Girafe réticulée : habitat et caractéristiques

La girafe réticulée est capable d'ingérer jusqu'à 66 kilogrammes de nourriture par jour, mais dans les zones pauvres en ressources, elle n'a besoin que de 7 kilogrammes de végétaux par jour pour survivre.
Girafe réticulée : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 11 août, 2021

La girafe réticulée est reconnue pour son grand cou allongé, qui a réussi à un moment donné à inspirer les théories évolutionnistes les plus innovantes de son époque. Bien qu’il s’agisse d’une espèce endémique d’Afrique, vous l’avez probablement rencontrée dans un zoo local. Et bien qu’elle puisse sembler calme, elle peut parfois se montrer agressive et être impliquée dans des combats géants.

Dans cet espace, nous vous invitons à découvrir l’une des plus grandes espèces terrestres qui existe, Giraffa reticulata, un mammifère unique qui a beaucoup à dire. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur ce spécimen énorme et curieux.

Habitat et répartition de la girafe réticulée

On trouve ce mammifère dans le nord et le nord-est du Kenya. Il y a également quelques petites populations dans le sud de la Somalie et de l’Éthiopie. Autrefois, la girafe était considérée comme une seule espèce répartie dans toute l’Afrique, ce qui est loin d’être vrai. En effet, comme l’explique cet article publié dans la revue Current Biology, il existe 4 espèces différentes de girafes avec des répartitions différentes.

Les habitats de ce vertébré sont constitués de vastes zones désertiques dont la végétation est dominée par les acacias. Les populations de cette espèce de girafe cohabitent avec les humains, qui dans ces zones gagnent leur vie en élevant du bétail et des brebis.

Girafes réticulées.

Caractéristiques physiques

La girafe est le plus grand animal terrestre du monde. Elle mesure 5,7 mètres de haut et pèse près de 2 tonnes. En plus de cela, elle possède une paire de petites cornes ossifiées sur la tête, qui sont généralement entourées de peau et de poils, presque comme une paire d’ “antennes”. Et sa queue est si fine, qu’elle sert de fouet pour chasser les insectes.

Bien que le dimorphisme sexuel ne soit pas très marqué, les mâles sont plus gros que les femelles et peuvent même avoir une deuxième paire de cornes. À cet égard, un article publié dans la revue scientifique Oecologia mentionne que la différence se trouve dans la façon dont ils se comportent lorsqu’ils se procurent leur nourriture. Les mâles sont plus voraces, raison pour laquelle ils sont plus grands.

Ces spécimens ont généralement une coloration distinctive : leur pelage est jaune-orange et arbore des taches en forme de polygone. Ces polygones fonctionnent comme une empreinte digitale, puisque le motif de toute girafe est unique,

Comportement

L’espèce forme des groupes de 10 ou 20 spécimens des deux sexes. Il y a une hiérarchie au sein du groupe, puisqu’il y a un mâle dominant qui détermine sa position à travers des combats. Pendant les conflits, les mâles se tiennent côte à côte, et commencent à se battre en utilisant leur cou comme fouet et leurs cornes comme clous.

Les résultats de chaque bataille leur donnent un certain rang au sein du groupe, et le mâle dominant est le plus fort de tous. Les perdants ne seront normalement pas autorisés à se reproduire avec les femelles du groupe. Pour cette raison, la structure et le nombre de membres changent constamment, en raison du départ et de l’entrée de nouveaux spécimens.

Les femelles, elles, sont plus sociables et moins agressives, et forment des groupes sans mâles. Cependant, à chaque saison de reproduction, elles partent à la recherche d’un partenaire, provoquant ainsi la rupture du groupe.

Comportement alimentaire

Les girafes réticulées sont des organismes herbivores : les feuilles des acacias constituent leur nourriture principale. C’est pourquoi leur cou allongé est l’une de leurs meilleures adaptations, puisqu’il leur permet d’atteindre les branches les plus hautes. Ces girafes consomment aussi parfois des pierres, pour leur apport en minéraux.

Comme les autres herbivores, cette espèce est ruminante, ce qui signifie qu’elle passe beaucoup de temps à broyer sa nourriture, à la régurgiter et à la mâcher de nouveau. Ce processus est nécessaire pour obtenir les nutriments des feuilles, des fleurs et des gousses. C’est pour cette raison même qu’elles ont un estomac composé de 4 compartiments.

Comportement reproducteur

Les girafes ont une curieuse manière de percevoir si la femelle est réceptive ou non : grâce au réflexe de Flehmen, elles reconnaissent les phéromones qui les trahissent. Cela se produit lorsqu’elles rétractent leurs lèvres et montrent leurs gencives, exposant ainsi leur organe voméronasal, chargé de détecter les odeurs. En d’autres termes, via des tests d’urine, les mâles peuvent savoir si leur partenaire potentielle est fertile.

Lorsque le mâle détecte que la femelle est prête, il commence à la courtiser afin de s’accoupler. Il saisit sa queue, comme pour demander la permission. La femelle accepte ou bien ignore le mâle, et peut aussi lui tenir la queue.

L’odeur de cet animal joue un rôle très important dans la reproduction. En effet, grâce à ce sens, les individus peuvent reconnaître si une femelle est plus fertile que d’autres, ce qui leur permet de sélectionner la plus « apte ». Choisir la meilleure prétendante est primordial pour ce mammifère, car il ne peut s’accoupler que tous les 20 à 30 mois.

Les spécimens de cette espèce sont considérés comme polygames, car ils n’ont pas un seul partenaire pour la vie. C’est pour cette raison que les mâles éviteront à tout prix tout qu’un autre prétendant s’approche de la femelle jusqu’à la naissance du petit.

Grossesse et naissance

La gestation dure environ 457 jours et la mise bas a lieu entre les mois de mai et août. La mère peut accoucher en marchant lorsqu’elle est debout, son petit tombe alors au sol d’une hauteur de 2 mètres. Mais rassurez-vous, le petit ne subit aucune blessure grave. En effet, juste après la chute, il se relève tout seul et commence à allaiter.

Soins et indépendance

Pendant les premières semaines, les petits sont sans cesse pris en charge par leur mère. Cependant, les femelles du groupe se répartissent le travail en formant des nurseries, dans lesquelles se trouvent les nouveau-nés. Grâce à ce système, elles peuvent chercher de l’eau et de la nourriture sans craindre que leur petit soit seul.

De leur côté, les jeunes deviendront indépendants à 4 ou 5 ans. S’agissant d’une espèce qui suit une hiérarchie, les mâles partent à la recherche d’un groupe où ils peuvent être le mâle dominans. Cela les incite à se séparer et à être seuls pendant un certain temps, au moins jusqu’à ce qu’ils trouvent un groupe ou forment le leur.

Le statut de conservation de la girafe réticulée

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, ce mammifère est classé parmi les espèces menacées. Cela est dû à sa population petite et fragmentée, qui la limite à des zones spécifiques d’Afrique. De plus, son habitat a été envahi et détruit, en raison de l’augmentation des activités d’élevage dans la région lié à l’augmentation du nombre d’habitants locaux.

Par ailleurs, en raison de sa taille énorme, cette girafe est chassée pour sa viande. En effet, au moins 30 % des communautés proches de son environnement naturel ont consommé de la viande de girafe. Parallèlement, les villageois chassent cette espèce dans le cadre de leurs coutumes : cela leur confère un meilleur statut social au sein de leur communauté.

Girafes réticulées.

Toutes les espèce de girafe sont des espèces menacées. C’est pour cette raison que les zoos fonctionnent comme une “arche de Noé”, leur donnant une chance supplémentaire de faire face à l’extinction. Malheureusement, certaines espèces sont aujourd’hui plus menacées dans leur habitat naturel qu’en captivité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le comportement de la girafe
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Le comportement de la girafe

Le comportement de la girafe se démarque à bien des égards, car elle est l'un des mammifères les plus habitués à l'environnement dans lequel elle v...



  • Horová, E., Brandlová, K., & Gloneková, M. (2015). The first description of dominance hierarchy in captive giraffe: not loose and egalitarian, but clear and linear. PloS one10(5), e0124570.
  • Takagi, N., Saito, M., Ito, H., Tanaka, M., & Yamanashi, Y. (2019). Sleep‐related behaviors in zoo‐housed giraffes (Giraffa camelopardalis reticulata): Basic characteristics and effects of season and parturition. Zoo biology38(6), 490-497.
  • Muneza, A., Doherty, J. B., Hussein, A. A., Fennessy, J., Marais, A., O’Connor, D., & Wube, T. (2018). Giraffa camelopardalis ssp. reticulata. The IUCN Red List of Threatend Species.
  • Seeber, P. A., Ciofolo, I., & Ganswindt, A. (2012). Behavioural inventory of the giraffe (Giraffa camelopardalis). BMC research notes5(1), 1-9.
  • Ginnett, T. F., & Demment, M. W. (1997). Sex differences in giraffe foraging behavior at two spatial scales. Oecologia110(2), 291-300.
  • Shorrocks, B. (2016). The giraffe: biology, ecology, evolution and behaviour. John Wiley & Sons.