tant qu’arachnides, tous les acariens ont certaines caractéristiques corporelles communes. Tout d’abord, il faut souligner que leur corps est divisé en 2 sections ou tagmes. Nous avons la région céphalique (gnatosome ou proterosome selon l’espèce) contient les chélicères et pédipalpes, très importants pour la capture alimentaire et pour parasiter certains hôtes.

Nous avons ensuite l’idiosome, qui correspond au corps de l’acarien sans les structures céphaliques. Dans la partie dorsale, on trouve chez certaines espèces des plaques ou des boucliers très ornés qui sont utiles pour la classification taxonomique. Dans le ventre de l’acarien, se trouvent les orifices génitaux et anaux.

La plupart des espèces ont 4 paires de pattes au stade adulte.

4. Les acariens ont des organes sensoriels caractéristiques

Comme beaucoup d’autres invertébrés, les acariens ne peuvent pas voir, car la complexité de leur appareil céphalique brille par son absence. Toutefois, sur la partie dorsale de l’idiosome et sur les pattes, ils ont une série de récepteurs sensoriels très sensibles au toucher. Ils portent également des chimiorécepteurs dans les sections finales des pattes I et II.

Les chimiorécepteurs sont appelés solenidios, famulus et eupatidios selon leur morphologie.

5. La vie dans la poussière

Sans aucun doute, les acariens que les êtres humains connaissent le mieux sont les acariens de maison, car ils causent des problèmes de santé à plus d’un. Dermatophagoides farinae et Dermatophagoides pteronyssinus sont les espèces les plus communes au sein de ce groupe, mais il faut souligner que plus de 20 types d’acariens habitent habituellement nos maisons.

Les acariens se nourrissent des squames des humains et d’autres animaux, ainsi que de certains champignons microscopiques. Les femelles vivent environ 70 jours et peuvent pondre plus de 100 œufs au cours des 5 dernières semaines de leur cycle de vie.

6. L’allergie aux acariens, un problème de santé publique

Le principal allergène que les acariens possèdent dans leur structure corporelle est la tropomyosine, une protéine présente dans les cytosquelettes d’actine de nombreux êtres vivants. Certaines des enzymes présentes dans leurs selles provoquent également une réaction, qui peut être directement inhalée en raison de leur taille microscopique.

Les symptômes les plus courants de l’allergie aux acariens sont la toux, les yeux rouges, le nez bouché et l’aggravation de l’asthme chez les patients qui ont déjà des difficultés respiratoires. Comme indiqué par le portail HealthLine, les antihistaminiques et le nettoyage de l’environnement sont les meilleurs alliés des personnes allergiques.

7. Certains acariens sont des parasites d’animaux

Bien que la plupart des acariens que nous connaissons soient inoffensifs pour les autres animaux, de nombreuses espèces parasitent directement d’autres êtres vivants. Certains d’entre eux se nourrissent du sang de vertébrés, tandis que d’autres sucent l’hémolymphe de très petits insectes, comme les fourmis.

Le pou rouge, Dermanyssus gallinae, en est un exemple. Ce parasite se repose pendant la journée dans des endroits sombres, mais la nuit, il saute sur les poules élevées en liberté pour sucer leur sang. Les spécimens avec des charges parasites très élevées peuvent même souffrir d’anémie.

8. Certains acariens sont des parasites de plantes

Certes, les acariens parasites sont un cauchemar pour l’industrie de l’élevage, mais c’est encore pire dans le secteur agricole. L’espèce Tetranychus urticae est la plus connue sur ce front, car c’est un acarien polyphage capable de parasiter des centaines d’espèces végétales. Ce petit arachnide aspire les substances des feuilles des plantes cellule par cellule et finit par les tuer.

Un parasite seul provoque des lésions insignifiantes, mais lorsqu’il y a des milliers de parasites dans une seule plante, il est fort probable que cette dernière finisse par mourir, car il ne peut pas réaliser la photosynthèse.

9. Une capacité de colonisation inhabituelle

Les acariens ont colonisé pratiquement tous les milieux du monde, qu’ils soient aquatiques ou terrestres. Pour vous donner une idée de leur importance écosystémique, voici quelques données : dans 1 mètre carré de sol forestier, il y a plus de 1 000 000 d’acariens appartenant à 200 espèces différentes. Ces spécimens libres se nourrissent de matière organique en décomposition.

Des acariens.

10. La plupart des acariens sont inoffensifs

En guise de conclusion, nous tenons à souligner que la grande majorité d’entre eux sont inoffensifs pour l’homme (sauf si vous y êtes allergique). Ces invertébrés sont responsables de la digestion de la matière organique microscopique en décomposition dans l’environnement et rien d’autre, donc les tuer n’a pas de sens.

Toutefois, certaines espèces peuvent sérieusement affecter les cultures et certains animaux. Il est ainsi parfois nécessaire de lutter activement contre les acariens nuisibles pour protéger aussi bien les animaux de compagnie que les végétaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 curiosités sur les solifuges
My AnimalsLisez-le dans My Animals
10 curiosités sur les solifuges

Les solifuges ont dû s'adapter à la vie dans des climats arides et désertiques. Apprenez-en plus ici sur ces arachnides fascinants.



  • Fan, Q. H., & Zhang, Z. Q. (2005). Raphignathoidea (Acari: Prostigmata). Fauna of New Zealand, 52.
  • Mullen, G. R., & OConnor, B. M. (2019). Mites (Acari). In Medical and veterinary entomology (pp. 533-602). Academic Press.
  • Chandler, D., Davidson, G., Pell, J. K., Ball, B. V., Shaw, K., & Sunderland, K. D. (2000). Fungal biocontrol of Acari. Biocontrol Science and Technology, 10(4), 357-384.
  • Hughes, T. E. (1959). Mites or the Acari. Mites or the Acari.