Grenouille ibérique : habitat et caractéristiques

Comme d'autres amphibiens similaires, la grenouille ibérique utilise une vocalisation d'accouplement composée de 5 ou 7 impulsions d'une durée comprise entre 60 et 220 microsecondes.
Grenouille ibérique : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 06 octobre, 2022

La grenouille ibérique habite les régions montagneuses aux cours d’eau limpides. Elle est assez petite et a subi de nombreux problèmes dus à l’introduction d’espèces envahissantes. Pour cette raison, sa population était sur le point de disparaître, mais grâce aux efforts de plusieurs chercheurs, elle persiste toujours dans sa lutte pour survivre.

Le nom scientifique de cette espèce est Rana iberica. Elle appartient à la famille des Ranidae. Elle fait partie du groupe des “vraies grenouilles”, bien que le terme n’ait aucune signification taxonomique. Poursuivez donc votre lecture pour en apprendre un peu plus sur ce magnifique spécimen européen.

Habitat et répartition

La grenouille ibérique est endémique de la péninsule ibérique. On la trouve au Portugal, en Galice, au Pays basque, à León, à Zamora et dans les Asturies. Il s’agit d’une espèce presque entièrement aquatique, de sorte qu’elle n’est généralement pas vue loin de l’eau. Son habitat est composé de ruisseaux d’eau froide, d’étangs cristallins et de lagons de haute montagne.

Ce bel amphibien peut vivre dans différentes gammes d’altitude, du niveau de la mer à 2 425 mètres. Il résiste bien aux basses températures et a même été vu dans des lagunes glaciaires. Il a besoin d’un habitat avec une végétation abondante et des zones ombragées, afin de bénéficier de suffisamment d’humidité pour effectuer les échanges gazeux à travers la peau.

Une grenouille ibérique sur une pierre.

Caractéristiques

L’espèce mesure environ 5 centimètres de long, mais les femelles peuvent mesurer jusqu’à 7 centimètres. Depuis son nez, s’étendent deux arêtes latérales qui passent autour de ses yeux jusqu’à son aine. De plus, il présente quelques granules sur son dos et à l’arrière de ses pattes.

Cet amphibien est brun et présente un motif de taches jaunes réparties sur tout son dos. Son ventre est pâle avec quelques marques noires. L’apparence de cette espèce peut varier selon la zone géographique dans laquelle elle se trouve.

Le comportement de la grenouille ibérique

La couleur de cette grenouille lui confère une protection mimétique, puisqu’elle lui permet de passer inaperçue en restant simplement immobile. Et ce, aussi bien au fond du ruisseau que sur le sol. Si un prédateur la détecte, elle saute dans l’eau, c’est pourquoi elle ne s’éloigne généralement pas des plans d’eau.

Ces amphibiens ont une étonnante capacité à réagir face à leurs prédateurs. Ils modifient même les caractéristiques de leur cycle de vie pour assurer leur survie. Selon une étude publiée dans la revue Biological Invasions, les têtards de cette espèce commencent leur métamorphose plus tôt, afin d’éviter d’être dévorées par leurs ennemis.

Comportement alimentaire

Cette espèce est active aussi bien le jour que la nuit, elle en profite donc pour avoir une alimentation assez diversifiée. Les proies qu’elle consomme le plus souvent sont les mouches, les coléoptères, les araignées et les phryganes, bien que d’autres arthropodes fassent également partie de son menu. En d’autres termes, c’est un petit vertébré principalement insectivore.

Comportement reproducteur

Le cycle de vie des amphibiens se caractérise par trois phases : œuf, larve (têtard) et adulte. Le têtard se distingue par sa morphologie de poisson et sa dépendance totale à l’eau. Avant d’atteindre la maturité, il passe par une métamorphose qui modifie radicalement son corps. C’est à ce moment-là qu’il devient adulte et qu’il est capable de sortir de l’eau.

Les grenouilles ibériques adultes sont ovipares avec fécondation externe. Cela signifie qu’elles pondent des œufs, mais la femelle et le mâle libèrent leurs gamètes dans l’eau en même temps pour les féconder. La saison des amours a lieu entre les mois de mars et mai ou entre novembre et mars, selon la zone géographique.

Les têtards éclosent des œufs environ trois mois après la ponte. Ils sont herbivores et se nourrissent des restes de plantes qui flottent sur l’eau. Ils commencent leur métamorphose à l’âge de trois mois, et ils pourront se reproduire à l’âge de deux ans.

Le statut de conservation de la grenouille ibérique

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, la grenouille ibérique est une espèce vulnérable. Cela est principalement dû à l’urbanisation, à la perte de son habitat et à l’introduction d’espèces envahissantes dans son écosystème. Étant très dépendante de masses d’eau, toute modification de la qualité ou de la taille du canal affecte considérablement sa population.

Comme si cela ne suffisait pas, les habitants proches de son habitat ont introduit des ombles de fontaine pour la consommation. Ces poissons sont des prédateurs voraces qui se nourrissent des têtards ibériques. En raison de cette situation, la population de cette espèce a considérablement diminué, bien que le processus ait été stoppé grâce à des stratégies d’éradication des espèces de poissons envahissantes.

Les efforts pour sauver l’espèce semblent porter leurs fruits. Cependant, beaucoup de travail reste à faire pour s’assurer quelle ne disparaisse pas complètement. Même si cela semble incroyable, la perte d’une seule espèce suffit à déséquilibrer l’équilibre d’un écosystème. Chaque être vivant compte et nous ne pouvons pas nous permettre de les perdre sans essayer d’y remédier.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 espèces de grenouilles que vous pouvez avoir comme animal de compagnie
My Animals
Lisez-le dans My Animals
6 espèces de grenouilles que vous pouvez avoir comme animal de compagnie

Les grenouilles font partie des amphibiens les plus populaires comme animaux de compagnie, car certaines espèces sont assez particulières et belles...



  • IUCN SSC Amphibian Specialist Group. (2020). Rana iberica. The IUCN Red List of Threatened Species 2020: e.T58622A89708632. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2020-3.RLTS.T58622A89708632.en.
  • Bosch, J., Bielby, J., Martin-Beyer, B., Rincón, P., Correa-Araneda, F., & Boyero, L. (2019). Eradication of introduced fish allows successful recovery of a stream-dwelling amphibian. PloS one, 14(4), e0216204.
  • Rosa, G., & Penado, A. (2013). Rana iberica (Boulenger, 1879) goes underground: subterranean habitat usage and new insights on natural history. Subterranean Biology, 11, 15.
  • Polo-Cavia, N., Boyero, L., Martín-Beyer, B., Navazo, T., & Bosch, J. (2020). Effects of coexistence and predator experience on antipredatory responses of montane amphibian larvae towards native and introduced salmonids. Biological Invasions, 22(2), 379-390.
  • Salvador, A. (2014). Rana patilarga – Rana iberica. En: Enciclopedia Virtual de los Vertebrados Españoles. Salvador, A., Martínez-Solano, I. (Eds.). Museo Nacional de Ciencias Naturales, Madrid. http://www.vertebradosibericos.org/