Les déficiences immunitaires chez les chevaux

Lorsqu'un cheval souffre d'une déficience immunitaire, son organisme n'est pratiquement pas protégé, puisqu'il ne possède pas les anticorps nécessaires pour résister à certaines maladies.
Les déficiences immunitaires chez les chevaux

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2021

Les déficiences immunitaires chez les chevaux constituent un groupe pathologique très rare, mais mortel. En effet, les défenses de l’organisme sont drastiquement réduites.

Ces déficiences rendent le corps de l’équidé beaucoup plus sensible aux infections. Nous vous en disons plus dans les lignes suivantes.

Quelles sont les déficiences immunitaires chez les chevaux ?

L’immunodéficience ou déficience immunitaire fait référence à la défaillanced’un ou plusieurs aspects importants du système immunitaire de l’animal, qui se retrouve non protégé contre les agents pathogènes. Cette situation provoque, entre autres problèmes, de la fièvre et des infections récurrentes.

Le déficit en immunoglobulines

Le déficit en immunoglobulines correspond au fait que le corps ne produit pas d’anticorps ou en produit en quantités trop faibles. Nous pouvons distinguer deux types : les déficiences immunitaires primaires et les déficiences immunitaires secondaires.

Les déficiences immunitaires primaires

Les immunodéficiences primaires sont congénitales, c’est-à-dire qu’elles sont présentes à la naissance en raison de dysfonctionnements génétiques. La plus courante au sein de ce groupe est l’immunodéficience liée au système humoral, qui affecte négativement la production d’anticorps.

Ces immunodéficiences peuvent survenir seules ou faire partie d’une immunodéficience combinée. Les poulains nés avec ce problème développent souvent des infections respiratoires qui compliquent grandement leur survie.

L'adénite équine peut être mortelle.

Les déficiences immunitaires secondaires

Les immunodéficiences secondaires ou acquises sont généralement causées par des troubles viraux, endocriniens, nutritionnels ou métaboliques. Elles apparaissent généralement à un très jeune âge.

Elles peuvent se développer dans le cadre de l’une des maladies qui interfèrent avec la production d’anticorps. Il s’agit notamment de certaines tumeurs, telles que le myélome plasmocytaire et le lymphosarcome.

Un autre exemple très courant est celui des poulains qui ne reçoivent pas les anticorps adéquats du colostrum de leur mère. C’est généralement l’une des principales causes d’immunodéficience chez les jeunes chevaux.

Qu’est-ce que l’échec du transfert passif de l’immunité ?

L’échec du transfert passif correspond à la carence en anticorps chez le poulain, en raison du fait qu’il ne les reçoit pas de sa mère pendant la période d’allaitement. Cet échec du transfert mère-enfant peut survenir pour plusieurs raisons, parmi lesquelles se distinguent les suivantes :

  • Le poulain nouveau-né n’a pas été nourri correctement.
  • Le colostrum de la jument a un très faible niveau d’anticorps.
  • Le poulain n’est pas capable d’absorber correctement les anticorps dans son tube digestif.

Les conséquences de la non-protection de l’organisme de l’animal sont généralement l’apparition d’infections virales, bactériennes, gastro-intestinales et respiratoires avec des conséquences fatales. Sans un système immunitaire renforcé, le poulain périra en un rien de temps.

Que faire pour prévenir les déficiences immunitaires chez les chevaux ?

L’immunodéficience acquise chez les chevaux peut apparaître à tout moment de la vie de l’animal, donc la plupart du temps, on ne peut pas faire grand-chose pour la prévenir. Cependant, son incidence chez les poulains qui allaitent peut être réduite.

Bien que toute la période d’allaitement soit importante chez l’équidé, il est essentiel d’assurer la consommation de colostrum en quantité précise lorsque le poulain vient tout juste de naître. Plus précisément entre 30 et 90 minutes après la naissance.

Un vétérinaire peut mesurer le niveau et la qualité du colostrum pour voir s’il convient au poulain. S’il ne convient pas, le vétérinaire peut recommander le colostrum d’une autre jument ou un stock congelé (si disponible).

Il peut arriver que l’immunodéficience ne soit pas détectée  pendant quelques mois. Et ce, car il est courant que les poulains affectés ne montrent des symptômes d’infection respiratoire qu’au début du sevrage.

Si le tableau clinique répond à une carence temporaire en anticorps, la recommandation vétérinaire passe par un traitement de soutien et la prise d’antibiotiques, jusqu’à ce que l’animal commence à produire des anticorps par lui-même. Cela se produit vers 9-11 mois de la vie.

Lorsque la cause du déficit en immunoglobulines chez le cheval est une maladie, le cas particulier devra être étudié de manière approfondie pour voir s’il s’agit d’un manque d’anticorps à court ou à long terme. Le traitement en dépendra, qui peut également être basé sur des antibiotiques en association avec des immunoglobulines intraveineuses.

L’immunodéficience sévère combinée

L’immunodéficience sévère combinée est une maladie causée par un défaut de production d’anticorps et d’immunité à médiation cellulaire. Sa reconnaissance a été donnée chez les poulains arabes qui présentent un thymus anormal : l’organe responsable de la production de certaines cellules immunitaires est en mauvaise santé.

Les chevaux qui souffrent de cette pathologie n’ont pas de lymphocytes T et B circulants, il est donc impossible pour leur organisme de lutter contre les agents pathogènes externes. De plus, dans certains cas, les cellules tueuses de type sauvage, un autre composant important du système immunitaire, peuvent également être altérées.

Bien que nés en bonne santé, les chevaux atteints de cette maladie deviennent progressivement très sensibles aux infections bactériennes à mesure que les anticorps qu’ils ont reçus du colostrum sont réduits.

Les symptômes

Les premiers symptômes couramment observés sont la toux, l’écoulement nasal bilatéral, la diarrhée, la dyspnée, la fièvre, la tachycardie, la tachypnée, l’alopécie, la perte de poids et la dermatite.

Au fil du temps, l’état de l’animal s’aggrave et les conséquences sont généralement beaucoup plus graves. Typiquement, ces chevaux meurent de pneumonie ou d’autres infections avant 2 mois de vie.

Malheureusement, le taux de mortalité est élevé, car il n’y a pas de traitement. Cependant, des tests ont été développés pour détecter le gène anormal chez les poulains reproducteurs, de sorte qu’il est possible d’empêcher la naissance de poulains atteints de cette maladie mortelle.

En 1980, il a été démontré que cette maladie chez les chevaux arabes était héréditaire. De plus, les deux parents doivent posséder le gène muté pour que les poulains soient blessés. Par conséquent, la solution serait d’éviter la reproduction parmi les spécimens atteints, afin que la maladie ne soit pas transmise à leur progéniture.

La fourbure équine est une pathologie très fréquente.

En résumé, il existe de nombreuses maladies d’immunodéficience, lesquelles sont très dangereuses. Malheureusement, certaines n’ont pas de solution et le meilleur traitement est d’empêcher la naissance des poulains atteints.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que mangent les chevaux ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Que mangent les chevaux ?

Les chevaux ont un système digestif bien adapté pour obtenir les nutriments nécessaires de leur alimentation. Apprenez-en plus ici.