Grenouille Brachycephalus ephippium : habitat et caractéristiques

Les premières descriptions de la grenouille Brachycephalus ephippium incluaient tous les organismes au sein de la même espèce. Avec l'apparition des analyses moléculaires et biogéographiques, il a été possible d'identifier la grande variété d'espèces de cet amphibien.
Grenouille Brachycephalus ephippium : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 19 juin, 2021

Petite, jaune et toxique, la grenouille Brachycephalus ephippium est un amphibien qui habite les forêts atlantiques et qui se distingue par sa couleur jaune très voyante, presque identique à celle d’une citrouille. C’est pourquoi il est également connu sous le nom de ‘grenouille citrouille’.

Bien que cela puisse paraître étrange, il n’existe pas qu’un seul type de grenouille Brachycephalus ephippium : 36 autres espèces ont été décrites, comme l’indiquent les études du portail scientifique PLOS ONE. Tous se trouvent sous le même genre (Brachycephalus) et les différences se concentrent sur la biogéographie de l’espèce et son histoire naturelle.

À cette occasion, nous nous concentrerons spécifiquement sur l’espèce Brachycephalus ephippium. Poursuivez donc votre lecture pour découvrir les caractéristiques frappantes de cette jolie grenouille.

L’habitat de la grenouille Brachycephalus ephippium

Cet amphibien particulier vit entre les feuilles mortes, les buissons, les plantes et les arbres, dans les jungles de l’Atlantique. Plus précisément, il vit dans l’est du Brésil, où ses domaines s’étendent jusqu’à près de 1 700 kilomètres.

Sa population est généralement restreinte, mais il parvient à occuper des superficies allant jusqu’à 100 hectares. Il peut vivre entre 200 à 1900 mètres d’altitude.

C’est une espèce micro-endémique, elle ne peut donc être trouvée que dans les environnements montagneux et sylvestres. Pour cette raison, les populations se retrouvent piégées sur des « îles » montagneuses qui renferment toutes les conditions de leur survie, mais qui sont entourées de vallées inhospitalières.

C’est ce qui a favorisé la spéciation, soit le fait que plusieurs espèces de grenouilles Brachycephalus ephippium soient apparues à partir d’une seule et même espèce.

Une grenouille.

Caractéristiques physiques

Ces minuscules amphibiens mesurent environ 2 centimètres de long et leur museau mesure à peine 18 millimètres de long. Brachycephalus ephippium présente également une hyperossification, qui fait référence à l’ornementation dermique. Ce phénomène lui fournit un bouclier dorsal, similaire à une “plaque” dans la région du dos.

Cette grenouille jaune orangé a opté pour la miniaturisation. En conséquence, elle a perdu les phalanges de ses mains et certains de ses orteils ne sont pas fonctionnels. Aussi, sa tête étant plus large que longue, ses yeux ressortent beaucoup.

N’oublions pas l’espèce Brachycephalus rotenbergae, qui a la particularité de briller sous la lumière ultraviolette. Ce phénomène semble être lié à leur saison de reproduction, bien qu’il n’y ait toujours pas de conclusion sur l’utilité de ce mécanisme.

La grenouille Brachycephalus ephippium est-elle toxique ?

Cette grenouille suit la règle de base de la couleur et du poison. Sa teinte jaune vibrante permet d’avertir les prédateurs qu’elle est toxique. En d’autres termes, elle a une couleur aposématique. Son venin, appelé tétrodotoxine, est une puissante neurotoxine capable de provoquer un arrêt cardiaque chez les vertébrés.

Alimentation et reproduction

Cette grenouille est un organisme diurne qui consomme une grande variété de proies, principalement des arthropodes. Elle a une prédilection pour les acariens et les collemboles, bien qu’elle mange aussi quelques araignées.

Les préférences de cet amphibien semblent être liées à sa taille et à son habitat. En effet, ces microinvertébrés sont les groupes les plus abondants parmi les feuilles mortes.

Sa saison de reproduction est similaire à celle des autres amphibiens. Elle préfère les saisons des pluies pour s’accoupler, et les mâles entretiennent activement leur territoire, à travers des vocalises. Ils protègent ainsi leur aire d’alimentation, leurs ressources et leurs œufs.

Les grenouilles occupent la pluie pour que leurs œufs ne se dessèchent pas, car ce sont des espèces à fécondation externe. Une fois que la femelle accepte le mâle, elle pond ses œufs et le mâle les féconde avec son sperme.

C’est pourquoi ils doivent effectuer l’amplexus. Ce terme décrit le moment où les mâles étreignent la femelle pour s’assurer que les œufs sont fécondés immédiatement après leur éclosion.

La femelle pond les œufs en 30 minutes environ, lesquels ont un diamètre de seulement 5,3 millimètres. Une fois qu’ils sont fécondées, la mère recouvre sa ponte de terre pour la cacher et la protéger. Cela empêche également les œufs de se dessécher, car ils mettront jusqu’à 64 jours à éclore.

Statut de conservation

Heureusement, cet étrange amphibien n’est pas menacé d’extinction. Selon la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), elle fait partie des espèces les moins préoccupantes. Cependant, cela ne veut pas dire qu’elle est exempte de tout danger, puisqu’il y a peu d’informations sur cette espèce.

Au fur et à mesure des analyses morphologiques, de nouvelles espèces de ce type de grenouille sont identifiées et reclassées.

Une des raisons pour lesquelles nous devons être prudents avec cette espèce est son statut de microendémisme. Habitant des régions naturelles très spécifiques, la perte de leur habitat peut être catastrophique. Cela pourrait provoquer son extinction dans un intervalle de temps très court.

Une grenouille Brachycephalus ephippium.

N’oubliez pas que les couleurs peuvent vous alerter d’un danger imminent, ne les sous-estimez jamais. Bien que cette règle ne soit pas toujours respectée, il ne fait pas de mal de la prendre en compte. De façon générale, ne manipulez aucune espèce que vous ne connaissez pas.

Cela pourrait vous intéresser ...
Grenouille de Hall, une espèce redécouverte
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Grenouille de Hall, une espèce redécouverte

La grenouille de Hall a été retrouvée après plus de 80 ans dans une petite source chaude du Chili, près de la frontière avec la Bolivie.



  • Nunes, I., Guimarães, C. S., Moura, P. H. A., Pedrozo, M., de Toledo Moroti, M., Castro, L. M., … & Muscat, E. (2021). Hidden by the name: A new fluorescent pumpkin toadlet from the Brachycephalus ephippium group (Anura: Brachycephalidae). Plos one16(4), e0244812.
  • Clemente-Carvalho, R. B. G., Alves, A. C. R., Perez, S. I., Haddad, C. F. B., & Dos Reis, S. F. (2011). Morphological and molecular variation in the Pumpkin Toadlet, Brachycephalus ephippium (Anura: Brachycephalidae). Journal of Herpetology45(1), 94-99.
  • Clemente-Carvalho, R. B. G., Monteiro, L. R., Bonato, V., Rocha, H. S., Pereira, G. R., Oliveira, D. F., … & Dos Reis, S. F. (2008). Geographic variation in cranial shape in the pumpkin toadlet (Brachycephalus ephippium): a geometric analysis. Journal of Herpetology42(1), 176-185.
  • Sebben, A., Schwartz, C. A., Valente, D., & Mendes, E. G. (1986). A tetrodotoxin-like substance found in the Brazilian frog Brachycephalus ephippium. Toxicon24(8), 799-806.
  • Pombal Jr, J. P., Sazima, I., & Haddad, C. F. (1994). Breeding behavior of the pumpkin toadlet, Brachycephalus ephippium (Brachycephalidae). Journal of Herpetology, 516-519.
  • Almeida-Santos, M., Siqueira, C. C., Van Sluys, M., & Rocha, C. F. D. (2011). Ecology of the Brazilian flea frog Brachycephalus didactylus (Terrarana: Brachycephalidae). Journal of Herpetology45(2), 251-255.
  • Pie, M. R., Meyer, A. L., Firkowski, C. R., Ribeiro, L. F., & Bornschein, M. R. (2013). Understanding the mechanisms underlying the distribution of microendemic montane frogs (Brachycephalus spp., Terrarana: Brachycephalidae) in the Brazilian Atlantic Rainforest. Ecological Modelling250, 165-176.