Grenouille tomate : habitat et caractéristiques

On trouve facilement la grenouille tomate à Madagascar.
Grenouille tomate : habitat et caractéristiques
Cesar Paul Gonzalez Gonzalez

Rédigé et vérifié par le biologiste Cesar Paul Gonzalez Gonzalez.

Dernière mise à jour : 21 décembre, 2022

La grenouille tomate attire l’attention par la couleur de sa peau qui est d’un rouge intense. Cette particularité sert d’avertissement à ses prédateurs : elle peut sécréter une substance collante et toxique désagréable. Grâce à cette stratégie, elle est capable de survivre dans son environnement.

Le nom scientifique de cette espèce est Dyscophus antongilii. Elle appartient au groupe des amphibiens anoures, où sont regroupés tous les crapauds et grenouilles. Elle se caractérise par une grande dépendance à l’eau et par ses petits sauts dans le milieu terrestre. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cette incroyable grenouille.

Habitat et répartition

Cet amphibien est endémique du nord de Madagascar, y compris la baie d’Antogil, Andevoranto, Maroantsetra et la réserve d’Ambatovaky. On peut le trouver dans des endroits situés au niveau de la mer ou à un maximum de 600 mètres d’altitude. Il peut habiter d’autres zones proches de sa distribution et peut alors être confondu avec Dyscophus guineti.

La grenouille tomate vit dans différents types d’habitats humides, tels que la jungle, les zones côtières, les marécages et les plans d’eau calmes. Cependant, elle s’est également adaptée à la vie à proximité d’environnements urbains où il y a un endroit où se cacher.

La grenouille tomate.

Caractéristiques physiques

Cette grenouille mesure entre 8 et 10 centimètres de long et a une peau rouge foncé. Son ventre arbore des nuances plus claires, voire blanches. De plus, une ligne noire droite traverse sa peau des yeux à l’abdomen, une caractéristique de l’espèce. Une autre caractéristique de l’espèce est qu’elle présente un léger dimorphisme sexuel : les femelles sont plus grandes et plus brillantes que les mâles.

Son corps est rond, avec quelques plis sur les côtés. Ses pattes postérieures sont plus grandes et plus robustes que ses pattes antérieures, ce qui lui permet de se déplacer avec des sauts. De plus, elle est capable de gonfler pour paraître plus grande et ainsi impressionner ses concurrents. Cette stratégie lui permet également d’éloigner les prédateurs.

Lorsque cette grenouille se sent menacée, elle sécrète une substance collante qui a mauvais goût et qui peut provoquer des irritations. Les prédateurs qui ont la malchance d’entrer en contact avec ce liquide restent avec les yeux collés ou la bouche collée pendant plusieurs jours. Pour l’homme, cette substance ne présente aucun danger pour la santé. Cependant, elle peut parfois provoquer des réactions allergiques.

Le comportement de la grenouille tomate

La grenouille tomate est un animal nocturne. En évitant les heures les plus chaudes de la journée, elle évite la déshydratation. Elle se cache généralement sous la litière de feuilles ou parmi la végétation des plans d’eau. Cela l’aide à passer inaperçue et à pouvoir chasser ses proies. Elle peut rester longtemps immobile en vue d’atteindre son objectif.

Comportement alimentaire

Cet amphibien est essentiellement insectivore, mais il est également capable de dévorer tout autre animal de taille compacte qui croise sa route. C’est un prédateur qui traque ses victimes en se cachant dans la végétation. Il a d’excellents réflexes qui lui permettent de capturer sa nourriture en quelques secondes seulement.

Pour faciliter la déglutition, la grenouille tomate enfonce ses yeux dans ses orbites. Elle parvient ainsi à générer une plus grande pression d’aspiration. Cela lui permet d’avaler sa proie plus rapidement et d’être prête dans le cas où une autre victime sans méfiance passerait par là.

Comportement reproducteur

La saison de reproduction commence généralement après la saison des pluies. Certaines populations ont la capacité de s’accoupler tout au long de l’année. La seule chose dont ces grenouilles ont besoin est d’un plan d’eau pour pondre leurs œufs, car leur fécondation est externe et elles libèrent les deux gamètes (œufs et sperme) dans l’environnement pour les féconder.

Cette espèce produit une série de vocalisations qu’elle répète sans cesse pour attirer un compagnon. Chaque mâle a un terrain spécifique et s’accouple avec toutes les femelles qui s’y trouvent. Pour ce processus, le mâle utilise une stratégie appelée amplexus, qui consiste en un type de “câlin” : les deux spécimens s’approchent et libèrent leurs gamètes dans l’eau en même temps.

La femelle est capable de pondre entre 1 000 et 1 500 œufs à chaque couvée. Chacun d’eux éclora environ 36 heures plus tard et produira un têtard (larve). Ces petites larves ressemblant à des poissons se nourrissent de matière organique en suspension dans l’eau. Une fois suffisamment grands, ils subiront une métamorphose qui modifiera tout leur corps et qui leur donnera l’apparence d’une grenouille adulte.

Deux grenouilles tomates.

Le statut de conservation de la grenouille tomate

L’Union internationale pour la conservation de la nature classe la grenouille tomate parmi les espèces les moins préoccupantes. Cela est dû à sa grande résistance aux perturbations de son habitat et à sa capacité à se reproduire tout au long de l’année. Ces deux aspects semblent avoir maintenu les populations stables. Cette espèce abonde même.

Les caractéristiques de cet amphibien en ont fait la cible de divers amateurs d’animaux exotiques. En effet, il est relativement facile à reproduire en captivité, son utilisation s’est donc beaucoup répandue. Or, rappelez-vous qu’il sécrète des substances irritantes capables de provoquer une inflammation. De nombreuses espèces ne conviennent pas à la vie en captivité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Grenouille lychen : habitat et caractéristiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Grenouille lychen : habitat et caractéristiques

La grenouille lychen est un amphibien qui tire son nom de l'aspect irrégulier de sa peau. Apprenez-en plus ici sur cet animal.



  • Andreone, F., Mattioli, F., Guarino, F. M., Tessa, G., & Giacoma, C. (2007). Longevity and body size in three populations of Dyscophus antongilii, Microhylidae, Dyscophinae, the tomato frog from north-eastern Madagascar.
  • Segev, O., Andreone, F., Pala, R., Tessa, G., & Vences, M. (2012). Reproductive phenology of the tomato frog, Dyscophus antongili, in an urban pond of Madagascar’s east coast. Acta Herpetologica, 7(2), 331-340.
  • Evans, C. M., & Brodie, E. D. (1994). Adhesive strength of amphibian skin secretions. Journal of Herpetology, 28(4), 499-502.
  • IUCN SSC Amphibian Specialist Group. (2017). Dyscophus antongilii. The IUCN Red List of Threatened Species 2017: e.T6937A84159360. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2017-2.RLTS.T6937A84159360.en.

Le contenu de Mes Animaux est rédigé à des fins informatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. En cas de doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.